LA QUALITÉ SUISSE DEPUIS 2013

DES CLIENTS DANS PLUS DE 40 PAYS

5 ÉTOILES SUR TRUSTPILOT

LIVRAISON GLOBALE

0

Votre panier est vide

CBDV - Cannabidivarin

par Janice M. juillet 01, 2020 11 min de lecture

CBDV - Cannabidivarin

  1. Généralités
  2. Effets
  3. Le CBDV en médecine
  4. Autisme
  5. Les effets secondaires : Dommages à l'ADN
  6. CBDV et endocannabinoïdes

Généralités

En termes de structure moléculaire, le cannabinoïde cannabidivarine, ou CBDV en abrégé, présente des similitudes avec son parent, le CBD. Tous deux partagent une lignée et sont similaires à bien des égards.

Le CBDV est également un phytocannabinoïde non psychoactif. Il est présent en forte concentration dans la plante Landrace Cannabis Indica du nord-ouest de l'Inde et du Népal.

Le plus frappant est que, lorsque les niveaux de CBDV sont plus élevés, ces plantes ont principalement une faible teneur en THC.

Le CBDV peut être dérivé du CBGVA, c'est-à-dire de l'acide cannabigevarin. Ce cannabinoïde réagit à une enzyme du CBDA et se transforme finalement en acide cannabidivarique (CBDVA). Par l'ajout de chaleur, l'acide encore contenu peut finalement se dissoudre pour former le produit final de la cannabidivarine, c'est-à-dire le CBDV.

Toutefois, ce n'est pas la fin de la chaîne. Les conditions acides modifient l'arrangement des atomes et entraînent la conversion des molécules. Le cannabinoïde successif, le THCV, naît alors du CBDV.

Jusqu'à présent, le CBDV est l'un des phytocannabinoïdes les moins connus de la plante de cannabis. Cependant, diverses recherches menées ces dernières années pourraient changer la donne. Le CBDV est de plus en plus associé à des procédures pour l'épilepsie et est cité comme un médicament anticonvulsivant alternatif.

Malgré cela, les premières études ont déjà fourni des informations complètes sur le potentiel médical.

Cependant, le CBDV présente un inconvénient. Contrairement à de nombreux autres phytocannabinoïdes, la cannabidivarine n'a qu'une très faible solubilité dans l'eau. Cela signifie qu'il n'est pas facile pour l'organisme d'ingérer le cannabinoïde végétal et d'agir efficacement avant d'être détruit par diverses enzymes du tube digestif. Après l'ingestion orale, seul un faible pourcentage (de l'ordre d'un chiffre) se retrouve dans la circulation sanguine.

Les liposomes pourraient aider à résoudre ce problème grâce à leur enveloppe de membrane à double couche faite de molécules. Ils renferment le cannabinoïde, protègent contre l'effet destructeur des enzymes et aident l'organisme à ne pas excréter le CBDV trop tôt.

Effets

La plupart des phytocannabinoïdes peuvent influencer les cellules en se liant aux récepteurs du système endocannabinoïde. Le système endocannabinoïde, ou ESC en abrégé, n'a été découvert, isolé et finalement détecté qu'en 1992, grâce à de nouvelles connaissances et à des recherches plus approfondies sur les plantes de cannabis.[1] Depuis lors, les chercheurs ont pu mieux comprendre les structures de l'ECS.

Les endocannabinoïdes sont les neurotransmetteurs produits par notre corps. Ce sont des substances propres à l'organisme dont le mode d'action est similaire à celui du cannabis dans l'organisme humain. On les trouve dans la régulation des cellules nerveuses de notre cerveau et de notre moelle épinière, ainsi que dans les cellules d'autres organes comme le cœur. Elles jouent également un rôle dans le maintien de l'homéostasie.

Tout comme les endocannabinoïdes, les phytocannabinoïdes peuvent également se lier aux récepteurs correspondants dans le système cannabinoïde endogène. Toutefois, le CBDV constitue une exception majeure et très particulière.

Une caractéristique très particulière est que le phytocannabinoïde agit entièrement sans se lier aux récepteurs CB dans le système endocannabinoïde. C'est l'un des rares cannabinoïdes de la plante de cannabis qui ne semble pas vouloir se lier aux récepteurs CB1 et CB2, ni annuler ou même bloquer leurs effets.

