LA QUALITÉ SUISSE DEPUIS 2013

DES CLIENTS DANS PLUS DE 40 PAYS

5 ÉTOILES SUR TRUSTPILOT

LIVRAISON GLOBALE

0

Votre panier est vide

CBGV - Cannabigérivarine

par Janice M. juillet 01, 2020 11 min de lecture

CBGV - Cannabigérivarine

  1. Généralités
  2. CBGV et CBD
  3. Le CBGV et ses effets
  4. CBGV pour les maladies de la peau
  5. Le CBGV comme médicament contre le cancer
  6. CBGV pour l'épilepsie
  7. CBGV pour les maladies oculaires
  8. CBGV pour les troubles de la vessie

Généralités

CBGV est l'abréviation de Cannabigerivarin, un autre phytocannabinoïde de la plante de cannabis. Sa particularité est de se fixer sur les récepteurs CB1 des cellules du système nerveux périphérique et central chez l'homme et les mammifères.

Les récepteurs individuels sont répartis dans nos organes, dans tout notre organisme et dans notre cerveau, par exemple, pour assurer le bon fonctionnement du métabolisme. Les récepteurs CB2 se trouvent principalement dans notre système immunitaire. Ils sont donc essentiels dans le traitement des maladies neuronales présentant des symptômes d'inflammation ou de douleur neuropathique.

D'autres récepteurs de type 2 se trouvent dans le tube digestif, le système immunitaire, les os, les poumons et notre plus grand organe : la peau. Même les yeux et les glandes hormonales possèdent des récepteurs CB2. Cette nouvelle découverte a été faite par une équipe internationale de chercheurs qui ont pu décoder la structure moléculaire des récepteurs CB2. Ainsi, nous savons aujourd'hui que les récepteurs CB1 et CB2 travaillent en étroite collaboration. Si un récepteur cannabinoïde est stimulé par certains principes actifs, l'autre est affaibli, parfois même complètement bloqué. Cette découverte constitue une grande avancée, en particulier pour la médecine et le développement de nouveaux médicaments plus efficaces.

Les récepteurs CB1 et CB2 se trouvent dans tout le système endocannabinoïde et remplissent différentes fonctions. Ils régulent notamment l'appétit, le besoin de sommeil et les sensations physiques telles que la douleur. Par conséquent, les phytocannabinoïdes pourraient être importants pour de nombreuses maladies qui ont résisté à d'autres méthodes.

Comme la plupart de ses parents, le CBGV pur n'a pas d'effets psychoactifs.

Même avec ce génome de cannabis, qui est classé comme acide cannabinoïde, les chercheurs ont trouvé des domaines d'utilisation possibles pour le CBGV dans les procédures médicales avec le cannabis[1]. Les souches de marijuana ayant une teneur accrue en CBGV, par exemple, ont un effet anticonvulsif et présentent donc un intérêt pour diverses méthodes de traitement de l'épilepsie. Mais nous y reviendrons plus loin dans cet article.

Cependant, la tâche la plus cruciale du CBGV semble être de soutenir d'autres cannabinoïdes. Apparemment, il est possible pour le CBGV d'augmenter les effets du CBD, un cannabinoïde bien connu, et de contribuer à la liaison aux récepteurs du système endocannabinoïde.

On trouve naturellement des taux plus élevés de CBGV dans les plantes de cannabis du nord-ouest de l'Inde et du Népal. Dans la plupart des plantes, le CBGV n'est présent qu'en petites quantités.

Jusqu'à présent, nous ne pouvons que spéculer sur les avantages des phytocannabinoïdes dans les plantes. Nous pensons que le CBGV a des effets vitaux, par exemple, en agissant comme un insecticide et en augmentant la résistance à diverses maladies.

Le CBGV étant un cannabinoïde peu connu, les recherches significatives actuelles sur ses effets sont limitées. En général, il est considéré comme analogue au cannabigérol ou CBG en abrégé. Cela signifie que les deux phytocannabinoïdes sont similaires dans leur connexion chimique, mais diffèrent dans un domaine. En ce qui concerne le CBGV et le CBG, cette différence réside dans les différents anneaux de carbone.

