Qu'est-ce que le THC?

Qu'est-ce que le THC?

Dans l’article suivant, nous allons parler du THC et de son fonctionnement.

Le THC, ou tetrahydrocannabinole, est le composant présent dans le cannabis ou la marijuana responsable de faire « planer ». Pour de nombreuses personnes, le THC est responsable du stéréotype de tous les « shootés » que l’on voit dans les films ou les écrans télévisés. Il est important de comprendre que le cannabis est fait d’une variété de composants différents. Bien que le CBD et le THC soient en pourcentage le plus élevé, il existe une variété d’autres composants importants, mais moins connus, qui ont chacun leur rôle à jouer.

Le THC est l’un des principaux cannabinnoïdes trouvés dans le cannabis, mais il n’est pas le seul. Les cannabinoïdes sont les composants chimiques présents dans le cannabis, et ils interagissent avec les récepteurs du système endocannabinoïde de notre corps. Ce sont ces réactions au système endocannabinoïde qui produisent des réponses différentes à travers notre corps et cerveau. Il y a presque une centaine de cannabinoïdes dans le cannabis, peut-être plus. C’est sur le THC que nous nous focaliserons dans cet article.

Un chimiste israélien, Raphael Mechoulam, fut le premier à isoler le THC en 1964. En utilisant du haschisch libanais, Mechoulam a isolé et synthétisé le composé THC. C’est cette découverte et ce travail précoce qui ont mené à la trouvaille d’autre cannabinoïdes ainsi qu’à la recherche sur le système endocannabinoïde et ses récepteurs. Vous serez peut-être surpris d’apprendre que notre corps produit des endocannabinoïdes naturellement. Vous n’avez même pas besoin de fumer du cannabis !

Les cannabinoïdes sont connus comme métabolites secondaires. Cela veut dire que ce sont des éléments chimiques produits par la plante de cannabis, et qui n’ont en fait aucun rôle dans la pousse de la plante de cannabis. Beaucoup de gens pensent que ces métabolites secondaires servent de système immunitaire pour la plante de cannabis, en l’aidant à lutter contre les nuisibles, parasites, insectes et prédateurs.

Le moyen le plus facile de comprendre le système endocannabinoïde est de visualiser des récepteurs repartis dans l’ensemble du corps en tant que cadenas, et les cannabinoïdes sont les clés de ces cadenas. Quand le bon cannabinoïde se lie au bon récepteur, il se passe une réaction chimique qui déverrouille les cadenas. Le THC se lie aux récepteurs de notre cerveau et de notre système nerveux central, créant ainsi une réaction chimique que beaucoup de personne connaissent comme hautement psychoactive et planante. Il y a aussi beaucoup d’autres réactions que les scientifiques commencent tout juste à comprendre.

Quand vous faites l’expérience du THC pour la première fois, il est important d’y aller lentement. Tandis que les différentes souches de cannabis ont une force différente, chaque personne réagit différemment au THC. Certaines personnes peuvent trouver que l’utilisation de THC a des effets relaxant et calmant, tandis que d’autres expérimentent de hauts dégrées d’anxiété et de paranoïa. Un fait intéressant ici est que le CBD, un autre cannabinoïde présent dans le cannabis, peut aider à diminuer les effets du THC. Des souches de cannabis différents vous donneront des réactions différentes, et il est important d’agir lentement jusqu'à ce que vous compreniez comment votre corps réagit.

Certains effets à court terme suite à l’utilisation de THC peuvent inclurent :

  • euphorie
  • relaxation
  • calme
  • apaisement de la douleur
  • trouble de la mémoire
  • énergie
  • faim
  • somnolence
  • augmentation du rythme cardiaque
  • bouche sèche
  • yeux rouges
  • ralentissement de la notion de temps
  • rires
  • vertiges
  • couch-lock, ou sentiment d’alourdissement
  • anxiété/paranoïa

Le THC a beaucoup de bienfaits médicinaux que l’on commence tout juste à comprendre. On trouve des centaines d’études menées sur le cannabis et ses bienfaits sur la santé. La montée de popularité du cannabis et sa légalisation pour l’utilisation médicinale ont stimulé l’innovation au sein des industries médicales et pharmaceutiques. Il y a plusieurs pathologies différentes pour lesquelles le THC peut également offrir des bienfaits de santé. En voici quelques-unes :

  • SSTP
  • Douleur chronique et neuropathique
  • Insomnie
  • Nausée
  • Inflammation
  • Arthrite
  • Migraines
  • Cancer
  • Maladie de Crohn
  • Fibromyalgie
  • Maladie d’Alzheimer
  • Sclérose en plaques
  • TDAH
  • Apnée du sommeil
  • d’appétit

Voir l'article entier
Les phytocannabinoïdes, c'est quoi?

Les phytocannabinoïdes, c'est quoi?

Voyons ce que sont les phytocannabinoïdes et comment ils affectent notre corps et notre cerveau.

Les phytocannabinoïdes sont des cannabinoïdes produits à la fois dans le cannabis et dans le chanvre. Il y a une forte prise de conscience de la communauté scientifique sur les cannabinoïdes et le bienfaits médicaux qu’ils apportent à de personnes de par le monde. Beaucoup de pays sont en train de revoir leur façon d’aborder le cannabis ainsi que son utilisation. Bien que la marijuana était utilisée depuis des siècles pour ses bienfaits médicaux, elle a été classée par de nombreux pays comme un narcotique, au début du 20ème siècle. Ce n’est que très récemment que les pays se sont revenus vers la marijuana et ses vertus médicales.

Les phytocannabinoïdes les plus connus sont le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Tous les cannabinoïdes produits par les plantes sont des phytocannabinoïdes. Tous les cannabinoïdes produits par le corps humain sont des endocannabinoïdes. Il n’y a pas besoin de consommer de cannabis pour produire des cannabinoïdes. Les deux principaux endocannabinoïdes sont l’anandamide (AEA) et le 2-arachidonoylglycérol (2-AG). Aussi bien les endocannabinoïdes que les phytocannabinoïdes interagissent avec le système endocannabinoïde.

Le système endocannabinoïde est une série de récepteurs reliés entre eux de par le corps. Les récepteurs du cerveau sont généralement les récepteurs CB1 alors que les récepteurs dans le système immunitaire et le système nerveux central sont les récepteurs CB2. Il est admis que le système endocannabinoïde est responsable du maintien de l’équilibre du corps et de l’esprit. Certains chercheurs vont même jusqu’à affirmer que ce serait une alimentation à base de chanvre qui aurait permis à nos ancêtres, il y a plusieurs dizaines de milliers d’années, de développer un système endocannabinoïde.

