LA QUALITÉ SUISSE DEPUIS 2013

DES CLIENTS DANS PLUS DE 40 PAYS

5 ÉTOILES SUR TRUSTPILOT

LIVRAISON GLOBALE

0

Votre panier est vide

These articles were written by various independent authors based on research, studies and third-party articles. The contents do not reflect the opinion of Formula Swiss AG and we make no health claims that the use of CBD is subordinated to the dietary supplement or can cure diseases. Click here to read our full disclaimer.
CBGV - Cannabigérivarine

CBGV - Cannabigérivarine

  1. Généralités
  2. CBGV et CBD
  3. Le CBGV et ses effets
  4. CBGV pour les maladies de la peau
  5. Le CBGV comme médicament contre le cancer
  6. CBGV pour l'épilepsie
  7. CBGV pour les maladies oculaires
  8. CBGV pour les troubles de la vessie

Généralités

CBGV est l'abréviation de Cannabigerivarin, un autre phytocannabinoïde de la plante de cannabis. Sa particularité est de se fixer sur les récepteurs CB1 des cellules du système nerveux périphérique et central chez l'homme et les mammifères.

Les récepteurs individuels sont répartis dans nos organes, dans tout notre organisme et dans notre cerveau, par exemple, pour assurer le bon fonctionnement du métabolisme. Les récepteurs CB2 se trouvent principalement dans notre système immunitaire. Ils sont donc essentiels dans le traitement des maladies neuronales présentant des symptômes d'inflammation ou de douleur neuropathique.

D'autres récepteurs de type 2 se trouvent dans le tube digestif, le système immunitaire, les os, les poumons et notre plus grand organe : la peau. Même les yeux et les glandes hormonales possèdent des récepteurs CB2. Cette nouvelle découverte a été faite par une équipe internationale de chercheurs qui ont pu décoder la structure moléculaire des récepteurs CB2. Ainsi, nous savons aujourd'hui que les récepteurs CB1 et CB2 travaillent en étroite collaboration. Si un récepteur cannabinoïde est stimulé par certains principes actifs, l'autre est affaibli, parfois même complètement bloqué. Cette découverte constitue une grande avancée, en particulier pour la médecine et le développement de nouveaux médicaments plus efficaces.

Les récepteurs CB1 et CB2 se trouvent dans tout le système endocannabinoïde et remplissent différentes fonctions. Ils régulent notamment l'appétit, le besoin de sommeil et les sensations physiques telles que la douleur. Par conséquent, les phytocannabinoïdes pourraient être importants pour de nombreuses maladies qui ont résisté à d'autres méthodes.

Comme la plupart de ses parents, le CBGV pur n'a pas d'effets psychoactifs.

Même avec ce génome de cannabis, qui est classé comme acide cannabinoïde, les chercheurs ont trouvé des domaines d'utilisation possibles pour le CBGV dans les procédures médicales avec le cannabis[1]. Les souches de marijuana ayant une teneur accrue en CBGV, par exemple, ont un effet anticonvulsif et présentent donc un intérêt pour diverses méthodes de traitement de l'épilepsie. Mais nous y reviendrons plus loin dans cet article.

Cependant, la tâche la plus cruciale du CBGV semble être de soutenir d'autres cannabinoïdes. Apparemment, il est possible pour le CBGV d'augmenter les effets du CBD, un cannabinoïde bien connu, et de contribuer à la liaison aux récepteurs du système endocannabinoïde.

On trouve naturellement des taux plus élevés de CBGV dans les plantes de cannabis du nord-ouest de l'Inde et du Népal. Dans la plupart des plantes, le CBGV n'est présent qu'en petites quantités.

Jusqu'à présent, nous ne pouvons que spéculer sur les avantages des phytocannabinoïdes dans les plantes. Nous pensons que le CBGV a des effets vitaux, par exemple, en agissant comme un insecticide et en augmentant la résistance à diverses maladies.

Le CBGV étant un cannabinoïde peu connu, les recherches significatives actuelles sur ses effets sont limitées. En général, il est considéré comme analogue au cannabigérol ou CBG en abrégé. Cela signifie que les deux phytocannabinoïdes sont similaires dans leur connexion chimique, mais diffèrent dans un domaine. En ce qui concerne le CBGV et le CBG, cette différence réside dans les différents anneaux de carbone.

CBGV et CBD

Le cannabinoïde CBGV, qui suscite un intérêt croissant, est un dérivé du cannabigérol, ou CBG en abrégé. Ces dernières années, cette molécule de la plante de cannabis a acquis la réputation d'être la source de tous les cannabinoïdes. Bien sûr, c'est une métaphore. À l'heure actuelle, le CBD et le THC ne sont pas seulement des priorités dans la recherche sur les cannabinoïdes, mais ils proviennent également de la source moléculaire CBG. Le CBGV est la substance chimique de base d'un large éventail de cannabinoïdes, dont le tétrahydrocannabivarine (THCV), la cannabidivarine (CBDV) et la cannabichromévarine (CBCV).

Comme de nombreux phytocannabinoïdes, le CBGV ne produit son plein effet qu'après avoir été chauffé. C'est ce qu'on appelle le processus de décarboxylation. En appliquant de la chaleur et de la lumière, le CBGV peut se transformer en CBD. L'un des grands avantages est que le cannabinoïde est plus facile à absorber et agit plus facilement dans l'organisme.