CBGV et CBD

Le cannabinoïde CBGV, qui suscite un intérêt croissant, est un dérivé du cannabigérol, ou CBG en abrégé. Ces dernières années, cette molécule de la plante de cannabis a acquis la réputation d'être la source de tous les cannabinoïdes. Bien sûr, c'est une métaphore. À l'heure actuelle, le CBD et le THC ne sont pas seulement des priorités dans la recherche sur les cannabinoïdes, mais ils proviennent également de la source moléculaire CBG. Le CBGV est la substance chimique de base d'un large éventail de cannabinoïdes, dont le tétrahydrocannabivarine (THCV), la cannabidivarine (CBDV) et la cannabichromévarine (CBCV).

Comme de nombreux phytocannabinoïdes, le CBGV ne produit son plein effet qu'après avoir été chauffé. C'est ce qu'on appelle le processus de décarboxylation. En appliquant de la chaleur et de la lumière, le CBGV peut se transformer en CBD. L'un des grands avantages est que le cannabinoïde est plus facile à absorber et agit plus facilement dans l'organisme.

La concentration de CBGV joue un rôle majeur dans son mode d'action. De plus, le cannabinoïde travaille clairement pour aider le CBD à se lier aux récepteurs du système endocannabinoïde. Par conséquent, de nombreuses nouvelles connaissances se font jour concernant les utilisations possibles des deux cannabinoïdes. Jusqu'à présent, elles n'ont pas fait l'objet de recherches.

Le CBGV et ses effets

Lorsqu'on examine l'effet du CBGV sur d'autres phytocannabinoïdes du système endocannabinoïde (ECS), en général, le CBGV est lié à la CBD de la même manière que le THCV est lié au THC.

Ce cannabinoïde non psychoactif ne produit pas d'effet intoxicant. Cependant, le CBGV semble aider le THC, un phytocannabinoïde psychoactif, à se fixer plus facilement aux récepteurs du système endocannabinoïde. De plus, le CBGV soutient son parent, le cannabidiol. Il joue un rôle clé dans l'utilisation du CBD et la liaison aux récepteurs ECS correspondants.

Cela signifie que la cannabigérivarine peut soutenir les effets du cannabis médicinal ou même stimuler
ceux-ci. Cette nouvelle découverte est bénéfique pour la culture des plantes de cannabis. Si le CBGV parvient à augmenter ou à prolonger l'effet intoxicant du THC, les niveaux de CBGV disponibles dans les plantes pourraient être augmentés grâce à une culture ciblée.

Les chercheurs pensent que le CBGV peut augmenter la capacité des récepteurs cellulaires de l'ECS. Il n'y a pas encore de clarification finale quant à savoir si le CBGV peut stimuler le processus métabolique du CBD et être plus efficace lorsqu'il fait partie d'une préparation combinée.

Cependant, la capacité du cannabinoïde à soulager la douleur est déjà connue.[2] Les effets analgésiques et anti-inflammatoires du CBGV peuvent bénéficier aux patients qui luttent contre le lupus rhumatismal, l'arthrite ou le syndrome douloureux, la fibromyalgie.[3]

CBGV pour les maladies de la peau

Bien que de nombreux cannabinoïdes sous forme d'huile classique soient déjà utilisés dans les soins de la peau et pour les maladies chroniques et symptomatiques de la peau, le CBGV est le seul phytocannabinoïde connu (avec le CBG) qui a la rare propriété d'apaiser, d'améliorer et même de guérir la peau sèche. Cette connaissance a été acquise grâce à des expériences sur les sébocytes, les glandes sébacées.[4] Dans les cas d'acné, une maladie de peau courante, les scientifiques ont essayé d'étudier une procédure anti-acnéique par le biais de médicaments non psychotropes. Si tous les phytocannabinoïdes testés ont des effets anti-inflammatoires étonnants, les données obtenues suggèrent que le CBGV et le CBG peuvent être utilisés pour traiter la peau sèche (un symptôme classique de la neurodermite).