Voici une liste des phytocannabinoïdes les plus courants et comment ils réagissent et interagissent avec notre système endocannabinoïde :

Le Cannabigérol (CBG)

 Le CBG est considéré comme le précurseur de tous les phytocannabinoïdes. Il est admis qu’il possède une large palette d’applications thérapeutiques, et qu’il est plus efficace que le CBD dans la gestion de la douleur neuropathique. Les enzymes se trouvant dans les trichromes transforment le CBG en un des 113 autres cannabinoïdes qui peuvent être trouvés dans le cannabis. Après ce processus il ne reste que très peu de CBG dans la plante mature, environ moins de 1%. Ici vous pourrez en savoir plus sur le CBG.

Le Cannabidivarin (CBDV) 

Le CBDV est un autre cannabinoïde non psychoactif. C’est un analogue du CBD, il a une chaîne de 3 carbones (propyl), au lieu d’une chaîne de 5 carbones (pentyl). Il possède beaucoup de caractéristiques du CBD, et des études sont actuellement menées sur ses effets anti-convulsions.

Le Cannabidiol (CBD) 

Le CBD est un des phytocannabinoïdes le plus connu et recherché et qui possède le plus d’applications thérapeutiques. C’est un composant non psychoactif, ce qui veut dire que vous ne planerez pas comme cela serait le cas avec du THC. C’est pour cela qu’il est légal d’en acheter et d’en posséder dans de nombreux pays. Le CBD est utilisé dans de nombreux traitements afin de traiter différentes conditions comme les convulsions, les tumeurs, les troubles psychotiques, les inflammations, les insomnies, la dépression mais il est aussi utilisé comme anxiolytique, antioxydant et immunostimulant. Ici vous pourrez en savoir plus sur le CBD.

Le Tétrahydrocannabinol (THC) 

Le THC est très certainement le composé le plus connu et controversé de tous les phytocannabinoïdes. Lorsque vous consommez de la marijuana et que vous planez, c’est l’effet du THC qui vous affecte. Quand le THC se lie avec les récepteurs CB1, il stimule la libération des endocannabinoïdes en charge du contrôle de l’humeur et de l’appétit. Le THC est aussi connu comme étant un anti-inflammatoire très puissant, jusqu’à 20 fois plus efficace que l’aspirine. Ce sont les effets planants du cannabis qui ont conduit à un fort lobbying pour classer le cannabis comme narcotique. Ici vous pourrez en savoir plus sur le THC.

Le Cannabichromène (CBC)

Le CBC est un autre phytocannabinoïde thérapeutique qui se trouve dans le cannabis. Il est considéré comme un des cannabinoïdes les plus efficaces dans la lutte contre le cancer. Le CBC interagit avec les récepteurs CB2 qui se trouve dans les cellules des tumeurs, ce qui permet de produire des antigènes de surface qui attire les cellules immunitaires cytotoxiques pour les détruire. Un autre fait intéressant sur le CBC est qu’il soit le seul phytocannabinoïde permettant de stimuler la croissance des cellules du cerveau, chose qui était jugée impossible il y a encore moins de 30 ans. Cette découverte a nourri la recherche sur les effets et les utilisations du CBC dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Ici vous pourrez en savoir plus sur le CBC.

    Les phytocannabinoïdes jouent un rôle important dans le système endocannabinoïde, mais la recherche sur ces composants n’en est encore qu’à ses débuts. Le statut de narcotique du cannabis y est pour beaucoup, mais la légalisation croissante de ce dernier et son reclassement comme composé médical va permettre d’augmenter le nombres d’études menées sur ses effets et ses possibles utilisations.

    Voir l'article entier
    Qu'est-ce que le 2-AG?

    Qu'est-ce que le 2-AG?

    Curieux d’en savoir plus sur les endocannabinoïdes? Alors allons jetez un coup d’œil sur le 2-AG et son fonctionnement

    Le 2- Arachidonoylglycerol ou 2-AG est l’un des principaux endocannabinoïdes, tout comme l’anandamide. Le 2-AG fonctionne en interagissant avec les récepteurs CB localisés dans le système nerveux central et périphérique de notre corps. Le 2-AG est un agoniste complet pour les deux récepteurs CB, il est aussi la molécule de liaison principale des récepteurs CB2.

    Le système endocannabinoïde n’est pas quelque chose que vous obtenez en consommant de cannabis. Nous possédons tous un système endocannabinoïde, et il est responsable du maintien de l’équilibre de notre corps. Les cannabinoïdes et les endocannabinoïdes fonctionnent en s’attachant aux récepteurs localisés autour du système endocannabinoïde. Quand les endocannabinoïdes et les cannabinoïdes s’attachent aux récepteurs, une réaction chimique se produit. C’est cette réaction chimique qui produit des changements dans notre corps. Les endocannabinoïdes et les cannabinoïdes sont comme des clés déverrouillant les récepteurs, qui sont comme des cadenas. On trouve les cannabinoïdes dans la plante de cannabis, et les endocannabinoïdes sont produits par notre corps.

    Le 2-AG fait parti du groupe de molécules venant de l’acide arachidonique, ou deux autres acide gras essentiels du carbone-20, connus sous le nom de ADGL et EPA. Ces molécules sont considérées comme eicosanoïdes, et sont des versions oxydées des acides gras essentiels. Ils jouent des rôles compliqués, mais importants, dans différents processus corporels, dont l’inflammation et l’immunité.

    En tant que l’un des endocannabinoïdes les plus importants trouvés à l’intérieur de notre corps, le 2-AG joue un rôle important dans la régulation de l’appétit, la gestion de la douleur, et dans les fonctions du système immunitaire. Le cannabis est un moyen excellent pour aider à stimuler et renforcer votre système endocannabinoïde, mais il existe aussi d’autres moyens d’aider votre système endocannabinoïde sans utiliser du cannabis. Vous trouverez ci-dessous trois différentes façons de stimuler vos taux en 2-AG :

    1. Votre alimentation

    Puisque le 2-AG est essentiellement fait de gras, ou d’acide linoléique métabolisé, vous pouvez manger de la nourriture forte en acide linoléique comme les œufs, la volaille, les graines de chanvre. Afin de stimuler vos taux en 2-AG, un régime riche en acide gras essentiel omega-6 est un moyen formidable pour commencer. N’oubliez pas de consommer des quantités équivalentes d’acide gras omega-3 et omega-6 afin d’en tirer le plus de bienfaits sur votre système endocannabinoïde.

    2. Probiotiques

    Certaines recherches suggèrent que les probiotiques participent à l’augmentation de l’expression des récepteurs CB2 localisés dans l’intestin. Vous pouvez manger des aliments probiotiques comme les poireaux, l’artichaut, l’oignon, et l’ail. Manger des légumes riches en fibre peut également aider.

    3. Le sommeil

    Le sommeil est un ingrédient essentiel au maintien du niveau corporel de 2-AG, ainsi qu’au maintien de l’équilibre de votre système endocannabinoïde. Veillez bien à recevoir de bons apports de sommeil réguliers chaque jour.

    Voir l'article entier
    Qu'est-ce que l'Anandamide ?

    Qu'est-ce que l'Anandamide ?

    Si vous souhaitez en savoir plus sur les endocannabinoïdes comme l’anandamide ainsi que le système endocannabinoïde, alors continuez de lire.