La concentration de CBGV joue un rôle majeur dans son mode d'action. De plus, le cannabinoïde travaille clairement pour aider le CBD à se lier aux récepteurs du système endocannabinoïde. Par conséquent, de nombreuses nouvelles connaissances se font jour concernant les utilisations possibles des deux cannabinoïdes. Jusqu'à présent, elles n'ont pas fait l'objet de recherches.

Le CBGV et ses effets

Lorsqu'on examine l'effet du CBGV sur d'autres phytocannabinoïdes du système endocannabinoïde (ECS), en général, le CBGV est lié à la CBD de la même manière que le THCV est lié au THC.

Ce cannabinoïde non psychoactif ne produit pas d'effet intoxicant. Cependant, le CBGV semble aider le THC, un phytocannabinoïde psychoactif, à se fixer plus facilement aux récepteurs du système endocannabinoïde. De plus, le CBGV soutient son parent, le cannabidiol. Il joue un rôle clé dans l'utilisation du CBD et la liaison aux récepteurs ECS correspondants.

Cela signifie que la cannabigérivarine peut soutenir les effets du cannabis médicinal ou même stimuler
ceux-ci. Cette nouvelle découverte est bénéfique pour la culture des plantes de cannabis. Si le CBGV parvient à augmenter ou à prolonger l'effet intoxicant du THC, les niveaux de CBGV disponibles dans les plantes pourraient être augmentés grâce à une culture ciblée.

Les chercheurs pensent que le CBGV peut augmenter la capacité des récepteurs cellulaires de l'ECS. Il n'y a pas encore de clarification finale quant à savoir si le CBGV peut stimuler le processus métabolique du CBD et être plus efficace lorsqu'il fait partie d'une préparation combinée.

Cependant, la capacité du cannabinoïde à soulager la douleur est déjà connue.[2] Les effets analgésiques et anti-inflammatoires du CBGV peuvent bénéficier aux patients qui luttent contre le lupus rhumatismal, l'arthrite ou le syndrome douloureux, la fibromyalgie.[3]

CBGV pour les maladies de la peau

Bien que de nombreux cannabinoïdes sous forme d'huile classique soient déjà utilisés dans les soins de la peau et pour les maladies chroniques et symptomatiques de la peau, le CBGV est le seul phytocannabinoïde connu (avec le CBG) qui a la rare propriété d'apaiser, d'améliorer et même de guérir la peau sèche. Cette connaissance a été acquise grâce à des expériences sur les sébocytes, les glandes sébacées.[4] Dans les cas d'acné, une maladie de peau courante, les scientifiques ont essayé d'étudier une procédure anti-acnéique par le biais de médicaments non psychotropes. Si tous les phytocannabinoïdes testés ont des effets anti-inflammatoires étonnants, les données obtenues suggèrent que le CBGV et le CBG peuvent être utilisés pour traiter la peau sèche (un symptôme classique de la neurodermite).

L'explication est simple : Le CBGV a la capacité d'augmenter la production de lipides du sébum basal. Avec l'âge ou en raison du froid, cette production de lipides peut s'arrêter. Les températures froides ralentissent également notre métabolisme, ce qui entraîne une contraction des vaisseaux sanguins et limite la circulation sanguine. Il s'agit d'une réaction de défense de l'organisme face à la chute des températures pour minimiser la perte de chaleur. Les glandes sébacées de notre peau réagissent de la même manière. Elles freinent la production de lipides dans une large mesure, c'est pourquoi la barrière cutanée naturelle de la couche supérieure de la peau, la couche cornée, devient plus sensible. Tout comme un mur de briques, une production insuffisante ou même nulle de lipides dans les glandes sébacées provoque la rupture de la paroi protectrice. À partir de ce point, des défauts de la peau peuvent apparaître. Par ce processus, notre peau perd de l'humidité, devient cassante, rugueuse ou craquelée et est plus sensible à l'environnement. Les germes peuvent également pénétrer plus facilement dans la peau.

Une augmentation de la production de lipides revient à remplacer des briques manquantes. Il en résulte que notre peau est plus saine et moins sèche et que l'hydratation naturelle de notre peau est renforcée.

Les patients souffrant de maladies inflammatoires de la peau, dues par exemple à des dermatites, pourraient bénéficier des effets anti-inflammatoires du CBGV à l'avenir.[5] Les symptômes inflammatoires sont souvent observés dans les troubles dermatologiques et peuvent se manifester par des démangeaisons, des rougeurs cutanées ou des pustules. Ils peuvent apparaître sous la forme d'une inflammation aiguë due à des influences extérieures telles que les rayons UV ou des irritants caustiques, ou il peut s'agir de maladies chroniques, souvent avec des poussées soudaines. Il s'agit par exemple de dermatites très répandues. De nombreux types d'inflammation peuvent être traités par la destruction des tissus. Dans le cadre de l'étude, le CBGV, ainsi que d'autres phytocannabinoïdes, a été testé pour sa capacité de guérison dans les maladies dermatologiques. Une attention particulière a été accordée à la question de savoir si les cannabinoïdes peuvent réduire l'inflammation de la peau. Le CBGV a révélé que malgré ses propriétés anti-inflammatoires, il influence le marqueur d'inflammation interleukine-6, IL6 en abrégé, mais seulement à des concentrations élevées (plus de trois μM). Par le biais du Toll-Like-Receptor-3, il déclenche finalement une libération accrue d'IL6. Les chercheurs ont également découvert dans la même étude que le CBGV et le CBDV travaillent ensemble à des concentrations précisément coordonnées mais généralement faibles pour supprimer de manière significative l'expression des cytokines, c'est-à-dire les protéines de croissance et de différenciation des cellules. Ces protéines sont responsables de la transmission des messages entre les cellules et de la transmission des signaux. Les cellules immunitaires utilisent également les cytokines pour agir sur le cerveau et les glandes hormonales.