L'explication est simple : Le CBGV a la capacité d'augmenter la production de lipides du sébum basal. Avec l'âge ou en raison du froid, cette production de lipides peut s'arrêter. Les températures froides ralentissent également notre métabolisme, ce qui entraîne une contraction des vaisseaux sanguins et limite la circulation sanguine. Il s'agit d'une réaction de défense de l'organisme face à la chute des températures pour minimiser la perte de chaleur. Les glandes sébacées de notre peau réagissent de la même manière. Elles freinent la production de lipides dans une large mesure, c'est pourquoi la barrière cutanée naturelle de la couche supérieure de la peau, la couche cornée, devient plus sensible. Tout comme un mur de briques, une production insuffisante ou même nulle de lipides dans les glandes sébacées provoque la rupture de la paroi protectrice. À partir de ce point, des défauts de la peau peuvent apparaître. Par ce processus, notre peau perd de l'humidité, devient cassante, rugueuse ou craquelée et est plus sensible à l'environnement. Les germes peuvent également pénétrer plus facilement dans la peau.

Une augmentation de la production de lipides revient à remplacer des briques manquantes. Il en résulte que notre peau est plus saine et moins sèche et que l'hydratation naturelle de notre peau est renforcée.

Les patients souffrant de maladies inflammatoires de la peau, dues par exemple à des dermatites, pourraient bénéficier des effets anti-inflammatoires du CBGV à l'avenir.[5] Les symptômes inflammatoires sont souvent observés dans les troubles dermatologiques et peuvent se manifester par des démangeaisons, des rougeurs cutanées ou des pustules. Ils peuvent apparaître sous la forme d'une inflammation aiguë due à des influences extérieures telles que les rayons UV ou des irritants caustiques, ou il peut s'agir de maladies chroniques, souvent avec des poussées soudaines. Il s'agit par exemple de dermatites très répandues. De nombreux types d'inflammation peuvent être traités par la destruction des tissus. Dans le cadre de l'étude, le CBGV, ainsi que d'autres phytocannabinoïdes, a été testé pour sa capacité de guérison dans les maladies dermatologiques. Une attention particulière a été accordée à la question de savoir si les cannabinoïdes peuvent réduire l'inflammation de la peau. Le CBGV a révélé que malgré ses propriétés anti-inflammatoires, il influence le marqueur d'inflammation interleukine-6, IL6 en abrégé, mais seulement à des concentrations élevées (plus de trois μM). Par le biais du Toll-Like-Receptor-3, il déclenche finalement une libération accrue d'IL6. Les chercheurs ont également découvert dans la même étude que le CBGV et le CBDV travaillent ensemble à des concentrations précisément coordonnées mais généralement faibles pour supprimer de manière significative l'expression des cytokines, c'est-à-dire les protéines de croissance et de différenciation des cellules. Ces protéines sont responsables de la transmission des messages entre les cellules et de la transmission des signaux. Les cellules immunitaires utilisent également les cytokines pour agir sur le cerveau et les glandes hormonales.

Le blocage d'un excès de cytokines aide donc le système immunitaire surmené à revenir à un niveau naturel. Les réactions inflammatoires cessent et la douleur et le gonflement inflammatoire de la peau qui y sont associés peuvent diminuer.

Par conséquent, le CBGV pourrait vraisemblablement être utilisé comme un médicament en immunothérapie et comme un remède naturel sans effets secondaires graves pour protéger l'organisme des déficiences et aider à se protéger contre les substances messagères inflammatoires.