    L’anandamide ou N-arachidonoylethanolamine est un analogue endogène du THC. L’anandamide est aussi connue par de nombreuses personnes comme étant la « molécule du bonheur » ou la propre version du corps humain, du THC. Elle est produite par nos corps et possède un contenu chimique très similaire à celui du THC, elle se lie aussi aux mêmes récepteurs dans le système endocannabinoïde. Elle possède différentes propriétés mais peut aussi agir comme un neurotransmetteur permettant d’améliorer l’humeur.

    Contrairement aux cannabinoïdes comme le THC, le CBD, le CBN et bien d’autres encore, l’anandamide est un endocannabinoïde. On trouve les cannabinoïdes dans le cannabis, alors que les endocannabinoïdes sont naturellement produits par le corps. L’anandamide est produite à l’intérieur des membranes cellulaires ainsi que dans les tissus du corps. Elle est synthétisée à partir du N-arachidonoyl phosphatidylethanolamine, puis elle est détruite par l’enzyme d’hydrolyse des acides aminés.

    Elle interagit et se lie avec les récepteurs CB1 et CB2 qui se situent dans le cerveau. L’anandamide est considérée comme un composé fragile à cause de sa rapidité de décomposition dans le corps. Elle est produite dans les zones du cerveau responsables de la gestion de la mémoire, des mouvements ainsi que du processus de pensée. Elle a également un rôle important à jouer dans de nombreux processus physiologiques comme la gestion de l’appétit, de la douleur et de la fertilité.

    Comment l’anandamide fonctionne

    L’anandamide travaille en interagissant avec les récepteurs du système endocannabinoïde. Ces récepteurs, CB1 et CB2, se trouvent dans le corps, le cerveau et le système nerveux central. Ils agissent comme des serrures. Les cannabinoïdes et les endocannabinoïdes sont des clés, en se liant aux récepteurs ils créent une réaction chimique. Dans le système nerveux central, l’anandamide se lie avec les récepteurs CB1, alors que dans le cerveau c’est avec les récepteurs CB2 qu’elle se lie.

    Dans un article publié en 2005 dans le Journal de recherche clinique, il était démontré que l’anandamide aidait à promouvoir la neurogenèse. L’article expliquait que l’anandamide ainsi que d’autres cannabinoïdes promouvait la neurogenèse dans la partie du cerveau responsable de la gestion de la mémoire, des émotions et de la capacité d’apprentissage. Il a également été démontré que l’anandamide avait des effets antidépresseurs.

    Un article de 2007 publié par le département de recherche de l’Université de Michigan, montre que l’anandamide joue un rôle important chez les souris dans la gestion des habitudes alimentaires, la gestion des émotions, du plaisir et de la motivation. L’étude montre que l’anandamide injectée dans le cortex préfrontal permettait de doubler la réaction des souris lorsqu’elles recevaient une récompense après avoir réussi une tâche. Tout en affectant pas les réactions négatives lorsqu’elles n’avaient pas de récompenses.

    D’autres études menées à l’Université de Californie et l’Université du Connecticut, ont découvert que des niveaux plus élevés d’anandamide dans le cerveau pouvait aider à soulager les symptômes associés à l’anxiété et la dépression.

    Les différentes façons d’augmenter les niveaux d’anandamide dans le corps

    Avec ces récentes études démontrant les bienfaits de l’anandamide dans le corps il est plus que normal de se demander comment augmenter ses niveaux d’anandamide.

    Parmi les façons d’augmenter ses niveaux d’anandamide :

    • Faire du sport
    • Manger du chocolat
    • Manger des truffes
    • Exercer sa concentration

    Voir l'article entier

    Qu'est-ce que le CBN?

    Qu'est-ce que le CBN?

    Curieux d’en savoir plus sur les cannabinoïdes moins connus comme le CBN? Alors allons jeter un coup d’œil sur le CBN et certains de ces bienfaits médicinaux

    Tout comme le tetrahydrocannabinol (THC), et le cannabidiol (CBD), le cannabinol (CBN) est un cannabinoïde présent dans la plante de cannabis. Le CBN ne va pas vous faire “planer” comme le THC et se rapproche davantage du CBD puisqu’il n’a aucun effet psychoactif. Donc, si vous êtes à la recherche du future cannabinoïde pouvant vous faire planer, vous préférerez sans doute vous passer du CBN. Ce que le CBN a à offrir aux consommateurs sont des bienfaits médicaux extrêmement intéressants et pouvant potentiellement nous changer la vie.

    Le CBN se trouve souvent en plus grande quantité dans du cannabis plus âgé et affiné. Avec l’âge, ou l’exposition à l’oxygène dans le temps, le THC se change en CBN. Si vous avez laissée de l’herbe sèche trainer pendant des mois voire des années, il contiendra vraisemblablement des quantités en CBN plus élevées. Si vous essayez de trouver des souches de cannabis à taux élevé en CBN, vous feriez mieux de rechercher des concentrés de CBN spécifiques.

    La législation du cannabis pour l’usage ludique tout comme médicinal dans de nombreux pays autour du monde a généré une croissance massive de la recherche et des études sur le cannabis et ses bienfaits. Le cannabis fut utilisé pendant des siècles pour ses propriétés médicales, et c’est seulement au début des années 1900 qu’il fut classifié comme narcotique. Récemment, de nombreux gouvernements ont repensé leur position sur le cannabis comme narcotique et envisagent l’avenir du cannabis comme un produit médicinale légitime.

    Notre corps est constitué d’un système endocannabinoiïde. Ce système est relié à notre corps, cerveau et système nerveux central. Le système endocannabinoïde est couvert de récepteurs. Les cannabinoiïdes s’attachent à ces récepteurs. Comme une clé qui ouvre un verrou. Quand les cannabinoïdes s’attachent à ces récepteurs, une réaction chimique se produit. C’est ces réactions chimiques qui suscitent de l’enthousiasme auprès des scientifiques et des chercheurs sur les cannabinoïdes et le cannabis.

    Le CBN peut sembler très similaire au CBD, mais c’est un autre cannabinoïde unique trouvé dans la plante de cannabis. Il y a approximativement 113 cannabinoïdes différents présents dans la plante de cannabis, et chacun d’entre eux peuvent jouer un rôle important dans nos systèmes endocannabinoïdes, ainsi que pour notre santé et bien-être. Quelques-uns des bienfaits étudiés par les scientifiques et les chercheurs incluent:

    • soulagement de la douleur
    • encouragement de la croissance des cellules osseuses
    • anti-insomnie
    • anti-inflammatoire
    • antibactérien
    • stimulant de l’appétit
    • anticonvulsif

    L’un des aspects les plus promettant du CBN, et celui qui stimule le plus les chercheurs, est son effet sédatif. Certaines recherches sont même allées jusqu'à suggérer que 5mg de CBN pourraient être l’équivalent d’une dose de 10mg de diazépam. Le plus formidable dans l’utilisation du cannabis comme analgésique ou somnifère est que les chances d’accoutumance sont minimisées. Beaucoup de produits à base d’analgésiques opioïdes sont souvent accompagnés d’effets secondaires sévères, avec une force chance d’accoutumance, en particulier chez les jeunes.