Au lieu de cela, il trace un chemin à travers nos canaux ioniques cellulaires, connus sous le nom de canaux TRP. Ceux-ci jouent un rôle majeur dans les différentes perceptions humaines, notamment en permettant de distinguer différents goûts tels que le sucré, l'aigre, l'amer et le salé, de ressentir des différences de température ou même la douleur. D'autres créatures vivantes semblent également avoir besoin des canaux TRP pour pouvoir voir.

Il existe d'autres preuves que les effets thérapeutiques du CBDV peuvent se développer en partie grâce aux récepteurs GABA, qui sont des protéines transmembranaires des cellules nerveuses. En règle générale, l'acide y-aminobutyrique, également connu sous le nom de GABA, se lie à ces récepteurs pour distribuer une action inhibitrice sur les cellules nerveuses.

Comme le CBDV, le GABA peut également agir comme un anticonvulsivant. Cette substance messagère peut stabiliser notre pression sanguine. Il a également des effets analgésiques, peut aider à la relaxation et favoriser le sommeil.

Comme de nombreux cas cliniques ayant perturbé les réseaux de neurotransmetteurs présentent des taux de GABA inférieurs à la normale, les scientifiques ont découvert des cannabinoïdes appropriés comme le CBDV. Les maladies neurologiques peuvent inclure, par exemple, l'épilepsie, la dépression ou la schizophrénie. Le cannabinoïde du cannabis pourrait aussi éventuellement modifier les sentiments de douleur chronique qui l'accompagnent à l'avenir.

À la fin des années 1960, on a découvert que le CBDV avait des effets antiépileptiques et anticonvulsifs (antispasmodiques). Cet effet met le CBDV au service d'éventuels nouveaux médicaments pour un certain nombre de tableaux cliniques différents.

Le CBDV en médecine

Le CBDV fait partie de la centaine de cannabinoïdes déjà identifiés et se perd souvent dans la foule, ce qui est plutôt injuste, malgré le fait que ses nombreuses et importantes propriétés intéressent particulièrement la médecine interne, plus précisément la neurologie.

Comme nous l'avons déjà mentionné, la concentration de GABA chez les personnes souffrant de troubles neurologiques est souvent enfouie au plus profond d'elles-mêmes. Parmi les personnes concernées, on compte par exemple les épileptiques. Les conséquences d'une carence en acide aminobutyrique peuvent être différentes et comprennent des envies d'aliments sucrés et de boissons sucrées, une augmentation des sifflements semblables à des acouphènes, des sueurs au repos ou une modification de la perception et une perturbation de l'odorat, tout autant que des crises d'anxiété, une agitation intérieure, une hyperventilation ou même des crises épileptiques.

Les diabétiques peuvent également souffrir d'un déficit en GABA. Il en résulte une surproduction de glucagon, la partie chimique de l'acide aminobutyrique. Les scientifiques n'ont pas encore entièrement clarifié si le CBDV peut équilibrer cette situation, voire la contrôler.

Anticonvulsivant central dans l'épilepsie

Through TRP channels, scientists have been able to capture the connection between CBDV and neurological diseases that can lead to epileptic seizures. More specifically, the focus is on TRPV1, one of the largest groups of the TRP channels. TRPV1 sensors are responsible for our visual and auditory perceptions and for converting chemical signals into electrical signals. If the TRPV signal is overstimulated, signal transmission can no longer be controlled, which can lead to epileptic seizures.

Therefore, an endocannabinoid research group from Italy has researched non-psychotropic, vegetable cannabinoids such as CBDV for their desensitising and activating effect on TRPV1 channels.[2]

Cette étude mérite une attention particulière car l'épilepsie est la maladie neurologique la plus courante, avec environ 50 millions de personnes qui en souffrent dans le monde et un changement de la structure des canaux TRP est lié à des cas cliniques neurodégénératifs.

Comme le cannabidiol (CBD), le CBDV peut avoir des effets antispasmodiques chez l'homme. De plus, lors de divers tests, ces cannabinoïdes ont indiqué une possible augmentation du calcium dans les cellules.