Le CBGV comme médicament contre le cancer

En 2013, des scientifiques de l'université de St. George's à Londres ont publié les résultats de la recherche sur les cannabinoïdes non hallucinogènes en tant que médicaments pour aider les patients atteints de cancer (personnes souffrant de leucémie).[6] Après que les propriétés anticancéreuses du THC aient été étudiées et reconnues, l'équipe de recherche de l'université de Londres, sous la direction du Dr Wai Liu, a obtenu un certain nombre d'autres cannabinoïdes à partir de la plante de chanvre. Ils ont examiné six cannabinoïdes individuellement et en combinaison pour tester les effets anticancéreux potentiels. L'examen a porté sur deux formes de CBD, deux formes de CBG et deux formes de CBGV. Le résultat a été stupéfiant. Chacun des cannabinoïdes testés avait les mêmes effets que le THC. Lorsqu'ils sont appliqués ensemble en combinaison, ils ont même montré une influence accrue sur les cellules cancéreuses du sang. Le CBGV s'est révélé être un cytostatique et a provoqué un arrêt simultané dans toutes les phases du cycle cellulaire.

Comme l'effet hallucinogène est soit inexistant, soit tout au plus très minime, et que les cellules cancéreuses peuvent être perturbées et empêchées de se développer, les médecins et les scientifiques voient un grand potentiel dans ces nouvelles connaissances. Les cellules cancéreuses peuvent rétrécir et le développement de métastases peut être empêché. Certains schémas de dosage utilisés avec ces phytocannabinoïdes ont même permis l'autodestruction des cellules cancéreuses. Grâce à son "effet secondaire" qui soulage la douleur, le CBGV offre des conditions idéales aux patients exposés à des médicaments, par exemple à la chimiothérapie ou à la radiothérapie.

Les méthodes peu coûteuses de production de ces nouveaux médicaments anticancéreux constituent un autre grand avantage.

Ces effets positifs amènent les groupes de recherche du monde entier à continuer d'explorer tout le potentiel futur des cannabinoïdes.

CBGV pour l'épilepsie

Comme la plante de cannabis est connue depuis de nombreuses décennies pour son effet "high" pur en tant que drogue, la recherche sur les cannabinoïdes et leurs puissants effets sur le système endocannabinoïde n'en est qu'à ses débuts. À l'heure actuelle, il n'y a qu'une première indication que le CBGV pourrait être utilisé comme anticonvulsif et comme médicament pour soulager les crises d'épilepsie. Jusqu'à présent, le CBD est de plus en plus utilisé pour traiter l'épilepsie chez les enfants, notamment en Amérique. À condition que l'épilepsie de l'individu ait été classée comme résistante à d'autres méthodes. Ce premier essai scientifique s'est déroulé sur un an, de janvier 2014 à janvier 2015, et par un total de onze différents centres américains d'épilepsie [7]. Les premiers résultats de l'étude ont montré que la CBD était efficace et parvenait à réduire la fréquence des crises d'épilepsie.

En outre, la plupart des participants à l'étude qui étaient des enfants et des adolescents ont bien toléré le phytocannabinoïde non psychoactif malgré divers effets secondaires lorsqu'il était pris par voie orale.

Sur plus de 12 semaines de prise, les crises ont diminué de 36,5 % en moyenne. Les réductions les plus importantes ont été observées chez les patients souffrant de crises focales (concentrées sur une zone), suivies de près par les crises atoniques, toniques et tonico-cloniques. Toutes ces crises sont des crises épileptiques généralisées et se caractérisent par une activité électrique anormale dans le cortex.

Si les scientifiques ont raison dans leur théorie selon laquelle le CBGV peut stimuler le métabolisme du CBD et, lorsqu'il est pris en combinaison, augmente les effets du CBD, les patients épileptiques en tireront très probablement un bénéfice.

Grâce à plusieurs études précliniques, nous pouvons établir que le CBDV, un analogue du cannabigérol, a également un grand potentiel en tant qu'antiépileptique. Les propriétés anticonvulsivantes du cannabinoïde semblent même fonctionner indépendamment des récepteurs CB1, puisque le CBDV (cannabidivarine) ne se lie que faiblement à ceux-ci. De plus, en concentrations micromolaires, le CBDV peut inhiber l'absorption cellulaire de l'anandamide, l'un des endocannabinoïdes de l'organisme.

