LA QUALITÉ SUISSE DEPUIS 2013

DES CLIENTS DANS PLUS DE 58 PAYS

5 ÉTOILES SUR TRUSTPILOT

LIVRAISON GLOBALE

0

Votre panier est vide

CBN - Cannabinol

par Janice M. juillet 01, 2020 9 min de lecture

CBN - Cannabinol

  1. Généralités
  2. Effets
  3. Use in medicine
  4. Sédatif
  5. CBN et CBD
  6. Histoire
  7. Références

Généralités

Quiconque s'est déjà penché sur les divers ingrédients de la plante de cannabis est certainement tombé sur le terme cannabinol à un moment ou à un autre. Le cannabinol, ou CBN en abrégé, est le nom d'un autre phytocannabinoïde qui, contrairement à ses homologues apparentés, présente une caractéristique particulière. Bien qu'il ait ses racines dans la plante de cannabis, il n'y est pas formé.

Le CBN est créé par le processus de vieillissement et l'oxydation externe du cannbinoïde psychoactif "tétrahydrocannabinol" ou THC en abrégé. L'exposition à l'oxygène ou l'exposition à la chaleur et aux rayons lumineux favorise la dégradation de l'effet psychoactif dans le processus. Plus la teneur en THC est faible, plus la teneur en CBN est élevée. C'est pourquoi le cannabinol ne peut être trouvé qu'en très petites quantités dans les plantes de cannabis fraîches.

Comme les autres cannabinoïdes, le CBN n'est pas soluble dans l'eau mais dans la graisse. Il est connu pour être une molécule liposoluble, avec de faibles effets psychoactifs et ne se lie que faiblement aux récepteurs CB1. Structurellement, le CBN se lie aux stations d'accueil de nos récepteurs CB2. La manière exacte dont le CBN fonctionne sur le récepteur CB2 fait encore l'objet de tests dans le cadre de diverses études.

En Allemagne, le CBN ne relève pas de la loi allemande sur les stupéfiants, sauf s'il provient de l'intoxication par la plante de cannabis. En outre, le CBN ne fait pas partie de la "Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants du 30 mars 1961”[1] et de la "Convention sur les substances psychotropes". Cela fait du CBN une préparation légale, en particulier à des fins médicales.

Effets

Tout comme son THC relatif, le dosage du CBN est essentiel pour obtenir les bons effets. Cela explique également pourquoi il est difficile de comparer le mode d'action du CBN avec celui du THC, même s'il s'agit d'un successeur direct de ce phytocannabinoïde bien connu. Par exemple, la prise de CBN en forte concentration peut entraîner un sentiment d'épuisement. Ce phénomène contredit les conclusions d'une étude qui a montré que les participants à l'étude ont amélioré leurs capacités cognitives en prenant du cannabis (1LINK). Cela suggère que la CBN agit comme un antagoniste des cannabinoïdes comme le THC. Une contribution importante est apportée par les deux récepteurs CB et ceux-ci aiment s'approprier les effets de nombreux cannabinoïdes.

Comme le CBN semble avoir une meilleure connexion avec les sites de liaison des récepteurs CB2, nous pouvons tirer d'autres conclusions sur les domaines d'utilisation possibles. Ces récepteurs se trouvent principalement dans le système immunitaire et sont des composants importants pour traiter les cas cliniques neuropathiques, ainsi que les douleurs inflammatoires, les maladies neuronales et neurodégénératives.

En combinaison avec d'autres cannabinoïdes, le CBN stimulerait l'appétit.

Les autres modes d'action sont:

  • Sédatif
  • Analgésique
  • Antibactérien
  • Anti-inflammatoire
  • Antispasmodique
  • Promouvoir le sommeil

    Les effets antidépresseurs potentiels de la CBD ont également été testés avec la CBN, mais n'ont pas pu être prouvés.

    Les études sur les phytocannabinoïdes sont toujours en cours et continuent de fournir des résultats nouveaux et révisés. Comme la prise de CBN présente un avantage médical potentiel, des recherches sont bien sûr toujours en cours sur ce phytocannabinoïde.

