Qu'est-ce que le système endocannabinoïde (ECS)?

Qu'est-ce que le système endocannabinoïde (ECS)?

Le système endocannabinoïdes, ou ECS, permet la régulation de l’équilibre de la réponse immunitaire dans le corps, de la communication entre cellules, du métabolisme, de la mémoire, du sommeil, de l’appétit, de la digestion, de la faim, de l’humeur, du contrôle moteur, de la fonction immunitaire, de la reproduction et fertilité, du plaisir et de la satisfaction, de la douleur et de la température.

Malgré le rôle complet de ce système, cette partie du fonctionnement du corps humain est restée totalement inconnue jusqu’au milieu des années 1990.

Le système doit son nom à la plante qui inspira sa découverte, le système endocannabinoïde est important pour la santé globale de votre corps et son équilibre, mais son importance a été comprise dans son entièreté que très récemment par le corps médical. C’est par ce système que les cannabinoïdes naturellement présents dans l’huile de CBD peuvent interagir dans le corps et déclencher tous leurs effets positifs. Avec le potentiel d’améliorer grandement la façon de fonctionner du corps, un système endocannabinoïde sain est essentiel et il est impératif de savoir comment le maintenir ainsi.

Le système endocannabinoïde est fait de plusieurs mécanisme intégrés :

  • Des enzymes responsables de la création et de la destruction des cannabinoïdes
  • Des sites récepteurs sur les cellules pouvant recevoir les cannabinoïdes
  • Les endocannabinoïdes (des composés de cannabinoïdes naturellement fabriquée par le corps humain).
  • Ces mécanismes sont principalement présents pour assurer la communication dans le corps ainsi que la régulation des différentes réponses biologiques.

Une des principales questions soulevées, dans les premières études du système endocannabinoïde, était de savoir si le corps produisait ses propres équivalents naturels, comme le THC et le CBD dans la plante du cannabis, par rapport au premier composé découvert et baptisé Phytocannabinoïdes.

La réponse s’est avérée positive – sous la forme d’endocannabinoïdes Anandamide et 2-AG, qui sont les deux analogues prédominants du THC et du CBD. En comprenant que le corps humain avait ses propres cannabinoïdes, la voie à la compréhension de leurs buts était ouverte.

Les Endocannabinoïdes comme réponse

Les endocannabinoïdes sont créés afin de répondre aux besoins du système physiologique et sont utilisés pour réguler les fonctions du corps humain. Agissant à l’arrière des cellules présynaptiques, ils contrôlent le volume des signaux envoyés. C’est de cette manière que les endocannabinoïdes font effet sur la durée et l’intensité des processus physiologiques sous leur contrôle.

Cependant, il a été remarqué que bien que les endocannabinoïdes sont liés à un nombre important de processus et sont majoritairement concentré dans le cerveau, le système nerveux et les organes reproductifs, ils n’affectent pas les régions du cerveau contrôlant le cœur et les fonctions respiratoires. Cette caractéristique est une des principales raisons qui rend impossible une overdose de cannabinoïdes.

Comment fonctionne le système endocannabinoïde ?

Dès qu’il y a des déséquilibres d’homéostasie dans les fonctions du corps, le système endocannabinoïde est activé et commence par une réponse adéquate en synthétisant des endocannabinoïdes qui agiront comme des neurotransmetteurs.

Quand le corps crée des neurotransmetteurs pour le système endocannabinoïde, ils sont récupérés par des récepteurs disposés à la surface des cellules et qui sont spécialisés en cannabinoïdes. Ces récepteurs peuvent être trouvés dans un large nombre de régions physiologiques comme :

  • Le système immunitaire
  • Les organes et les glandes
  • Le tissu conjonctif
  • Le cerveau (très présent)

De la même manière qu’une clé rentre dans une serrure, les endocannabinoïdes interagissent avec ces récepteurs dans le but d’aider le corps à faire son homéostasie, ou équilibre, sans l’influence d’aide extérieure. Ils transmettent donc l’information sur le changement de conditions requis afin de lancer une réponse.

Les sites de récepteurs cannabinoïdiques sont composés des variantes CB1 et CB2, qui répondent différemment en fonction des différents cannabinoïdes. Les récepteurs CB1 sont les plus présents dans le système nerveux central et permettent les avantages suivants :

  • Modulation du stress et de l’anxiété
  • Augmentation de l’appétit
  • Diminution de la nausée
  • Equilibre du système immunitaire
  • Inhibition de tumeurs

Les récepteurs de CB2 peuvent être trouvés principalement sur les cellules du système immunitaire et semblent les mesures prédominantes dans la lutte contre les inflammations et les atteintes aux tissus. Certaines cellules contiennent même les deux types de récepteurs, chacun responsable d’une fonction différente.