Le blocage d'un excès de cytokines aide donc le système immunitaire surmené à revenir à un niveau naturel. Les réactions inflammatoires cessent et la douleur et le gonflement inflammatoire de la peau qui y sont associés peuvent diminuer.

Par conséquent, le CBGV pourrait vraisemblablement être utilisé comme un médicament en immunothérapie et comme un remède naturel sans effets secondaires graves pour protéger l'organisme des déficiences et aider à se protéger contre les substances messagères inflammatoires.

Le CBGV comme médicament contre le cancer

En 2013, des scientifiques de l'université de St. George's à Londres ont publié les résultats de la recherche sur les cannabinoïdes non hallucinogènes en tant que médicaments pour aider les patients atteints de cancer (personnes souffrant de leucémie).[6] Après que les propriétés anticancéreuses du THC aient été étudiées et reconnues, l'équipe de recherche de l'université de Londres, sous la direction du Dr Wai Liu, a obtenu un certain nombre d'autres cannabinoïdes à partir de la plante de chanvre. Ils ont examiné six cannabinoïdes individuellement et en combinaison pour tester les effets anticancéreux potentiels. L'examen a porté sur deux formes de CBD, deux formes de CBG et deux formes de CBGV. Le résultat a été stupéfiant. Chacun des cannabinoïdes testés avait les mêmes effets que le THC. Lorsqu'ils sont appliqués ensemble en combinaison, ils ont même montré une influence accrue sur les cellules cancéreuses du sang. Le CBGV s'est révélé être un cytostatique et a provoqué un arrêt simultané dans toutes les phases du cycle cellulaire.

Comme l'effet hallucinogène est soit inexistant, soit tout au plus très minime, et que les cellules cancéreuses peuvent être perturbées et empêchées de se développer, les médecins et les scientifiques voient un grand potentiel dans ces nouvelles connaissances. Les cellules cancéreuses peuvent rétrécir et le développement de métastases peut être empêché. Certains schémas de dosage utilisés avec ces phytocannabinoïdes ont même permis l'autodestruction des cellules cancéreuses. Grâce à son "effet secondaire" qui soulage la douleur, le CBGV offre des conditions idéales aux patients exposés à des médicaments, par exemple à la chimiothérapie ou à la radiothérapie.

Les méthodes peu coûteuses de production de ces nouveaux médicaments anticancéreux constituent un autre grand avantage.

Ces effets positifs amènent les groupes de recherche du monde entier à continuer d'explorer tout le potentiel futur des cannabinoïdes.

CBGV pour l'épilepsie

Comme la plante de cannabis est connue depuis de nombreuses décennies pour son effet "high" pur en tant que drogue, la recherche sur les cannabinoïdes et leurs puissants effets sur le système endocannabinoïde n'en est qu'à ses débuts. À l'heure actuelle, il n'y a qu'une première indication que le CBGV pourrait être utilisé comme anticonvulsif et comme médicament pour soulager les crises d'épilepsie. Jusqu'à présent, le CBD est de plus en plus utilisé pour traiter l'épilepsie chez les enfants, notamment en Amérique. À condition que l'épilepsie de l'individu ait été classée comme résistante à d'autres méthodes. Ce premier essai scientifique s'est déroulé sur un an, de janvier 2014 à janvier 2015, et par un total de onze différents centres américains d'épilepsie [7]. Les premiers résultats de l'étude ont montré que la CDB était efficace et parvenait à réduire la fréquence des crises d'épilepsie.

En outre, la plupart des participants à l'étude qui étaient des enfants et des adolescents ont bien toléré le phytocannabinoïde non psychoactif malgré divers effets secondaires lorsqu'il était pris par voie orale.

Sur plus de 12 semaines de prise, les crises ont diminué de 36,5 % en moyenne. Les réductions les plus importantes ont été observées chez les patients souffrant de crises focales (concentrées sur une zone), suivies de près par les crises atoniques, toniques et tonico-cloniques. Toutes ces crises sont des crises épileptiques généralisées et se caractérisent par une activité électrique anormale dans le cortex.

Si les scientifiques ont raison dans leur théorie selon laquelle le CBGV peut stimuler le métabolisme du CBD et, lorsqu'il est pris en combinaison, augmente les effets du CBD, les patients épileptiques en tireront très probablement un bénéfice.

Grâce à plusieurs études précliniques, nous pouvons établir que le CBDV, un analogue du cannabigérol, a également un grand potentiel en tant qu'antiépileptique. Les propriétés anticonvulsivantes du cannabinoïde semblent même fonctionner indépendamment des récepteurs CB1, puisque le CBDV (cannabidivarine) ne se lie que faiblement à ceux-ci. De plus, en concentrations micromolaires, le CBDV peut inhiber l'absorption cellulaire de l'anandamide, l'un des endocannabinoïdes de l'organisme.