    Utilisation en médecine

    Bien que de nombreux cannabinoïdes se chevauchent et présentent des similitudes dans leurs effets, chacun est unique et offre toujours un nouveau potentiel thérapeutique dans l'utilisation médicale pour soutenir les processus de guérison de manière efficace et durable. Le processus d'oxydation du tétrahydrocannabinol qui donne naissance au "nouveau" cannabinoïde, le CBN, se produit par une modification du profil chimique de la fleur, qui à son tour provoque ces changements importants dans les propriétés thérapeutiques.

    Sédatif

    Les sédatifs ont un effet calmant et anxiolytique sur les patients. En même temps, ils peuvent réduire le niveau d'activité, favoriser le sommeil, soulager les spasmes et détendre les muscles. Les sédatifs sont utilisés pour les personnes souffrant d'une grave agitation intérieure, de traumatismes ou d'anxiété.

    L'internet donne des informations sur l'utilisation du CBN comme sédatif. À cet effet, on cite des études où le cannabinol a un effet sédatif et calmant. Dans ce contexte, le cannabinol est souvent mis sur le même pied que le diazépam, un sédatif bien connu. Mais il n'y a guère de preuves pour étayer cette affirmation :

    L'effet sédatif supposé du CBN est probablement sa caractéristique la plus connue. Cependant, il n'existe pas beaucoup d'études qui soutiennent totalement cette théorie.

    Cela pourrait s'expliquer en partie par le fait que de nombreuses études et travaux scientifiques sur la plante de cannabis ont été interrompus pendant des décennies à la suite d'une interdiction collective après les années 1970 et 1980. La recherche est toujours occupée à rattraper le manque de temps et à acquérir des connaissances sur la plante de cannabis polyvalente. Une autre raison pourrait résider dans l'interprétation libre d'une étude qui a testé les effets sur seulement cinq participants masculins après la prise de CBN.[2]

    Dès 1975, le CBN a été testé à différentes doses (0 à 50 mg) lorsqu'il était pris par voie orale en combinaison avec 25 mg de THC, un cannabinoïde. Le cannabinol a semblé modifier l'effet du THC sur les sujets testés. Les cinq hommes se sont sentis plus somnolents après avoir pris la combinaison et ont estimé que les effets de la "drogue" étaient plus perceptibles que les effets du THC seul. En conclusion, on peut dire que le CBN a semblé augmenter l'effet du THC dans certains processus, mais seulement dans une faible mesure. L'effet sédatif du cannabinoïde consommé seul n'a pas été spécifiquement testé ou trouvé dans cette étude. Il se pourrait donc que le CBN n'ait finalement fait que renforcer les propriétés du THC.

    Des études sur les animaux ont également examiné ce domaine à un stade précoce et ont montré des troubles moteurs chez les chiens en ajoutant 12 mg ou plus de CBN, selon le poids corporel.[3] Cependant, aucun effet modérateur n'a été démontré sur le système nerveux central humain.

    Une autre raison de l'hypothèse selon laquelle le CBN a des effets sédatifs sur l'homme pourrait être due à l'examen du mode d'action des plantes de cannabis matures. Comme déjà décrit ci-dessus, celles-ci présentent une proportion plus élevée de CBN et ont un effet sédatif accru. La question cruciale est de savoir si ce phénomène est uniquement imputable au cannabinol. La science n'a pas encore résolu cette question.

    Analgésique

    Les analgésiques sont des agents pharmaceutiques qui soulagent la douleur. On distingue les analgésiques opioïdes et non opioïdes, car les deux groupes ont des mécanismes d'action différents.

    Les analgésiques non opiacés interviennent dans une enzyme très spécifique, qui est l'enzyme COX. Ils y bloquent la production ultérieure de prostaglandines. Cette hormone locale joue un rôle crucial dans les syndromes de douleur locaux.