Le CBDV peut même activer et désensibiliser plusieurs canaux TRP en fonction de la dose. Cela inclut le TRPV1 et certains canaux qui font partie de la sous-famille V de type 2 (TRPV2) et A de type 1 (TRPA1).

Cette désensibilisation a un effet calmant sur les canaux concernés, rééquilibrant ainsi l'homéostasie naturelle. Par conséquent, le CBDV et le CBD ont un effet anti-épileptique agissant par les canaux TRP. De plus, les scientifiques ont observé une désensibilisation certaine dans les tissus de l'hippocampe.

Toutefois, il est nécessaire de procéder à des tests supplémentaires sur les piolets chez les patients épileptiques afin d'obtenir des informations plus détaillées sur les effets exacts du CBDV dans les canaux TRP.

Des études menées par l'Université de Reading en Angleterre ont également pu montrer que les cannabinoïdes ont des effets prometteurs pour les patients épileptiques.

Les scientifiques ont découvert que le CBDV a le potentiel de réduire la fréquence des crises d'épilepsie sans provoquer d'effets secondaires comme des tremblements incontrôlés chez les personnes concernées.[3] Une autre équipe de recherche a confirmé que le cannabinoïde à base de plantes est de loin supérieur aux antiépileptiques classiques à cet égard.

Suppresseurs d'appétit

Les consommateurs de cannabis connaissent bien les sensations de faim que leur corps ressent suite à la consommation. Cependant, tous les cannabinoïdes n'ont pas cet effet. De nombreux cannabinoïdes ont un comportement très différent à cet égard, surtout sous une forme isolée et pure. Le CBDV est l'un d'entre eux.

En 2012, une étude a été menée, examinant divers médicaments contre l'obésité pour avoir une vue d'ensemble de leur sécurité et de leur mode d'action.

Une fois de plus, les médicaments peuvent bénéficier du pourcentage considérablement plus faible d'effets secondaires indésirables que le cannabis apporte en tant que médicament. De nombreux médicaments utilisés pour supprimer la faim aident les patients souffrant de diabète ou d'obésité à réguler la sensation de satiété. Toutefois, certains d'entre eux auraient des effets secondaires graves, comme la dépression. La qualité de vie et le bien-être général des patients peuvent être rapidement et gravement affectés par divers effets secondaires tels que l'hypertension, un rythme cardiaque rapide, une perte d'équilibre, des tensions et des troubles du sommeil.

Nausées

Le CBDV a également un effet sur les nausées et les vomissements. Cela est évident chez les patients souffrant de nausées persistantes dues à la chimiothérapie.

Cet impact est soupçonné depuis longtemps et a même été démontré dans une étude en 2013. Des scientifiques du département canadien de psychologie et du programme d'études supérieures en neurosciences de l'université d'État de Guelph ont effectué des tests sur des rats pour voir le potentiel de la tétrahydrocannabivarine, en abrégé THCV, et du CBDV à agir sur les nausées.[4]

Le mode de fonctionnement du CBDV est facile à expliquer. Certains récepteurs CB1 du cerveau sont situés dans les centres qui contrôlent les sensations de nausée et, finalement, de vomissement. Les cannabinoïdes interagissent avec ces récepteurs CB1 et produisent finalement un effet antiémétique.

L'étude est arrivée à la même conclusion. Lorsque les cannabinoïdes CBDV et THCV ont été testés, cela a fourni aux chercheurs la preuve qu'ils ont un potentiel thérapeutique qui pourrait réduire de manière significative les nausées.

Les canaux ioniques sont également impliqués. Les récepteurs 5-HT du système nerveux central et périphérique sont activés par la sérotonine. La tâche principale de ces récepteurs est d'activer le centre responsable des vomissements.

Comme le phytocannabinoïde CBDV s'adresse aux canaux ioniques cellulaires (canaux TRP) au lieu des récepteurs CB1 et CB2, il est utile dans de tels cas.

En tant que cannabinoïdes, le THC et le CBD ont déjà trouvé leur place dans les procédures de chimiothérapie. Les cannabinoïdes peuvent contribuer à atténuer et à améliorer certaines plaintes des patients liées à la chimiothérapie. Il s'agit notamment de la douleur, de l'anxiété, de la dépression et des troubles du sommeil. Comme le cannabis est utilisé légalement comme médicament en Allemagne depuis mars 2017, les gens peuvent également demander aux compagnies d'assurance maladie de payer ce médicament.