Bien que nous ne connaissions pas précisément la fonction de l'anandamide dans l'organisme, nous soupçonnons que cette "molécule du bonheur" joue un rôle similaire à celui du THC dans le contrôle de la douleur, la promotion de l'appétit et la génération de sentiments euphoriques.

À ce jour, il n'existe pas de résultats concluants quant à savoir si le CBGV a des effets qui vont au-delà du soutien d'autres cannabinoïdes et peut produire des effets similaires.

CBGV pour les maladies oculaires

En Allemagne, environ un demi-million de personnes souffrent de glaucome. L'une des causes de cette maladie très répandue est l'augmentation de la pression intraoculaire, qui résulte d'un mauvais drainage du liquide lacrymal au coin de la chambre de l'œil. Cela peut même rendre les patients aveugles sans que des mesures appropriées soient prises. Le cannabinoïde CBG a un bon effet en aidant à drainer le liquide aqueux. Le CBGV a également été utilisé avec succès en association pour traiter les problèmes oculaires, permettant de soulager la pression intraoculaire douloureuse.[8]

Cela se produit parce que le CBG et le CBGV partagent des méthodes d'action anti-inflammatoires et antibactériennes.

CBGV pour les troubles de la vessie

Comme le CBGV sert si bien son partenaire CBG grâce à son indispensable fidélité et est donc un élément précieux dans les médicaments, le CBGV joue également un rôle dans l'aide aux patients souffrant de troubles de la vessie.[9]

Après la découverte du cannabinoïde CBG dans les années 1960, on a rapidement découvert qu'il avait la capacité d'interagir avec divers autres phytocannabinoïdes de la plante de cannabis.

Ce n'est qu'en 2015 qu'une grande avancée a été réalisée pour les patients souffrant de dysfonctionnements vésicaux. En particulier, des études ont montré que le CBG pouvait être utile pour aider les vessies hyperactives (connues sous le nom de vessies faibles) car il peut diminuer la contraction de la vessie.[10]

Dans cette étude, plusieurs cannabinoïdes non psychotropes ont été testés dans le cadre d'expériences sur les animaux, notamment le CBG, le CBD, le THCV et le CBDV.

Le CBDV est arrivé en bas de la liste, qui a été triée en fonction de son efficacité, mais il a tout de même montré des effets de contractilité dans les vessies hyperactives.

Le CBG était le leader incontesté. Cela n'a rien de surprenant, puisque la CBG peut inhiber les contractions musculaires. C'est donc le candidat idéal pour la procédure de prévention des dysfonctionnements vésicaux.

Liste des sources

[1] https://www.maximumyield.com/definition/4749/cannabigerivarin-cbgv-cannabis

[2] https://cannabisaficionado.com/cbgv/

[3] https://ionizationlabs.com/what-is-cannabigerovarin-cbgv/

[4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27094344

[5] https://patentscope.wipo.int/search/en/detail.jsf?docId=US226135163&tab=NATIONALBIBLIO

[6] https://www.sciencedaily.com/releases/2013/10/131014094105.htm

[7] https://nyulangone.org/news/marijuana-derivative-reduces-seizures-children-young-adults-treatment-resistant-epilepsy

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19112869

[9] https://pubs.rsc.org/en/content/articlehtml/2016/np/c6np00074f

[10] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26197538

juillet 01, 2020

Voir l'article entier
THC - tétrahydrocannabinol

THC - tétrahydrocannabinol

  1. Généralités
  2. Occurrence et émergence
  3. Du phytocannabinoïde à l'ECS
  4. Le THC et ses effets
  5. THC et CBD
  6. THC artificiel
  7. Consommation
  8. Méthodes d'action
  9. Utilisations médicaless
  10. Syndrome d'hyperémèse cannabinoïde

Généralités

THC est l'abréviation de tétrahydrocannabinol, le plus célèbre des cannabinoïdes parmi les phytocannabinoïdes. C'est une huile incolore de la classe des substances antiémétiques. En raison de son effet psychoactif, le THC est soumis à la loi sur les stupéfiants dans de nombreux pays, ce qui rend la possession et l'acquisition illégale en Allemagne.

Parmi les cannabinoïdes à base de plantes, le THC reste le principe actif le plus puissant de la plante de cannabis et est surtout connu pour son effet intoxicant lorsqu'il est consommé.

Si vous demandez aux gens ce qui leur vient à l'esprit lorsqu'ils pensent aux cannabinoïdes, la grande majorité d'entre eux mentionneront immédiatement le THC. THC est l'abréviation de Delta-9-tétrahydrocannabinol. C'est la substance qui crée le "high" souvent recherché par les consommateurs de cannabis.

Le THC est probablement responsable de la réputation répandue et souvent unilatérale du cannabis. Les origines de la classification du cannabis comme "plante à drogue" pure se trouvent certainement dans le THC. Mais cette plante cannabinoïde psychoactive peut bien sûr faire plus que déclencher un effet hallucinogène dans le système nerveux central.[1]

Occurrence et émergence

Le delta-9-tétrahydrocannabinol apparaît d'abord comme un acide dans la plante de cannabis femelle. L'acide canabigérolique (CBGA en abrégé) se forme lorsque deux molécules sont condensées, le pyrophosphate de géranyle et l'acide olivetolique. Celui-ci peut ensuite se transformer en acide THC. Le séchage et la chaleur divisent les molécules et le THC (entre autres) est produit sous forme d'extrait résineux et huileux. Par conséquent, le THC et le CBG partagent pratiquement le même prédécesseur, même si leurs modes d'action diffèrent sensiblement.