Il y a deux principaux endocannabinoïdes : le 2-AG (2-arachidonologyglycérol) et l’AEA (Anandamide). Le 2-AG est considéré comme un agoniste principal des récepteurs CB1 et CB2. Cela signifie qu’il s’attache et s’adapte à l’intérieur des deux récepteurs et les activent simultanément afin de déclencher une réponse physiologique.

L’Anandamide est considéré comme un agoniste partiel des deux récepteurs, car s’il s’attache aux deux récepteurs il ne s’adapte pas aussi bien dedans et par conséquent ne peut pas déclencher une réponse physiologique aussi forte (Parcher, Batkai & Kunos, 2006).

Une fois que la fonction qui avait dévié de son homéostasie retrouve l’équilibre et que les endocannabinoïdes ne sont plus nécessaires, les enzymes métaboliques, ou la troisième pièce du système, s’activent et les décomposent.

Les acides gras aminé hydrolase (FAAH) décomposent l’Anandamide, et le Monoacylglycérol lipase (MAGL) décompose les 2-AG. Par leur élimination, le système endocannabinoïde « éteint » les signaux moléculaires et met fin à toute activité physiologique qu’il avait stimulé.

Comment le système Endocannabinoïde affecte-t-il votre santé ?

Depuis la découverte de ce système et de ses actions, les chercheurs ont travaillé à mieux comprendre comment il pouvait être utilisé de manière thérapeutique afin de :

  • Diminuer la douleur
  • Combattre le cancer
  • Prévenir les maladies dégénératives
  • Aider à la santé de manière générale

Globalement, la recherche indique que le système endocannabinoïde aide à assurer le bon fonctionnement du système nerveux central et du système immunitaire. Trouver des moyens de moduler l’activité de ce système ouvrira la voie au soin d’une large gamme de maladies chroniques et de troubles (Parcher et Kuros, 2013).

Par exemple, des preuves indiquent que la stimulation des récepteurs cannabinoïdes peut aider à supprimer de vieux souvenirs traumatisants et peut fournir une aide clinique dans les maladies liées à l’âge et associées à une inflammation du cerveau (Ruehle, et al, 2012) ( Marchalant, et al, 2008). Cette liste inclue également des maladies comme Parkinson, les scléroses et le cancer.

Mémoire

Des preuves indiquent que la stimulation des récepteurs cannabinoïdes peut aider à supprimer de vieux souvenirs traumatisant (Ruehle, et al, 2012). L’extinction de souvenirs lourds est importante pour les personnes souffrant du syndrome de stress post-traumatique ou d’anxiété chronique. En permettant à ces patients d’oublier des souvenirs douloureux, ils peuvent remplacer leurs réponses de stress et d’anxiété par d’autres événements et ainsi avoir une réaction plus positive.

Appétit et Poids

Le cannabis est connu pour augmenter l’appétit. Cependant, les endocannabinoïdes s’utilisent de manière interne pour contrôler l’appétit, des agonistes inverse au récepteur CB1 peuvent donc être utilisé pour combattre l’obésité en « débranchant » le besoin en nourriture du corps (Pagotto et al, 2005). De la même manière il est aussi possible de faire l’inverse en stimulant l’appétit de personnes souffrant d’anorexie ou de boulimie et leur permettre de reprendre du poids. (Kogan et Mechoulam, 2007).

Enfin, les endocannabinoïdes permettent de réguler le métabolisme et aident à contrôler le transfert d’énergie à travers le s cellules, assurant une utilisation optimale de la nourriture ingérée.

L’Anxiété

De nos jours, il est très difficile, voire même impossible, de mettre en pause le cycle naturel de l’anxiété et des réponses physiques qui y sont associées, principalement à cause de notre surexposition aux stress et aux environnements stressants. De par son effet sur les réponses glandulaires de notre corps au stress continu et à son effet sur la régulation et la temporisation de la réponse, le système endocannabinoïde est fortement impliqué dans la façon que nous avons de gérer et d’endurer le stress et l’anxiété sur le long terme (Akirav).

Inflammation et fonction immunitaires

En plus de tout ça, les endocannabinoïdes permettent de promouvoir le système immunitaire pour un bien être global. Le rôle dans l’homéostasie immunitaire prévient « l’activation spontanée des fonctions des cellules immunitaires », aidant ainsi à prévenir l’inflammation pouvant se transformer en maladies neurologiques (Pandey et al, 2009).

Comment les cannabinoïdes d’huiles de CBD fonctionnent-ils avec le système endocannabinoïde ?