Bien que nous ne connaissions pas précisément la fonction de l'anandamide dans l'organisme, nous soupçonnons que cette "molécule du bonheur" joue un rôle similaire à celui du THC dans le contrôle de la douleur, la promotion de l'appétit et la génération de sentiments euphoriques.

À ce jour, il n'existe pas de résultats concluants quant à savoir si le CBGV a des effets qui vont au-delà du soutien d'autres cannabinoïdes et peut produire des effets similaires.

CBGV pour les maladies oculaires

En Allemagne, environ un demi-million de personnes souffrent de glaucome. L'une des causes de cette maladie très répandue est l'augmentation de la pression intraoculaire, qui résulte d'un mauvais drainage du liquide lacrymal au coin de la chambre de l'œil. Cela peut même rendre les patients aveugles sans que des mesures appropriées soient prises. Le cannabinoïde CBG a un bon effet en aidant à drainer le liquide aqueux. Le CBGV a également été utilisé avec succès en association pour traiter les problèmes oculaires, permettant de soulager la pression intraoculaire douloureuse.[8]

Cela se produit parce que le CBG et le CBGV partagent des méthodes d'action anti-inflammatoires et antibactériennes.

CBGV pour les troubles de la vessie

Comme le CBGV sert si bien son partenaire CBG grâce à son indispensable fidélité et est donc un élément précieux dans les médicaments, le CBGV joue également un rôle dans l'aide aux patients souffrant de troubles de la vessie.[9]

Après la découverte du cannabinoïde CBG dans les années 1960, on a rapidement découvert qu'il avait la capacité d'interagir avec divers autres phytocannabinoïdes de la plante de cannabis.

Ce n'est qu'en 2015 qu'une grande avancée a été réalisée pour les patients souffrant de dysfonctionnements vésicaux. En particulier, des études ont montré que le CBG pouvait être utile pour aider les vessies hyperactives (connues sous le nom de vessies faibles) car il peut diminuer la contraction de la vessie.[10]

Dans cette étude, plusieurs cannabinoïdes non psychotropes ont été testés dans le cadre d'expériences sur les animaux, notamment le CBG, le CBD, le THCV et le CBDV.

Le CBDV est arrivé en bas de la liste, qui a été triée en fonction de son efficacité, mais il a tout de même montré des effets de contractilité dans les vessies hyperactives.

Le CBG était le leader incontesté. Cela n'a rien de surprenant, puisque la CBG peut inhiber les contractions musculaires. C'est donc le candidat idéal pour la procédure de prévention des dysfonctionnements vésicaux.

Liste des sources

[1] https://www.maximumyield.com/definition/4749/cannabigerivarin-cbgv-cannabis

[2] https://cannabisaficionado.com/cbgv/

[3] https://ionizationlabs.com/what-is-cannabigerovarin-cbgv/

[4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27094344

[5] https://patentscope.wipo.int/search/en/detail.jsf?docId=US226135163&tab=NATIONALBIBLIO

[6] https://www.sciencedaily.com/releases/2013/10/131014094105.htm

[7] https://nyulangone.org/news/marijuana-derivative-reduces-seizures-children-young-adults-treatment-resistant-epilepsy

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19112869

[9] https://pubs.rsc.org/en/content/articlehtml/2016/np/c6np00074f

[10] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26197538

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

THC - tétrahydrocannabinol
THC - tétrahydrocannabinol

par Janice M. juillet 01, 2020 12 min de lecture

Voir l'article entier
CBD – Cannabidiol
CBD – Cannabidiol

par Janice M. juillet 01, 2020 12 min de lecture

Voir l'article entier
CBN - Cannabinol
CBN - Cannabinol

par Janice M. juillet 01, 2020 9 min de lecture

Voir l'article entier

Abonnez-vous à notre newsletter afin d'obtenir un cadeau de bienvenue gratuit