    Si vous voulez avoir une bonne nuit de sommeil en utilisant du cannabis, un soupçon de CBN pourrait être l’un des somnifères les plus efficaces disponibles ! Contrairement au THC, le CBN ne vous fera pas planer, et il vous laissera avec un esprit clair prêt à accomplir toute tâche que vous complèteriez habituellement. Le plus gros revers du CBN est qu’il n’est pas présent en mêmes quantités que le sont THC ou CBD. Tandis que le bourgeon ou la fleur de cannabis contiennent jusqu'à 30% de THC ou CBD, ils contiennent habituellement moins de 1% de CBN.

    Voir l'article entier
    Qu'est-ce que le CBG?

    Qu'est-ce que le CBG?

    Curieux d’en savoir plus sur les cannabinoïdes comme le CBG ? Alors allons jeter un coup d’œil sur le CBG.

    Le cannabis contient bien plus de cannabinoïdes que les deux plus connus et populaires, CBD (cannabidiol) et THC (tetrahydrocannabinol). Il contient aussi beaucoup d’autres cannabinoïdes, comme le CBG (cannabigerol). Bien que le CBG ne soit pas aussi connu et présent en même quantité que les autres cannabinoïdes, il existe, et il a un rôle important à jouer, tout comme les autres 113 cannabinoïdes que l’on trouve dans la plante de cannabis.

    Le CBG est similaire au CBD puisqu’il ne vous fera pas « planer » comme le fait le THC. Il ne contient aucune propriété psychoactive, et ne vous donnera pas cet effet planant que l’on ressent quand l’on consomme de la souche de cannabis à taux élevé en THC. Le CBG n’est pas considèré comme l’un des cannabinoïdes principaux parce qu’il n’est habituellement trouvé qu’à un taux très faible, d’approximativement 1%.

    Ce qui est intéressant à propos du CBG, c’est que le CBD comme le THC sont d’abord des CBG. La plante de cannabis produit de l‘acide cannabigérolique (CBGA) ; celui-ci est le précurseur de trois des lignes de cannabinoïdes les plus importantes, THCA, CBDA et CBCA. Ces enzymes, au sein de la plante de cannabis, transforment le CBGA soit en CBDA soit en THCA, qui est alors activé par la lumière ou la chaleur, afin de créer du CBD ou du THC. Avec sa quantité plus importante de souches de marijuana, le CBGA est converti rapidement en CBDA ou THCA. Quand vous obtenez davantage de THC, vous finissez par avoir moins de CBD, ou plus de CBD avec moins de THC.

    Dans la tentative d’obtenir une série de cannabis à quantités de CBG plus élevée, les producteurs et éleveurs ont fait des expériences sur l’hybridation de plantes et la manipulation génétique. Il y a aussi moyen de récupérer plus de CBG venant des plantes de cannabis à partir de plantes récoltées à une certaine période durant le cycle de croissance. Les producteurs ont besoin de localiser le moment où la quantité de CBG est à son maximum, normalement de la sixième à la huitième semaine du cycle de croissance.

    Les bienfaits médicaux potentiels du CBG

    Au sein de notre corps, le système endocannabinoïde travaille durement au maintien de l’équilibre de notre corps à un état d’homéostasie. Les endocannabinoïdes aident à contrôler les différentes régions du corps, avec des récepteurs repartis dans l’ensemble du cerveau, du corps et du système nerveux central. Le CBG agit sur des zones très spécifiques au sein des systèmes physiologiques, et l’on trouve de nombreuses recherches prometteuses focalisées sur cette zone.

    CBG et glaucome

    On trouve des récepteurs localisés au sein de la structure oculaire. On pense que le CBG est l’un des meilleurs cannabinoïdes dans le traitement du glaucome. Le CBG fonctionne en abaissant la pression intraoculaire dans l’œil. Le CBG est aussi un vasodilateur très puissant et possède des bienfaits neuroprotecteurs nombreux.

    CBG et maladie inflammatoire de l’intestin

    Durant de récentes études faites sur des souris, les scientifiques ont découvert que le CBG était efficace dans le décroît des caractéristiques d’inflammation de la maladie inflammatoire de l’intestin.

    CBG et maladie de Huntington

    Pendant une étude menée en 2015, les chercheurs ont découvert que le CBG protégeait les neurones des souris atteintes de la maladie de Huntington. La maladie de Huntington est caractérisée par une dégénération des cellules nerveuses et une détérioration du cerveau.

    CBG et cancer

    Le CBG se prouve également très prometteur dans la lutte contre le cancer. Le CBG a montré son aptitude à bloquer les récepteurs responsables de la croissance des cellules cancéreuses. Dans une étude menée sur des souris, le CBG a su inhiber la croissance de cellules colorectales cancéreuses responsables de la croissance du cancer du colon.

    Voir l'article entier
    Qu'est-ce que le CBC?

    Qu'est-ce que le CBC?

    Curieux d’en savoir plus sur le CBC et ce qu’il est? Alors, poursuivez votre lecture.

    Comme le THC (tetrahydrocannabinol) et le CBD (cannabidiol), le CBC, ou cannabichromène, est un autre cannabinoïde courant présent dans le cannabis. On considère le CBC comme l’un des six cannabinoïdes principaux, mais il n’attire pas encore autant d’attention que le CBD ou le THC. Les scientifiques sont toujours en train de déchiffrer tous les secrets que nous offrent le CBC et autres cannabinoïdes. Jusqu'à présent, les résultats semblent promettant mais n’allez pas chercher des souches de cannabis à fort taux de CBC pour le moment. Ils sont encore bien loin d’être nombreux.

    Tout comme le CBD, le CBC ne va pas vous faire planer ou vous immobiliser dans votre fauteuil comme le fait le THC. C’est un composant non-psychoactif, mais il possède toutefois une variété de bienfaits de santé potentiels. Le CBC se lie mal aux récepteurs CB1 localisés dans le cerveau, contrairement au THC qui vise et se lie spécifiquement à ces récepteurs. Le CBC va plus vraisemblablement se lier au récepteur vanilloid 1 (TRPV1) et au récepteur transitoire potentiel ankyrin 1 (TRPA1), lesquels sont connectés à la perception de la douleur. Quand vous consommez du CBC, celui-ci se lie à ces récepteurs et aide à l’augmentation des endocannabinoïdes naturels du corps.

    Tout comme d’autres cannabinoïdes et endocannabinoïdes, les scientifiques pensent que le CBC fonctionne mieux quand il est combiné avec d’autre cannabinoïdes. Il n’y a pas eu beaucoup d’études faites sur la façon dont le CBC fonctionne avec d’autres cannabinoiïdes comme le CBD ou le THC, mais les études faites sur la façon dont le CBD et le THC fonctionnent ensemble sont encourageantes. La croissance des marchés de marijuana médicale légale, et la législation progressive de la marijuana autour du monde encouragent une montée des recherches et des études.