Même si divers cannabinoïdes ont permis de lutter plus ou moins efficacement contre le cancer, ils ne constituent pas une panacée et ne doivent être pris avec d'autres médicaments que si le médecin a donné un tel conseil.

Epilepsie

Une société biopharmaceutique britannique mène depuis plusieurs années des recherches sur le CBDV afin de l'utiliser pour soulager les symptômes de l'épilepsie. Ce cannabinoïde à base de plantes pourrait notamment concurrencer des médicaments qui ont de nombreux effets secondaires négatifs et parfois même graves chez les patients atteints de troubles neurologiques. Comme le CBDV présente un grand potentiel pour agir comme une méthode alternative efficace dans l'épilepsie, il a même fait l'objet d'un brevet afin que le phytocannabinoïde isolé puisse être utilisé seul, ainsi qu'en combinaison avec les médicaments anti-épileptiques existants. Les études cliniques menées en parallèle visent à aider les patients souffrant de crises d'épilepsie et à améliorer le contrôle des crises généralisées et temporaires du lobe.

En tant que maladie neurologique, l'épilepsie est extrêmement complexe. Des ondes d'activité électrique incontrôlées et la décharge synchrone de grands groupes de cellules nerveuses dans le cerveau entraînent un dysfonctionnement involontaire qui se manifeste par des crises d'épilepsie. Ce sont les principaux symptômes typiques dont souffrent les patients épileptiques.

Ces crises ne durent que quelques secondes à quelques minutes et se produisent spontanément. Bien que de nombreux médicaments commercialisés soient censés soulager les malades, environ 30 % d'entre eux n'ont aucun effet bénéfique.[5]Il y a de nombreuses raisons à cela. De nombreux patients ne tolèrent pas les effets secondaires importants, qui ne sont pas rares. Dans certains cas, les crises ne peuvent tout simplement pas être maîtrisées. Un autre grand avantage a été constaté dans plusieurs modèles où le CBDV peut réellement supprimer les crises. Cela signifie que la cannabidivarine pourrait également être utilisée en combinaison avec des médicaments existants pour de meilleurs résultats.

Comme le CBDV provenant de la plante de cannabis n'a pas d'effets psychoactifs, les effets secondaires potentiels de ce cannabinoïde végétal ont pu être maîtrisés jusqu'à présent.

Le CBDV et le système immunitaire

Les scientifiques ont également découvert que le CBGV et le CBDV peuvent travailler ensemble à des concentrations précisément coordonnées et normalement faibles pour inhiber l'expression des cytokines, c'est-à-dire les protéines de croissance et de différenciation des cellules.[6] Ces protéines sont responsables des messages entre les cellules et de l'envoi de signaux. Nos cellules immunitaires utilisent également des cytokines pour agir sur le cerveau et les glandes hormonales.

Cela signifie que le blocage d'un excès de cytokines aide le système immunitaire surchargé à revenir à un niveau naturel. Les réactions inflammatoires cessent et la douleur et le gonflement inflammatoire de la peau qui y sont associés peuvent également diminuer. Par conséquent, le CBGV pourrait vraisemblablement aussi être utilisé comme un médicament en immunothérapie et comme un remède naturel sans effets secondaires graves. Il pourrait contribuer à protéger l'organisme contre les carences et les substances inflammatoires messagères.

Autisme

L'autisme n'a pas de tableau clinique spécifique. Les premiers symptômes de ce trouble complexe du développement neurologique apparaissent très tôt dans l'enfance. Il n'est pas certain que le CBDV sera utilisé régulièrement à l'avenir pour traiter l'autisme.

Cependant, les premières études scientifiques ont indiqué une perspective positive. Lorsqu'il est utilisé en combinaison avec le CBD, les personnes atteintes d'autisme semblent avoir des capacités cognitives accrues. Des effets positifs peuvent également être observés en termes sociaux.