    Les analgésiques à base de cannabis se lient aux récepteurs cannabinoïdes de notre système nerveux central. De là, ils peuvent utiliser le système endocannabinoïde pour soulager la douleur et soutenir les cannabinoïdes de notre corps dans leur action. Même la douleur chronique peut être soulagée par des actions sur les récepteurs. L'avantage des médicaments à base de cannabis pour le soulagement de la douleur est, entre autres, qu'un niveau sanguin constant peut être maintenu chez les patients grâce à un dosage précis.

    Selon une étude de 2002, le CBN peut soulager la douleur en libérant des endorphines[4], ce qui est également le cas du THC, qui agit par le biais du centre de contrôle de la douleur au sein du système endocannabinoïde.

    Antibactérien et anti-inflammatoire

    Nous savons depuis de nombreuses décennies que plusieurs phytocannabinoïdes ont un effet antibactérien. Dès les années 1950, les cannabinoïdes végétaux ont été utilisés pour lutter contre les maladies infectieuses microbiennes comme la tuberculose. Même avant cela, les premières tentatives ont été faites sur des cas de tuberculose en Inde avec le cannabis, qui ont eu lieu à la fin du 19ème siècle.

    On soupçonne que la forte concentration d'acides gras polyinsaturés, principalement dans l'huile de graines de chanvre, en est un élément essentiel. Le corps humain ne peut pas produire ces acides gras de manière indépendante et compte sur nous pour les ingérer par le biais de la nourriture. En outre, les graines de chanvre fournissent la quantité idéale (équilibre 3-4 : 1) de certains acides gras oméga dont le corps a normalement besoin. Ces acides gras, oméga-3 et oméga-6, sont nécessaires à l'organisme pour les maladies inflammatoires car ils aident à réguler les processus inflammatoires.

    Le cannabinol présente donc les conditions idéales pour avoir des propriétés antibactériennes. En fait : le cannabinoïde relativement inconnu, ainsi que quatre autres phytocannabinoïdes testés, ont donné des résultats prometteurs dans une étude scientifique de 2005 sur les germes de SARM, qui sont des germes hospitaliers multirésistants et résistants aux antibiotiques particulièrement dangereux.[5] Ces germes multirésistants, également connus sous le nom de superbactéries, sont en augmentation dans les hôpitaux et les maisons de retraite et, selon une analyse de l'OCDE, pourraient coûter la vie à plus de 2,4 millions de personnes dans le monde d'ici 2050. Il est difficile d'y parvenir car les germes peuvent modifier leur constitution génétique et développer une résistance après un contact avec des antibiotiques. Les coûts estimés se chiffrent en milliards et représentent 10 % du budget total consacré à la lutte contre les maladies infectieuses dans le cadre de la lutte contre les germes résistants.

    C'est pourquoi des scientifiques de Londres, Rovigo et Novara en Italie ont découvert que les phytocannabinoïdes peuvent être efficaces dans la lutte contre ces superbactéries très résistantes. Le CBN a été classé comme particulièrement efficace avec les phytocannabinoïdes tétrahydrocannabinol (THC), cannabigerol (CBG), cannabidiol (CBD), cannabichromene, ou CBC.[6]

    Le CBN, ainsi que les quatre autres cannabinoïdes testés, a connu le plus grand succès, en particulier chez les bactéries qui avaient développé une résistance à l'antibiotique pénicilline.

    Bien que cette étude soit également prometteuse dans la lutte contre les agents pathogènes dangereux, l'état actuel de la recherche est encore dans sa phase pilote. À l'heure actuelle, on ne sait pas encore comment le CBN va réellement tuer les dangereux germes du SARM.

    Antispasmodique

    Ce n'est un secret pour personne que les cannabinoïdes sont de véritables agents polyvalents lorsqu'il s'agit d'agir sur le système endocannabinoïde. Il n'est donc pas surprenant que le cannabinol ait toujours un atout dans sa manche pour aider à soulager les spasmes. En janvier 1974, un article a été publié sur une étude des "sciences de la vie" qui faisait état de tests sur des animaux.[7]

    Les scientifiques ont soumis des souris à des chocs électriques maximum pour étudier l'effet direct des trois cannabinoïdes végétaux que sont le tétrahydrocannabinol (THC), le cannabinoïde (CBD) et le cannabinol (CBN). Celui-ci a été pris sous forme de solution saline, entre autres. Les trois phytocannabinoïdes testés ont eu un effet anticonvulsif. La durée d'action maximale était d'environ deux heures et le cannabinol a montré les résultats les plus passifs des trois.