    Le potentiel médical du CBC

    Alors que la recherche suit son cours, on trouve déjà des bienfaits médicinaux potentiels liés au CBC et autres cannabinoïdes. Bien que la marijuana ait été utilisée médicalement pendant des décennies, sa classification en tant que narcotique au début des années 1900 a paralysé les recherches sur son fonctionnement dans notre corps et sur l’effet des cannabinoïdes sur nos systèmes endocannabinoïdes.

    CBC et Cancer

    Le CBC pourrait potentiellement être un allié très puissant dans la lutte contre le cancer. Cela est dû à la façon dont le CBC interagit avec notre système endocannabinoiïde ainsi qu’avec l’anandamide. Le CBC pourrait diminuer la quantité d’anandamide absorbée dans le système sanguin, lui permettant ainsi de circuler dans notre corps plus longtemps. Une étude conduite récemment montre que le CBC pourrait ralentir et inhiber l’inflammation et la croissance tumorale. Puisque que l’anadamide a su démontrer sa capacité à combattre le cancer du sein, cela va sans dire que tout composant prolongeant l’anandamide dans notre système sanguin pourrait être un allié dans la lutte contre le cancer du sein.

    CBC, douleur et inflammation

    On a constaté que le CBC peut bloquer l’inflammation ainsi que la douleur associée à l’arthrose. L’usage de cannabinoïdes peut être un moyen plus sain pour gérer la douleur et l’inflammation, évitant ainsi les méchants effets secondaires associés au médicament prescrit et aux analgésiques opioïdes.

    CBC et cellules du cerveau

    Une étude menée en 2013 sur des souris montre que le CBC a des effets positifs sur les cellules souches neurales progénitrices. Les cellules du NSPC sont essentielles afin de nous apporter des fonctions cérébrales saines. Cela pourrait être une avancée importante dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer.

    CBC et acné

    Beaucoup de cannabinoïdes, dont le CBC, ont montré des résultats promettant pour les personnes souffrant d’acné. Le CBC pourrait être un inhibiteur puissant contre l’acné et d’autres problèmes cutanés.

    CBC et Dépression

    Tout comme d’autres cannabinoïdes, le CBC semble bien fonctionner lorsqu’il est associé au THC et au CBD, servant d’arme contre les problèmes de santé mentales, comme l’anxiété, le stress, DDA, SSPT, et la dépression.

    Voir l'article entier
    Qu'est-ce que le système endocannabinoïde (ECS)?

    Qu'est-ce que le système endocannabinoïde (ECS)?

    Le système endocannabinoïdes, ou ECS, permet la régulation de l’équilibre de la réponse immunitaire dans le corps, de la communication entre cellules, du métabolisme, de la mémoire, du sommeil, de l’appétit, de la digestion, de la faim, de l’humeur, du contrôle moteur, de la fonction immunitaire, de la reproduction et fertilité, du plaisir et de la satisfaction, de la douleur et de la température.

    Malgré le rôle complet de ce système, cette partie du fonctionnement du corps humain est restée totalement inconnue jusqu’au milieu des années 1990.

    Le système doit son nom à la plante qui inspira sa découverte, le système endocannabinoïde est important pour la santé globale de votre corps et son équilibre, mais son importance a été comprise dans son entièreté que très récemment par le corps médical. C’est par ce système que les cannabinoïdes naturellement présents dans l’huile de CBD peuvent interagir dans le corps et déclencher tous leurs effets positifs. Avec le potentiel d’améliorer grandement la façon de fonctionner du corps, un système endocannabinoïde sain est essentiel et il est impératif de savoir comment le maintenir ainsi.

    Le système endocannabinoïde est fait de plusieurs mécanisme intégrés :

    • Des enzymes responsables de la création et de la destruction des cannabinoïdes
    • Des sites récepteurs sur les cellules pouvant recevoir les cannabinoïdes
    • Les endocannabinoïdes (des composés de cannabinoïdes naturellement fabriquée par le corps humain).
    • Ces mécanismes sont principalement présents pour assurer la communication dans le corps ainsi que la régulation des différentes réponses biologiques.

    Une des principales questions soulevées, dans les premières études du système endocannabinoïde, était de savoir si le corps produisait ses propres équivalents naturels, comme le THC et le CBD dans la plante du cannabis, par rapport au premier composé découvert et baptisé Phytocannabinoïdes.

    La réponse s’est avérée positive – sous la forme d’endocannabinoïdes Anandamide et 2-AG, qui sont les deux analogues prédominants du THC et du CBD. En comprenant que le corps humain avait ses propres cannabinoïdes, la voie à la compréhension de leurs buts était ouverte.

    Les Endocannabinoïdes comme réponse

    Les endocannabinoïdes sont créés afin de répondre aux besoins du système physiologique et sont utilisés pour réguler les fonctions du corps humain. Agissant à l’arrière des cellules présynaptiques, ils contrôlent le volume des signaux envoyés. C’est de cette manière que les endocannabinoïdes font effet sur la durée et l’intensité des processus physiologiques sous leur contrôle.

    Cependant, il a été remarqué que bien que les endocannabinoïdes sont liés à un nombre important de processus et sont majoritairement concentré dans le cerveau, le système nerveux et les organes reproductifs, ils n’affectent pas les régions du cerveau contrôlant le cœur et les fonctions respiratoires. Cette caractéristique est une des principales raisons qui rend impossible une overdose de cannabinoïdes.

    Comment fonctionne le système endocannabinoïde ?

    Dès qu’il y a des déséquilibres d’homéostasie dans les fonctions du corps, le système endocannabinoïde est activé et commence par une réponse adéquate en synthétisant des endocannabinoïdes qui agiront comme des neurotransmetteurs.

    Quand le corps crée des neurotransmetteurs pour le système endocannabinoïde, ils sont récupérés par des récepteurs disposés à la surface des cellules et qui sont spécialisés en cannabinoïdes. Ces récepteurs peuvent être trouvés dans un large nombre de régions physiologiques comme :

    • Le système immunitaire
    • Les organes et les glandes
    • Le tissu conjonctif
    • Le cerveau (très présent)

    De la même manière qu’une clé rentre dans une serrure, les endocannabinoïdes interagissent avec ces récepteurs dans le but d’aider le corps à faire son homéostasie, ou équilibre, sans l’influence d’aide extérieure. Ils transmettent donc l’information sur le changement de conditions requis afin de lancer une réponse.

    Les sites de récepteurs cannabinoïdiques sont composés des variantes CB1 et CB2, qui répondent différemment en fonction des différents cannabinoïdes. Les récepteurs CB1 sont les plus présents dans le système nerveux central et permettent les avantages suivants :

    • Modulation du stress et de l’anxiété
    • Augmentation de l’appétit
    • Diminution de la nausée
    • Equilibre du système immunitaire
    • Inhibition de tumeurs

    Les récepteurs de CB2 peuvent être trouvés principalement sur les cellules du système immunitaire et semblent les mesures prédominantes dans la lutte contre les inflammations et les atteintes aux tissus. Certaines cellules contiennent même les deux types de récepteurs, chacun responsable d’une fonction différente.