Les plantes de cannabis cultivées ont une teneur en THC en constante augmentation. Ceci est dû notamment au fait que la consommation régulière de cannabis entraîne une résistance naturelle aux effets du THC. Grâce à la culture ciblée de la plante de chanvre femelle, on tente constamment d'augmenter encore la teneur en THC. Les gens pensent que la teneur en THC des plantes de cannabis européennes a doublé en seulement dix ans pour répondre à la perception accrue de résistance chez les consommateurs. En 2015, la teneur en THC des plantes vendues en Europe était en moyenne de 10 à 20 %.

Le THC est manifestement apparu comme un médicament dans l'Égypte ancienne.[2]On y a trouvé du pollen de cannabis sur des momies et Seschat, le scribe et maître de l'arithmétique, est même considéré comme une divinité du chanvre.

Même si le chimiste américain Roger Adams a jeté les bases avec ses travaux sur l'isolement initial puis l'identification du cannabinoïde, ce sont des scientifiques israéliens de l'Institut Weizmann des sciences de Rechovot qui ont réussi à isoler le THC sous sa forme pure pour la première fois en 1964.

Du phytocannabinoïde à l'ECS

Les cannabinoïdes végétaux sont ce que nous appelons en termes techniques les phytocannabinoïdes. L'un des plus connus est le THC, c'est-à-dire le tétrahydrocannabinol.

Le delta-9-tétrahydrocannabinol se trouve principalement dans la plante sous forme d'acide et il ne se transforme en THC qu'à des températures chaudes et sous la lumière UV. Comme les plantes de chanvre fécondées et mâles contiennent peu ou pas de THC, la production de cannabinoïdes se fait généralement par des plantes de sexe différent.

Même si le mode d'action du THC n'est pas encore totalement compris, on sait déjà que le cannabinoïde se lie à deux récepteurs cellulaires dans le système nerveux central (CB1) et périphérique (CB2). Ensemble, ils font partie du système endocannabinoïde. Ce terme désigne les substances messagères propres à l'organisme, qui ont un effet similaire à la consommation de THC. Il régule une variété de fonctions importantes du corps humain. Les différents récepteurs sont répartis dans nos organes, dans tout notre organisme et dans notre cerveau, par exemple, pour assurer le bon fonctionnement du métabolisme.

Une fois que le THC s'est lié aux récepteurs CB1, les transmissions de signaux dans le système nerveux central sont influencées au niveau des synapses. Par conséquent, l'équilibre des neurotransmetteurs est perturbé. Il en résulte une relaxation musculaire, une euphorie et une réduction de la sensation de douleur. Cela s'applique également à la douleur causée par les maladies chroniques. Des troubles cognitifs, psychomoteurs et limbiques peuvent être ressentis, mais ils sont temporaires. Cela est dû au fait que les récepteurs responsables sont situés dans les "noyaux basaux", les zones centrales du cerveau situées sous le cortex cérébral humain (cortex cerebri). Les cellules nerveuses qui s'y trouvent forment la base de notre conscience et de tous les processus cognitifs et moteurs.

Les récepteurs CB2 se trouvent principalement dans notre système immunitaire. Cela signifie qu'ils sont essentiels pour traiter les maladies neuronales présentant des symptômes d'inflammation ou de douleur neuropathique. Plus d'informations à ce sujet plus tard.

D'autres récepteurs de type 2 se trouvent dans le tube digestif, ainsi que dans le système immunitaire, les os, les poumons et même dans notre plus grand organe : la peau.

Cette nouvelle découverte a été faite par une équipe internationale de chercheurs qui ont pu décoder la structure moléculaire des récepteurs CB2. Ainsi, nous savons aujourd'hui que les récepteurs CB1 et CB2 travaillent en étroite collaboration. Si l'un des récepteurs cannabinoïdes est stimulé par certains principes actifs, l'autre est affaibli, parfois même complètement bloqué. Cette découverte constitue une grande avancée, en particulier pour la médecine et le développement de nouveaux médicaments plus efficaces.

Le THC et ses effets

Le THC stimule et active les récepteurs CB1. Chez les personnes en bonne santé dont le système nerveux est intact, ce changement entraîne un échange "chaotique" d'informations. Les processus physiologiques et les fonctions corporelles normales sont bouleversés. Ce changement dans la conscience de notre perception déclenche le "high feeling". Parmi les autres effets secondaires de la consommation de cannabis, on peut citer la fatigue et la léthargie. Comme nos récepteurs endocannabinoïdes se trouvent sur nos glandes salivaires, la production de salive est également perturbée. Cela explique pourquoi les consommateurs de cannabis peuvent souvent avoir la bouche sèche après avoir fumé du cannabis. Les yeux rouges sont un autre effet secondaire et sont causés par différents facteurs combinés. Le THC peut entraîner une baisse de la pression sanguine et une ouverture des vaisseaux sanguins. Nos yeux produisent moins de larmes, ce qui perturbe l'équilibre naturel de notre film lacrymal. Il en résulte des yeux rouges.