    CBN et CBD

    Le cannabinol et le cannabidiol présentent des similitudes, mais diffèrent sensiblement dans leurs modes d'action. Les deux phytocannabinoïdes sont anxiolytiques, relaxants et même antiépileptiques. Alors que le CBD n'a pas d'effets psychoactifs sur les consommateurs, le CBN en montre très peu. Les deux ont également des structures chimiques différentes. Ils ne sont donc pas du tout identiques. Lorsqu'ils se mettent au travail sur le système endocannabinoïde, ils n'ont pas peur de montrer ces différences. Le CBD ne fonctionne pratiquement pas sur les récepteurs CB1 et CB2 de notre système immunitaire et nerveux. Au contraire, le phytocannabinoïde agit pour équilibrer les fonctions physiologiques du corps (homéostasie). Le CBN, en revanche, présente de faibles affinités avec les deux récepteurs.

    Histoire

    Déjà à la fin du 19ème siècle, le cannabinol a été isolé de la plante de cannabis comme le premier phytocannabinoïde jamais vu. Le chimiste britannique Robert Sidney Cahn, qui a ensuite dirigé le Journal of the Chemical Society, a étudié la structure du cannabinoïde dans les années 1930. Il n'a pas fallu longtemps pour que la synthèse chimique ait lieu dans des laboratoires aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

    En 1963, le Dr Raphael Mechoulam, pionnier du cannabis et professeur universitaire israélien de produits naturels et de chimie pharmaceutique, a fait la première découverte sur les différents modes d'action des nombreux phytocannabinoïdes. Cette découverte a jeté les bases d'importantes études sur la plante de cannabis, qui sont toujours en cours.

    Après l'adoption, pour la première fois au Nouveau-Mexique, d'une loi en 1978 qui a été utilisée pour la recherche de substances contrôlées à des fins thérapeutiques, Raphael Mechoulam a fait une autre percée dans son travail scientifique dans les années 1980. Il a testé l'effet atténuant de la CBD dans les crises d'épilepsie sur des participants à des tests.[8] Après quatre mois, une analyse des tests cliniques a montré que la moitié des sujets présentaient une réduction significative de la fréquence des crises, tandis que l'autre moitié n'avait même pas de crises d'épilepsie. Par ce biais, le Dr Mechoulam a confirmé que le CBD cannabinoïde pouvait être utilisé comme hypnotique à des fins médicales et thérapeutiques.

    Références

    [1] https://www.admin.ch/opc/de/classified-compilation/19610057/index.html

    [2] https://www.karger.com/Article/Abstract/136944

    [3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7029731

    [4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2503660

    [5] https://pubs.acs.org/doi/10.1021/np8002673

    [6] https://www.worldcat.org/title/cannabis-health-index-combining-the-science-of-medical-marijuana-with-mindfulness-techniques-to-heal-100-chronic-symptoms-and-diseases/

    [7] https://www.researchgate.net/publication/18399501_The_anticonvulsant_activity_of_cannabidiol_and_cannabinol

    [8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7413719

    Laisser un commentaire

    Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


    Voir l'article entier

    CBGV - Cannabigérivarine
    CBGV - Cannabigérivarine

    par Janice M. juillet 01, 2020 11 min de lecture

    Voir l'article entier
    THC - tétrahydrocannabinol
    THC - tétrahydrocannabinol

    par Janice M. juillet 01, 2020 12 min de lecture

    Voir l'article entier
    CBD – Cannabidiol
    CBD – Cannabidiol

    par Janice M. juillet 01, 2020 12 min de lecture

    Voir l'article entier

    Abonnez-vous à notre newsletter afin d'obtenir un cadeau de bienvenue gratuit