    Il y a deux principaux endocannabinoïdes : le 2-AG (2-arachidonologyglycérol) et l’AEA (Anandamide). Le 2-AG est considéré comme un agoniste principal des récepteurs CB1 et CB2. Cela signifie qu’il s’attache et s’adapte à l’intérieur des deux récepteurs et les activent simultanément afin de déclencher une réponse physiologique.

    L’Anandamide est considéré comme un agoniste partiel des deux récepteurs, car s’il s’attache aux deux récepteurs il ne s’adapte pas aussi bien dedans et par conséquent ne peut pas déclencher une réponse physiologique aussi forte (Parcher, Batkai & Kunos, 2006).

    Une fois que la fonction qui avait dévié de son homéostasie retrouve l’équilibre et que les endocannabinoïdes ne sont plus nécessaires, les enzymes métaboliques, ou la troisième pièce du système, s’activent et les décomposent.

    Les acides gras aminé hydrolase (FAAH) décomposent l’Anandamide, et le Monoacylglycérol lipase (MAGL) décompose les 2-AG. Par leur élimination, le système endocannabinoïde « éteint » les signaux moléculaires et met fin à toute activité physiologique qu’il avait stimulé.

    Comment le système Endocannabinoïde affecte-t-il votre santé ?

    Depuis la découverte de ce système et de ses actions, les chercheurs ont travaillé à mieux comprendre comment il pouvait être utilisé de manière thérapeutique afin de :

    • Diminuer la douleur
    • Combattre le cancer
    • Prévenir les maladies dégénératives
    • Aider à la santé de manière générale

    Globalement, la recherche indique que le système endocannabinoïde aide à assurer le bon fonctionnement du système nerveux central et du système immunitaire. Trouver des moyens de moduler l’activité de ce système ouvrira la voie au soin d’une large gamme de maladies chroniques et de troubles (Parcher et Kuros, 2013).

    Par exemple, des preuves indiquent que la stimulation des récepteurs cannabinoïdes peut aider à supprimer de vieux souvenirs traumatisants et peut fournir une aide clinique dans les maladies liées à l’âge et associées à une inflammation du cerveau (Ruehle, et al, 2012) ( Marchalant, et al, 2008). Cette liste inclue également des maladies comme Parkinson, les scléroses et le cancer.

    Mémoire

    Des preuves indiquent que la stimulation des récepteurs cannabinoïdes peut aider à supprimer de vieux souvenirs traumatisant (Ruehle, et al, 2012). L’extinction de souvenirs lourds est importante pour les personnes souffrant du syndrome de stress post-traumatique ou d’anxiété chronique. En permettant à ces patients d’oublier des souvenirs douloureux, ils peuvent remplacer leurs réponses de stress et d’anxiété par d’autres événements et ainsi avoir une réaction plus positive.

    Appétit et Poids

    Le cannabis est connu pour augmenter l’appétit. Cependant, les endocannabinoïdes s’utilisent de manière interne pour contrôler l’appétit, des agonistes inverse au récepteur CB1 peuvent donc être utilisé pour combattre l’obésité en « débranchant » le besoin en nourriture du corps (Pagotto et al, 2005). De la même manière il est aussi possible de faire l’inverse en stimulant l’appétit de personnes souffrant d’anorexie ou de boulimie et leur permettre de reprendre du poids. (Kogan et Mechoulam, 2007).

    Enfin, les endocannabinoïdes permettent de réguler le métabolisme et aident à contrôler le transfert d’énergie à travers le s cellules, assurant une utilisation optimale de la nourriture ingérée.

    L’Anxiété

    De nos jours, il est très difficile, voire même impossible, de mettre en pause le cycle naturel de l’anxiété et des réponses physiques qui y sont associées, principalement à cause de notre surexposition aux stress et aux environnements stressants. De par son effet sur les réponses glandulaires de notre corps au stress continu et à son effet sur la régulation et la temporisation de la réponse, le système endocannabinoïde est fortement impliqué dans la façon que nous avons de gérer et d’endurer le stress et l’anxiété sur le long terme (Akirav).

    Inflammation et fonction immunitaires

    En plus de tout ça, les endocannabinoïdes permettent de promouvoir le système immunitaire pour un bien être global. Le rôle dans l’homéostasie immunitaire prévient « l’activation spontanée des fonctions des cellules immunitaires », aidant ainsi à prévenir l’inflammation pouvant se transformer en maladies neurologiques (Pandey et al, 2009).

    Comment les cannabinoïdes d’huiles de CBD fonctionnent-ils avec le système endocannabinoïde ?

    Avec les avancées de la science et les découvertes concernant le système endocannabinoïde, les chercheurs explorent le potentiel que des dérivés de cannabinoïdes, comme le THC, le Cannabidiol (CBD) ou le Cannabinol (CBN), pourraient avoir dans le système endocannabinoïde.

    Les cannabinoïdes imitent le comportement des endocannabinoïdes et interagissent avec les récepteurs endocannabinoïdes afin d’accroître le système endocannabinoïde. Leur interaction avec les récepteurs permet de stimuler de nombreuses réponses physiologiques.

    Le THC, qui est un composé très connu pour ses effets psychoactifs et que l’on trouve dans la marijuana médicinale, active les récepteurs afin de susciter une réponse chimique. Il est considéré comme un agoniste des récepteurs CB1 et CB2 car il s’attache directement avec ces derniers et les activent. Le THC à tendance à favoriser les récepteurs CB1 car il s’adapte très bien dedans et est donc plus à même de stimuler une forte réaction physiologique.

    Quand le THC réagit avec des récepteurs CB1, cela provoque l’état « high », ou la sensation de « planer » ressentie lors de la consommation de marijuana. Le THC active également des récepteurs CB2 mais est considéré comme un agoniste partiel et ne provoque donc pas une réaction physiologique aussi forte.

    Le CBD provoque des changements chimiques en bloquant certains récepteurs. Il a tendance à avoir une faible affinité avec les récepteurs CB1 et CB2 et agit plutôt comme antagoniste indirect des agonistes. Cela signifie que le CBD s’adapte de manière imparfaite dans les récepteurs et ne les activent pas mais prévient tout autre messages chimiques.

    Avec les nouvelles découvertes sur le système endocannabinoïde, le potentiel thérapeutique des composés actifs du cannabis (comme le THC, le CBD ou le CBN) est devenu évident.

    Pourquoi devrais-je ajouter des cannabinoïdes issus d’huiles de CBD dans mon corps ?