Avec les avancées de la science et les découvertes concernant le système endocannabinoïde, les chercheurs explorent le potentiel que des dérivés de cannabinoïdes, comme le THC, le Cannabidiol (CBD) ou le Cannabinol (CBN), pourraient avoir dans le système endocannabinoïde.

Les cannabinoïdes imitent le comportement des endocannabinoïdes et interagissent avec les récepteurs endocannabinoïdes afin d’accroître le système endocannabinoïde. Leur interaction avec les récepteurs permet de stimuler de nombreuses réponses physiologiques.

Le THC, qui est un composé très connu pour ses effets psychoactifs et que l’on trouve dans la marijuana médicinale, active les récepteurs afin de susciter une réponse chimique. Il est considéré comme un agoniste des récepteurs CB1 et CB2 car il s’attache directement avec ces derniers et les activent. Le THC à tendance à favoriser les récepteurs CB1 car il s’adapte très bien dedans et est donc plus à même de stimuler une forte réaction physiologique.

Quand le THC réagit avec des récepteurs CB1, cela provoque l’état « high », ou la sensation de « planer » ressentie lors de la consommation de marijuana. Le THC active également des récepteurs CB2 mais est considéré comme un agoniste partiel et ne provoque donc pas une réaction physiologique aussi forte.

Le CBD provoque des changements chimiques en bloquant certains récepteurs. Il a tendance à avoir une faible affinité avec les récepteurs CB1 et CB2 et agit plutôt comme antagoniste indirect des agonistes. Cela signifie que le CBD s’adapte de manière imparfaite dans les récepteurs et ne les activent pas mais prévient tout autre messages chimiques.

Avec les nouvelles découvertes sur le système endocannabinoïde, le potentiel thérapeutique des composés actifs du cannabis (comme le THC, le CBD ou le CBN) est devenu évident.

Pourquoi devrais-je ajouter des cannabinoïdes issus d’huiles de CBD dans mon corps ?

Une théorie sur le lien entre notre santé globale et le système endocannabinoïde indique que certaines personnes souffrent d’un déficit d’endocannabinoïdes, plus connus sous l’acronyme CECD (Smith et Wagner, 2014). Ce concept, initialement proposé par le chercheur E.B. Russo en 2004, explique que ce déficit pourrait être la cause principale de beaucoup de maladies auto-immunes, incluant les migraines, la fibromyalgie et l’IBS (Russo, 2004).

En modulant le système endocannabinoïde (Kaur, Ambwani & Singh, 2016), de nombreuses maladies et conditions pourraient être traitées, incluant :

  • La douleur
  • L’inflammation
  • Sclérose en plaques
  • L’anorexie
  • L’épilepsie
  • Le cancer
  • Les Glaucomes
  • L’obésité
  • La Schizophrénie
  • Les troubles cardiovasculaires
  • La maladie de Parkinson
  • La maladie d’Hurtington
  • La maladie d’Alzheimer
  • Le syndrome de Tourette

Un des obstacles principaux à l’acceptation de l’usage du cannabis et de ses cannabinoïdes actifs dans la médecine, est dû aux problèmes d’abus de sa psycho-activité. Cependant, ce problème reste mineur selon les approches de son utilisation dans la régulation du système endocannabinoïde, notamment :

  • Quand un antagoniste est appliqué aux récepteurs CB1
  • Quand la production ou le transport d’endocannabinoïdes est altéré
  • Quand un agoniste non-psychoactif comme le CBD est utilisé à des fins thérapeutiques sur les récepteurs CB2 (Pacher et Kunos, 2013)

Les Phytocannabinoïdes comme le THC, provenant du cannabis, ou le CBD concentré, venant du chanvre, affectent le système endocannabinoïde.

Cependant, il a été démontré que des phytocannabinoïdes non-psychoactifs provenant d’autres plantes, comme les terpènes ou les flavonoïdes, sont récupérés par les récepteurs dans le système.

L’usage de petites doses de phytocannabinoïdes peut encourager le corps à créer plus naturellement des endocannabinoïdes ainsi que des récepteurs de ces derniers, il est donc possible de renforcer la sensibilité naturelle de nos systèmes avec des compléments cannabinoïdes réguliers.

Globalement, il faudra encore plusieurs années de recherche afin de comprendre en profondeur l’impact des endocannabinoïdes sur le système et sur la santé, et comment le fait de compléter la production naturelle d’endocannabinoïdes avec des cannabinoïdes issus de plantes peut être bénéfique et jouer un rôle thérapeutique significatif sur la santé. De nombreuses études préliminaires montrent un très grand potentiel bénéfique sur la santé des patients avec l’utilisation de ce système.