Pendant le "high" que ressentent les utilisateurs, qui dure quelques heures, le taux de THC commence à baisser. Le phytocannabinoïde est décomposé dans les poumons et le foie jusqu'à ce qu'il soit complètement excrété dans les selles et l'urine.

Comme le corps humain décompose les cannabinoïdes assez lentement, une consommation régulière de cannabis peut encore être détectée dans l'urine quatre semaines plus tard. En effet, le THC s'accumule dans les tissus adipeux et n'est libéré que progressivement dans le sang. Une équipe de recherche australienne a également découvert que la concentration de THC dans le sang ne descend pas toujours à un niveau résiduel inférieur à 3 nanogrammes/ml. Au cours de l'étude, certains sujets ont montré un taux plus élevé une semaine après la consommation. Les participants à l'étude qui étaient des consommateurs réguliers de cannabis ont également montré des augmentations et des diminutions irrégulières des concentrations sanguines. Cela signifie que des résultats négatifs peuvent apparaître dans un test sanguin un jour puis être positifs quelques jours plus tard si la teneur en THC augmente soudainement sans nouvelle consommation.

Les activités sportives et l'alimentation ont également une influence sur la teneur en THC dans le sang. Si le métabolisme est stimulé, le THC peut être libéré plus rapidement du tissu adipeux et entrer plus vite dans le sang.

THC et CBD

Jusqu'à présent, les scientifiques ont supposé que le THC est le seul cannabinoïde de la plante de cannabis à avoir un effet psychoactif et que le cannabidiol, ou CBD en abrégé, peut réduire cet effet. C'est pourquoi les cultivateurs ont pris soin d'utiliser des plantes de chanvre femelles. Ces dernières années, ils ont récolté une proportion décroissante de CBD pour garantir l'effet psychoactif, c'est-à-dire l'intoxication classique du cannabis. Et ce, malgré une éventuelle augmentation de la limite de tolérance au THC.

Cependant, de nouvelles études montrent une image différente de la CBD. Les participants à l'étude ont été divisés en quatre groupes différents et ont consommé soit du THC uniquement, soit du CBD uniquement, soit un mélange THC-CBD3.Le dernier groupe a inhalé une substance fictive (placebo). Tous les cannabinoïdes ont été inhalés par un vaporisateur, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas été brûlés mais seulement vaporisés.

Cela a montré que même la CBD pure a un certain effet psychoactif, bien que faible, sur ceux qui la consomment.

Même l'effet du CBD sur le THC doit être reconsidéré. Les participants du groupe utilisant un mélange THC-CBD ont montré un niveau d'intoxication plus élevé que les consommateurs de THC pur.

Cela pourrait s'expliquer par l'effet en deux phases de la CDB. Comme la CBD ne peut se lier que faiblement aux récepteurs du système endocannabinoïde, le phytocannabinoïde utilise une astuce différente. Il semble être capable de modifier et d'équilibrer les propriétés des récepteurs ECS, de sorte que le THC peut mieux stimuler les récepteurs CB1 et CB2 lorsqu'il est consommé en même temps. Surtout, cette interaction montre que la recherche sur les cannabinoïdes et leurs effets est plus complexe qu'on ne le pensait auparavant. Nous ne sommes pas encore en mesure de saisir toute la gamme des effets sur le corps humain.

THC artificiel

Des tentatives ont été faites à maintes reprises pour fabriquer du THC en tant que drogue de synthèse. L'objectif principal est de permettre aux consommateurs d'acquérir et de consommer "légalement" des cannabinoïdes synthétiques ayant un effet "élevé" comparable à celui du THC.
Les consommateurs font état d'effets similaires à ceux du cannabis. Ces effets peuvent être beaucoup plus forts que le "high" de la plante.

Cela est dû en partie à une production non contrôlée et à des doses non précisées. En raison de la grande variation de puissance et de structure des différents cannabinoïdes synthétiques, il est facile de faire une overdose accidentelle.

La conséquence est un effet incalculable et potentiellement mortel pour les consommateurs.

Consommation

Étant donné que la possession de THC est largement illégale en Allemagne et dans de nombreuses autres régions du monde, les études ne peuvent pas enregistrer le nombre non divulgué de consommateurs. Selon un rapport des Nations unies, environ 192 millions de personnes dans le monde consomment du cannabis. Cela fait de la plante riche en THC la drogue la plus consommée sur terre.

La méthode la plus répandue pour consommer du cannabis avec du THC consiste à fumer des joints. Les consommateurs les remplissent de tabac ou consomment l'"herbe" à l'état pur. Les bongs, les vaporisateurs, les pipes et autres moyens similaires sont également utilisés pour consommer du THC. Lorsque le THC est brûlé par le consommateur, le cannabinoïde crée l'effet d'intoxication typique du cannabis avec une "sensation de high".

Comme le THC peut provoquer une baisse de la pression sanguine, les vaisseaux sanguins s'ouvrent. Mélangé à une production réduite de liquide lacrymal, qui perturbe l'équilibre naturel du film lacrymal humain, les yeux de nombreuses personnes qui fument du cannabis sont généralement rouges.

Comme le THC est très liposoluble et soluble dans l'huile, il peut être inclus dans des plats riches en matières grasses comme les boissons lactées et les aliments cuits au four. Cela conduit à des méthodes de consommation populaires telles que ce que nous appelons les "brownies au haschisch".