    Une théorie sur le lien entre notre santé globale et le système endocannabinoïde indique que certaines personnes souffrent d’un déficit d’endocannabinoïdes, plus connus sous l’acronyme CECD (Smith et Wagner, 2014). Ce concept, initialement proposé par le chercheur E.B. Russo en 2004, explique que ce déficit pourrait être la cause principale de beaucoup de maladies auto-immunes, incluant les migraines, la fibromyalgie et l’IBS (Russo, 2004).

    En modulant le système endocannabinoïde (Kaur, Ambwani & Singh, 2016), de nombreuses maladies et conditions pourraient être traitées, incluant :

    • La douleur
    • L’inflammation
    • Sclérose en plaques
    • L’anorexie
    • L’épilepsie
    • Le cancer
    • Les Glaucomes
    • L’obésité
    • La Schizophrénie
    • Les troubles cardiovasculaires
    • La maladie de Parkinson
    • La maladie d’Hurtington
    • La maladie d’Alzheimer
    • Le syndrome de Tourette

    Un des obstacles principaux à l’acceptation de l’usage du cannabis et de ses cannabinoïdes actifs dans la médecine, est dû aux problèmes d’abus de sa psycho-activité. Cependant, ce problème reste mineur selon les approches de son utilisation dans la régulation du système endocannabinoïde, notamment :

    • Quand un antagoniste est appliqué aux récepteurs CB1
    • Quand la production ou le transport d’endocannabinoïdes est altéré
    • Quand un agoniste non-psychoactif comme le CBD est utilisé à des fins thérapeutiques sur les récepteurs CB2 (Pacher et Kunos, 2013)

    Les Phytocannabinoïdes comme le THC, provenant du cannabis, ou le CBD concentré, venant du chanvre, affectent le système endocannabinoïde.

    Cependant, il a été démontré que des phytocannabinoïdes non-psychoactifs provenant d’autres plantes, comme les terpènes ou les flavonoïdes, sont récupérés par les récepteurs dans le système.

    L’usage de petites doses de phytocannabinoïdes peut encourager le corps à créer plus naturellement des endocannabinoïdes ainsi que des récepteurs de ces derniers, il est donc possible de renforcer la sensibilité naturelle de nos systèmes avec des compléments cannabinoïdes réguliers.

    Globalement, il faudra encore plusieurs années de recherche afin de comprendre en profondeur l’impact des endocannabinoïdes sur le système et sur la santé, et comment le fait de compléter la production naturelle d’endocannabinoïdes avec des cannabinoïdes issus de plantes peut être bénéfique et jouer un rôle thérapeutique significatif sur la santé. De nombreuses études préliminaires montrent un très grand potentiel bénéfique sur la santé des patients avec l’utilisation de ce système.

    Nous avons trouvé cette vidéo, qui permet de visualiser le système endocannabinoïde et vous permettra de mieux comprendre l’importance de ce système.

    Sources used for the articles:

    Akirav, I. (n.d.) Role of the endocannabinoid system in anxiety and stress-related disorders. Intech Open. Retrieved from http://cdn.intechopen.com/pdfs/17314/InTech-Role_of_the_endocannabinoid_system_in_anxiety_and_stress_related_disorders.pdf

    Alger, B. E. (2013). Getting High on the Endocannabinoid System. Cerebrum: The Dana Forum on Brain Science, 2013, 14. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3997295

    Gaoni, Y., and Mechoulam, R. (1964). Isolation, Structure, and Partial Synthesis of an Active Constituent of Hashish. Journal of the American Chemical Society, 86(8), 1646-47. Retrieved from http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/ja01062a046.

    Gertsch, J., Pertwee, R. G., & Di Marzo, V. (2010). Phytocannabinoids beyond the Cannabis plant – do they exist? British Journal of Pharmacology, 160(3), 523–529. Retrieved from http://doi.org/10.1111/j.1476-5381.2010.00745.x

    Kaur, R., Ambwani, S.R., Singh, S. (2016). Endocannabinoid system: A multi-facet therapeutic target. Current Clinical Pharmacology, 11(2), 110-7. Retrieved from http://www.eurekaselect.com/141330/article.

    Kogan, N. M., & Mechoulam, R. (2007). Cannabinoids in health and disease. Dialogues in Clinical Neuroscience, 9(4), 413–430. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3202504.

    Lee, M. (2012). The Discovery of the endocannabinoid system. Retrieved from http://www.beyondthc.com/wp-content/uploads/2012/07/eCBSystemLee.pdf

    Mandal, A. (2014, June 14). Phytocannabinoids. News Medical. Retrieved from http://www.news-medical.net/health/Phytocannabinoids.aspx.

    Marchalant, Y., Cerbai, F., Brothers, H.M., & Wenk, G.L. (2008). Cannabinoid receptor stimulation is anti-inflammatory and improves memory in old rats. Neurobiology of Aging, 29(12), 1894–1901. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2586121.

    Mechoulam, R., and Hanus, L (2000, November). A historical overview of chemical research on cannabinoids. Chemistry and Physics of Lipids, 108(1-2), 1-13. Retrieved from http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0009308400001845.

    National Cancer Institute. (2016). Cannabis and cannabinoids. Retrieved from http://www.cancer.gov/about-cancer/treatment/cam/hp/cannabis-pdq#section/_11

    Pacher, P., Batkai, S., & Kunos, G. (2006). The Endocannabinoid System as an Emerging Target of Pharmacotherapy. Pharmacological Reviews, 58(3), 389–462. http://doi.org/10.1124/pr.58.3.2. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2241751.

    Pacher, P., & Kunos, G. (2013). Modulating the endocannabinoid system in human health and disease: successes and failures. The FEBS Journal, 280(9), 1918–1943. Retrieved from http://doi.org/10.1111/febs.12260.

    Pagotto, U., Vicennati, V., & Pasquali, R. (2005). The endocannabinoid system and the treatment of obesity. Annals of Medicine. 37(4):270-5. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16019725.

    Pandey, R., Mousawy, K., Nagarkatti, M., & Nagarkatti, P. (2009). Endocannabinoids and immune regulation. Pharmacological Research : The Official Journal of the Italian Pharmacological Society, 60(2), 85–92. Retrieved from http://doi.org/10.1016/j.phrs.2009.03.019.

    Pertwee, R.G. (2006). Cannabinoid pharmacology: the first 66 years. British Journal of Pharmacology, 147(Suppl 1), S163-S171. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1760722.

    Ruehle, S., Rey, A. A., Remmers, F., & Lutz, B. (2012). The endocannabinoid system in anxiety, fear memory and habituation. Journal of Psychopharmacology (Oxford, England), 26(1), 23–39. Retrieved from http://doi.org/10.1177/0269881111408958.

    Smith, S. & Wagner, M. (2014) Clinical endocannabinoid deficiency (CECD) revisited: can this concept explain the therapeutic benefits of cannabis in migraine, fibromyalgia, irritable bowel syndrome and other treatment-resistant conditions. Neuro Endocrinol Letters. 35(3):198-201. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24977967.