Une étude sur les enfants souffrant de différentes formes d'autisme a débuté en juin 2017 avec le titre “Cannabidivarin (CBDV) vs. Placebo in Children with Autism Spectrum Disorder (ASD)”. Les chercheurs ont accordé une attention particulière à la sécurité du principe actif tout en examinant l'effet sur l'irritabilité des patients participants pendant leur enfance.[7] Cette étude n'étant pas encore terminée, aucun résultat n'est disponible.

Les effets secondaires : Dommages à l'ADN

Plus les scientifiques en savent sur le CBDV, plus ils continuent à chercher les meilleurs domaines pour son utilisation en médecine. De plus, de plus en plus de questions se posent quant aux effets secondaires possibles de la cannabidivarine chez les patients/consommateurs.

Un effet négatif particulier à long terme semble se produire sur l'ADN. Lors de leur examen, les cannabinoïdes CBDV et CBD ont été testés et ont montré des résultats positifs pour les dommages causés à l'ADN dans les lignées cellulaires humaines.

Selon les conclusions des scientifiques, le CBDV et le CBD ont induit des dommages à l'ADN dans la lignée cellulaire du foie. Cela résulte d'amplifications de gènes et de chromosomes dicentriques.

Les enzymes hépatiques peuvent augmenter cet effet génotoxique.[8] En conséquence, la recherche a établi que même de faibles concentrations des deux cannabinoïdes végétaux peuvent endommager le matériel génétique humain dans les cellules. D'autres études ont également montré que l'endommagement du génome par les chromosomes fait partie du processus d'évolution progressive, voire fatale, de la maladie. En conséquence, les phytocannabinoïdes pourraient même avoir des propriétés cancérigènes chez l'homme.

CBDV et endocannabinoïdes

Une autre caractéristique de ce phytocannabinoïde est sa capacité à participer à la production du cannabinoïde 2-arachidonylglycérol de l'organisme. C'est ce qu'on appelle le 2-AG. L'endocannabinoïde est présent en concentrations particulièrement élevées dans le système nerveux central. Il a également été trouvé dans les produits laitiers et le lait maternel.

Des études sur les rats ont montré qu'il apparaît également dans des organes tels que les reins, le foie, la rate, les poumons et le cerveau.

En 1995, un groupe de recherche dirigé par le professeur universitaire israélien de chimie et de produits naturels, Raphael Mechoulam, le "père des cannabinoïdes", a publié pour la première fois la découverte de 2-AG à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Des expériences sur les animaux ont montré que la 2-AG peut activer les deux types de récepteurs dans le système endocannabinoïde. Les effets sont similaires à ceux du THC, le représentant le plus populaire de tous les cannabinoïdes. Une réduction de la sensation de douleur et des restrictions dans les mouvements musculaires ont été observées, selon la dose administrée. Le 2-AG peut également réduire la température et l'activité rectale. Grâce aux récepteurs CB1, l'endocannabinoïde peut stimuler la croissance osseuse [9] et avoir un effet neuroprotecteur après une lésion cérébrale.

Le CBDV interagit avec la 2-AG en inhibant l'activité de l'enzyme primaire responsable de la synthèse de la 2-AG.

Cela n'a aucun effet sur l'effet anticonvulsif, c'est-à-dire antiépileptique, du CBDV.

[1] https://www.pharmazeutische-zeitung.de/inhalt-06-2005/titel-06-2005/

[2] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25029033

[3] http://www.reading.ac.uk/psychology/news/pcls-120912.aspx

[4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23902479

[5] https://www.drugbank.ca/drugs/DB14050

[6] https://patentscope.wipo.int/search/en/detail.jsf?docId=US226135163&tab=NATIONALBIBLIO

[7] https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03202303

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6342871/

[9] https://www.fasebj.org/doi/10.1096/fj.06-7957com


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

CBGV - Cannabigérivarine
CBGV - Cannabigérivarine

par Janice M. juillet 01, 2020 11 min de lecture

Voir l'article entier
THC - tétrahydrocannabinol
THC - tétrahydrocannabinol

par Janice M. juillet 01, 2020 12 min de lecture

Voir l'article entier
CBD – Cannabidiol
CBD – Cannabidiol

par Janice M. juillet 01, 2020 12 min de lecture

Voir l'article entier

Abonnez-vous à notre newsletter afin d'obtenir un cadeau de bienvenue gratuit