Nous avons trouvé cette vidéo, qui permet de visualiser le système endocannabinoïde et vous permettra de mieux comprendre l’importance de ce système.

Sources used for the articles:

Akirav, I. (n.d.) Role of the endocannabinoid system in anxiety and stress-related disorders. Intech Open. Retrieved from http://cdn.intechopen.com/pdfs/17314/InTech-Role_of_the_endocannabinoid_system_in_anxiety_and_stress_related_disorders.pdf

Alger, B. E. (2013). Getting High on the Endocannabinoid System. Cerebrum: The Dana Forum on Brain Science, 2013, 14. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3997295

Gaoni, Y., and Mechoulam, R. (1964). Isolation, Structure, and Partial Synthesis of an Active Constituent of Hashish. Journal of the American Chemical Society, 86(8), 1646-47. Retrieved from http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/ja01062a046.

Gertsch, J., Pertwee, R. G., & Di Marzo, V. (2010). Phytocannabinoids beyond the Cannabis plant – do they exist? British Journal of Pharmacology, 160(3), 523–529. Retrieved from http://doi.org/10.1111/j.1476-5381.2010.00745.x

Kaur, R., Ambwani, S.R., Singh, S. (2016). Endocannabinoid system: A multi-facet therapeutic target. Current Clinical Pharmacology, 11(2), 110-7. Retrieved from http://www.eurekaselect.com/141330/article.

Kogan, N. M., & Mechoulam, R. (2007). Cannabinoids in health and disease. Dialogues in Clinical Neuroscience, 9(4), 413–430. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3202504.

Lee, M. (2012). The Discovery of the endocannabinoid system. Retrieved from http://www.beyondthc.com/wp-content/uploads/2012/07/eCBSystemLee.pdf

Mandal, A. (2014, June 14). Phytocannabinoids. News Medical. Retrieved from http://www.news-medical.net/health/Phytocannabinoids.aspx.

Marchalant, Y., Cerbai, F., Brothers, H.M., & Wenk, G.L. (2008). Cannabinoid receptor stimulation is anti-inflammatory and improves memory in old rats. Neurobiology of Aging, 29(12), 1894–1901. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2586121.

Mechoulam, R., and Hanus, L (2000, November). A historical overview of chemical research on cannabinoids. Chemistry and Physics of Lipids, 108(1-2), 1-13. Retrieved from http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0009308400001845.

National Cancer Institute. (2016). Cannabis and cannabinoids. Retrieved from http://www.cancer.gov/about-cancer/treatment/cam/hp/cannabis-pdq#section/_11

Pacher, P., Batkai, S., & Kunos, G. (2006). The Endocannabinoid System as an Emerging Target of Pharmacotherapy. Pharmacological Reviews, 58(3), 389–462. http://doi.org/10.1124/pr.58.3.2. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2241751.

Pacher, P., & Kunos, G. (2013). Modulating the endocannabinoid system in human health and disease: successes and failures. The FEBS Journal, 280(9), 1918–1943. Retrieved from http://doi.org/10.1111/febs.12260.

Pagotto, U., Vicennati, V., & Pasquali, R. (2005). The endocannabinoid system and the treatment of obesity. Annals of Medicine. 37(4):270-5. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16019725.

Pandey, R., Mousawy, K., Nagarkatti, M., & Nagarkatti, P. (2009). Endocannabinoids and immune regulation. Pharmacological Research : The Official Journal of the Italian Pharmacological Society, 60(2), 85–92. Retrieved from http://doi.org/10.1016/j.phrs.2009.03.019.

Pertwee, R.G. (2006). Cannabinoid pharmacology: the first 66 years. British Journal of Pharmacology, 147(Suppl 1), S163-S171. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1760722.

Ruehle, S., Rey, A. A., Remmers, F., & Lutz, B. (2012). The endocannabinoid system in anxiety, fear memory and habituation. Journal of Psychopharmacology (Oxford, England), 26(1), 23–39. Retrieved from http://doi.org/10.1177/0269881111408958.

Smith, S. & Wagner, M. (2014) Clinical endocannabinoid deficiency (CECD) revisited: can this concept explain the therapeutic benefits of cannabis in migraine, fibromyalgia, irritable bowel syndrome and other treatment-resistant conditions. Neuro Endocrinol Letters. 35(3):198-201. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24977967.

Wood, T.B., Spivey, W.T.N., and Easterfield, T.H. (1896). XL. – Charas. The resin of Indian hemp. Journal of the Chemical Society, Transactions, 69, 539-546. Retrieved from http://pubs.rsc.org/en/content/articlelanding/1896/ct/ct8966900539#!divAbstract.

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Abonnez-vous à notre newsletter afin d'obtenir un cadeau de bienvenue gratuit