    Wood, T.B., Spivey, W.T.N., and Easterfield, T.H. (1896). XL. – Charas. The resin of Indian hemp. Journal of the Chemical Society, Transactions, 69, 539-546. Retrieved from http://pubs.rsc.org/en/content/articlelanding/1896/ct/ct8966900539#!divAbstract.

     

    Voir l'article entier

    Les cannabinoïdes, qu'est-ce que c'est?

    Les cannabinoïdes, qu'est-ce que c'est?

    Vous souhaitez en savoir plus sur les cannabinoïdes et le cannabis ?

    Les Cannabinoïdes sont un groupe de composés actifs que l’on trouve dans le cannabis. Vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’il y a différents composés dans la marijuana et qu’ils ont tous un rôle différent. Les Terpènes produisent le goût et l’arôme, la Chlorophylle que l’on trouve dans les feuilles rend la plante verte. Les composés le plus importants de tous sont les différents cannabinoïdes. Les Cannabinoïdes sont ce qui donne au cannabis ses propriétés médicales et récréatives qui intriguent le monde. Vous connaissez peut-être les principaux cannabinoïdes : le CBD et le THC, mais il y en a bien d’autres qui sont aussi importants.

    Que sont les Cannabinoïdes ?

    Il pourrait y avoir jusqu’à 113 différents cannabinoïdes dans le cannabis. Les plus recherchés sont, de loin, le CBD et le THC. Dans le cannabis les cannabinoïdes sont stockés dans les trichromes, les cristaux du cannabis. Ce sont les trichromes qui donnent aux bourgeons du cannabis un aspect plutôt brillant. La plupart des personnes faisant pousser du cannabis se concentrent sur des souches avec un haut niveau de THC (tétrahydrocannabinol). C’est ce dernier qui est responsable de l’effet planant lors de la consommation du cannabis. Le deuxième principal cannabinoïde est le CBD, ou cannabidiol, il travaille contre le THC et son effet euphorique. Le CBD n’a aucune propriété psychoactive et est 100% légal dans de nombreux pays. D’autres cannabinoïdes sont le CBG (cannabigérol), le CBN (cannabinol) et le CBC (cannabichromène).

    Le système Endocannabinoïde et comment il fonctionne

    Les Endocannabinoïdes sont des cannabinoïdes produits naturellement par le corps humain. Le mot « endo » signifie endogène, qui veut dire : provenant du corps. Ces cannabinoïdes sont différents des cannabinoïdes que l’on trouve dans le cannabis, mais il partage des effets et des propriétés similaires. Ils interagissent avec les mêmes chemins à l’intérieur du corps, du cerveau et du système nerveux central. Ces chemins sont appelés récepteurs. Les endocannabinoïdes les plus étudiés et compris sont l’Anandamide et le 2-AG. L’éther noladine, le virodhamine et la dopanime N-arachidonyl (NADA) sont parmi les autres endocannabinoïdes connus. Parmi les scientifiques le consensus veut que les endocannabinoïdes soient responsables de la régulation de l’équilibre dans le corps.

    Le système endocannabinoïde est constitué de récepteurs cannabinoïdes et de cannabinoïdes. Ces derniers agissent comme une clé. Ils permettent de s’attacher au récepteur cannabinoïde, le déverrouiller et ainsi déclencher un changement dans le fonctionnement de la cellule. Ils amènent une grande variété d’effets dans le corps. Lors de la consommation de cannabis, le THC et le CBC entrent dans le système endocannabinoïde et s’attachent aux récepteurs cannabinoïdes. Il existe deux types de récepteurs : le CB1 et le CB2. La plupart des premiers se trouvent dans le cerveau. C’est d’ailleurs sur ces mêmes récepteurs que s’attache le THC. Les récepteurs CB2 sont plus dispersés dans le corps et c’est le CBD qui s’attache dessus.

    Quels sont les principaux cannabinoïdes ?

    Il y a deux principales variétés de cannabinoïdes : les cannabinoïdes endogènes qui sont naturellement produits par le corps, et les cannabinoïdes exogènes qui sont aussi appelés phytocannabinoïdes, à cause de leur origine végétale. Les cannabinoïdes que l’on trouve dans le cannabis rentrent dans cette catégorie.

    Le Tétrahydrocannabinol (THC) 

    C’est le cannabinoïde le plus courant et associé à la marijuana. On le trouve à un taux de concentration d’environ 30 à 40% dans le cannabis.

    Le Cannabidiol (CBD) 

    Le second principal cannabinoïde que l’on trouve dans la marijuana. Il n’a pas de propriétés psychoactives et travaille à diminuer les effets du THC.

    Le Cannabinol (CBN) 

    Il n’est pas produit par le cannabis, il est la conséquence d’un mauvais stockage du THC. Lorsque ce dernier est exposé à une trop forte lumière ou chaleur, sa structure chimique change et il se transforme en CBN.

    Le Cannabichromène (CBC) 

    Dans certaines souches, le CBC est le second principal cannabinoïde, après le THC. Il ressemble beaucoup au CBD dans le sens où il ne s’attache pas bien aux récepteurs CB1 qui se situent dans le cerveau. Il n’a donc aucune propriété psychoactive.

    Le Cannabigérol (CBG) 

    Il agit comme une base pour les autres cannabinoïdes que l’on trouve dans la marijuana. Par le processus enzymatique, le CBG agit comme une base sur laquelle les autres cannabinoïdes peuvent se construire.

    Le 2-Arachidoylglycérol (2-AG) 

    Le 2-AG est un endocannabinoïde qui active les récepteurs CB1, dans le cerveau. Le 2-AG est produit par le corps humain et est ensuite métabolisé après utilisation.

    L’Anandamide

    C’est un autre endocannabinoïde qui se trouve principalement dans le corps. Beaucoup de scientifiques pensent qu’il est responsable pour l’effet planant que beaucoup de personne connaissent après un entraînement. Il joue un rôle majeur sur l’humeur et comment l’on se sent.

    Une conclusion sur les Cannabinoïdes

    Les Cannabinoïdes forment un vaste groupe de différentes molécules qui partagent toutes des traits communs entre elles. La Marijuana produit plus de 113 différents cannabinoïdes, dont les bienfaits et les effets secondaires doivent encore être découverts. Les endocannabinoïdes sont naturellement produits dans le corps. Tous ces composés interagissent avec le système endocannabinoïde, en s’attachant aux récepteurs CB1 et CB2. Ce sont ces interactions qui produisent les différentes réactions, qui ont toutes un effet positif sur la santé et le bienêtre.

    Il y a de plus en plus de pays qui légalisent le cannabis de par le monde, pour son usage médical comme récréatif. Ce changement de perception du cannabis permet de développer l’innovation dans l’industrie médicale et pharmaceutique et permet également aux scientifiques de découvrir encore plus de cannabinoïdes ainsi que leurs façons de réagir avec le système endocannabinoïde.

    Voir l'article entier

    Abonnez-vous à notre newsletter afin d'obtenir un cadeau de bienvenue gratuit