Les patients prennent également des médicaments à base de cannabis contenant du THC par voie orale. L'administration par voie intraveineuse n'est pas envisageable.

Méthodes d'action

Bien que la recherche ne puisse pas encore préciser le mécanisme d'action exact du THC (ce qui est le cas pour la plupart des cannabinoïdes), nous savons déjà que le THC contrôle les récepteurs CB1 et CB2 dans le système endocannabinoïde humain. Ces récepteurs se trouvent principalement dans le système nerveux central et périphérique.

Le THC voyage à travers les poumons dans le flux sanguin. Une fois dans l'organisme, il contrôle principalement les récepteurs CB1 mais aussi les récepteurs CB2 en se liant dans le cerveau. En utilisant ces sites de liaison comme point de départ, le cannabinoïde agit sur les cellules nerveuses. Il modifie la libération des neurotransmetteurs. Les substances messagères dans les cellules nerveuses sont modifiées et l'effet psychoactif commence.

Cependant, en général, on ne peut pas dire quel effet il a sur le corps humain. Le "high" du cannabis ne dépend pas seulement de la plante de cannabis originale, mais aussi du consommateur individuel.

Par conséquent, nous savons, par exemple, que les plantes à forte teneur en CBD peuvent renforcer le "high" produit par le THC, alors que le CBD a un effet inverse. Les phytocannabinoïdes s'influencent et se régulent mutuellement.

Le THC peut également se lier aux récepteurs CB1 des cellules immunitaires, des tissus gastro-intestinaux, du cœur, des poumons et d'autres organes. Les cellules immunitaires possèdent également des récepteurs CB2 qui peuvent favoriser la croissance cellulaire.

Utilisations médicales

En raison des nombreux phytocannabinoïdes présents dans la plante de cannabis, qui ont une multitude d'effets dans le corps humain grâce au système endocannabinoïde, le cannabis est encore trop souvent mal compris comme un remède miracle universel. Malheureusement, il n'est pas possible d'améliorer ou même de guérir toutes les maladies avec des médicaments contenant du cannabis. Cependant, si la consommation de THC est spécifique, elle peut avoir des effets étonnants.

En plus des problèmes de mémoire, la démence présente de nombreux autres symptômes. De nombreux patients se plaignent d'un changement du sens du goût, ce qui entraîne une diminution de l'appétit. Il existe un risque de sous-alimentation et de malnutrition.

Une découverte accidentelle à la fin des années 90 a révélé que le THC peut augmenter l'appétit chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer et contribuer à réduire le risque de dommages nutritionnels éventuels.

En août 2006, des scientifiques du Scripps Research Institute ont découvert que le THC est capable de combattre une protéine nocive de la maladie d'Alzheimer. Il peut inhiber la formation de plaques amyloïdes, le principal marqueur de la maladie d'Alzheimer. Ensuite, le flux d'informations dans le cerveau est influencé par des récepteurs qui se lient, ce qui entraîne un réarrangement de la communication cellulaire. Cela peut réduire les comportements confus.

Les patients atteints de cancer ne luttent pas seulement contre la maladie maligne elle-même pendant la chimiothérapie, mais aussi contre des symptômes tels que des douleurs générales, des nausées, des vomissements ou une perte d'appétit.

Le THC n'est pas en soi un médicament anti-douleur comme l'indique la répartition des récepteurs dans le cerveau, c'est-à-dire dans le système endocannabinoïde. Les récepteurs considérés comme le point de liaison du THC se trouvent principalement dans le cerveau frontal et le système limbique. C'est là que les émotions sont traitées et que la sensation de douleur est évaluée, entre autres. Des tests scientifiques ont montré que bien que le THC n'ait aucun effet analgésique, il peut aider certains patients à être moins accablés par la douleur.

L'amygdale est également située dans le système limbique. Elle affecte les souvenirs et contrôle les sentiments négatifs tels que la peur et la colère. Des études ont montré que le tétrahydrocannabinol peut inhiber les activités du centre d'anxiété de l'amygdale et perturber la transmission des informations. Cependant, tous les participants n'ont pas ressenti cela lors de l'administration du cannabinoïde. Il n'est pas clair pourquoi certaines personnes ressentent des effets plus forts du THC que d'autres.

La douleur périphérique, neuropathique, affecte le cerveau et la moelle épinière et les symptômes de douleur qui en résultent sont causés par des structures nerveuses endommagées ou malades. Comme nous savons déjà que le THC agit sur les récepteurs du cerveau, l'utilisation du cannabinoïde dans des cas médicaux pour les patients concernés est tout à fait logique. Cela est d'autant plus remarquable que les personnes concernées ne veulent pas subir les effets secondaires courants des médicaments classiques.

Lors de tests placebo, du THC a été administré à certains des participants sous la forme d'un spray de 2,7 mg de THC. Il est important de mentionner que du CBD a également été ajouté au spray. La dose du spray a été augmentée au cours de l'étude et ajustée en fonction de la réduction de la douleur souhaitée par les participants.

Le succès du THC par rapport aux effets du groupe placebo était clairement visible dans cette étude.[4]

La tolérance et l'effet du phytocannabinoïde ont été démontrés chez les sujets testés par une amélioration de la qualité du sommeil et un bien-être général accru.

Ces résultats font du THC un médicament efficace pour les patients souffrant de douleurs neuropathiques périphériques si leurs symptômes ont été résistants aux procédures avec d'autres médicaments.

Syndrome d'hyperémèse cannabinoïde

Le syndrome d'hyperémèse du cannabis, ou CHS en abrégé, est une maladie liée à la consommation directe du THC contenu dans le cannabis.

L'ensemble des symptômes se manifeste par un cycle de malaise général, de nausées, de vomissements et de douleurs abdominales.

Toutefois, en raison du faible nombre de cas, il n'existe toujours pas de preuve concrète que cette maladie est en fait directement liée à une consommation excessive de cannabis à long terme. Comme le THC est une drogue illégale et populaire dans de nombreux pays, certains médecins spéculent sur un nombre élevé de cas non déclarés.

Cette maladie relativement nouvelle a été décrite pour la première fois par quatre scientifiques australiens en 2004.[5] Comme les antiémétiques et les analgésiques classiques ne semblent avoir aucun effet, les perfusions sont une méthode recommandée pour le syndrome d'hyperémèse du cannabis lorsque quelqu'un ne prend pas assez de liquides par d'autres moyens. Dans le cas où la consommation quotidienne et excessive de cannabis provoque des symptômes du SHC, il serait préférable d'éviter complètement le cannabis à l'avenir.

D'autres résultats indiquent que la prise de bains chauds peut également aider à soulager les symptômes, mais cela n'a pas été démontré par de nouvelles études.

[1] https://de.wikipedia.org/wiki/Rechtslage_von_Cannabis

[2] http://www.druglibrary.org/schaffer/hemp/history/first12000/1.htm

[3] https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00406-019-00978-2

[4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24420962

[5] https://gut.bmj.com/content/53/11/1566

juillet 01, 2020

Voir l'article entier
CBD – Cannabidiol

CBD – Cannabidiol

  1. Généralités
  2. La CDB a-t-elle des effets psychoactifs ?
  3. La CDB et les autres cannabinoïdes
  4. Méthodes d'action
  5. Huile de CBD
  6. La CDB pour le diabète
  7. La CDB pour l'asthme
  8. La CDB pour le soulagement de la douleur
  9. La CDB pour les soins de la peau
  10. La CDB comme antioxydant

Généralités

Ces dernières années, le phytocannabinoïde de la plante de chanvre s'est fait un nom sans rester dans l'ombre de son célèbre frère, le THC. CBD est l'abréviation de cannabidiol, un des nombreux cannabinoïdes qui intéressent de plus en plus la science et la médecine.

Le CBD provient principalement de la plante de cannabis femelle et a été universellement classé par l'Organisation mondiale de la santé comme un cannabinoïde non psychoactif. Cependant, malgré cela, il existe encore quelques similitudes avec le tétrahydrocannabinol. Pour l'instant, le CBD et le THC ne sont pas les seules priorités de la recherche sur les cannabinoïdes, car ils proviennent de la source moléculaire CBG et ont le même produit chimique, le CBGV. Comme de nombreux phytocannabinoïdes, le CBGV ne produit son plein effet qu'après avoir été chauffé. C'est ce qu'on appelle le processus de décarboxylation. En appliquant de la chaleur et de la lumière, le CBGV se transforme en CBD. Un grand avantage est que le cannabinoïde est plus facile à absorber et peut se développer plus facilement dans l'organisme.

Des études récentes montrent également que lorsque le CBD se met au travail, il est soutenu par le CBGV et peut se lier plus facilement aux récepteurs du système endocannabinoïde. Cette découverte est relativement récente, car la plupart des plantes de cannabis ne présentent qu'une faible concentration de CBGV. On trouve naturellement des niveaux plus élevés de CBGV dans les plantes de cannabis du nord-ouest de l'Inde et du Népal.

Le CBD a un effet anxiolytique, relaxant et antiépileptique sans pour autant donner une sensation de "high" à ceux qui en consomment. Il agit également comme un antioxydant et a un effet direct sur les mitochondries, car il peut réguler la production d'énergie dans les cellules. Elle peut également aider les patients épileptiques à faire face aux crises dues à des troubles fonctionnels cérébraux involontaires.

C'est pourquoi le monde de la médecine fonde de grands espoirs sur la CDB.

Avec environ un demi-million de personnes souffrant d'épilepsie rien qu'en Allemagne et environ 38 000 nouveaux cas d'épilepsie par an, le CBD en tant que médicament potentiel bénéficie d'un large soutien.

La CDB a-t-elle des effets psychoactifs ?

Dans le passé, les scientifiques pensaient que le THC était le seul cannabinoïde présent dans la plante de cannabis à avoir un effet psychoactif et que le cannabidiol, ou CBD en abrégé, pouvait réduire cet effet. C'est pourquoi, ces dernières années, les cultivateurs ont pris soin de récolter des plantes de chanvre femelles présentant un niveau de CBD de plus en plus faible. Cela vise à garantir aux consommateurs l'effet psychoactif, c'est-à-dire l'intoxication classique causée par le cannabis, malgré la possibilité d'une tolérance accrue au THC.

Cependant, de nouvelles études montrent une image différente pour le CBD. Les participants à l'étude ont été divisés en quatre groupes et ont consommé soit du THC uniquement, soit du CBD uniquement, soit un mélange THC-CBD. Le dernier groupe a inhalé une substance fictive (un placebo). Tous les cannabinoïdes ont été inhalés par un vaporisateur, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas été brûlés mais seulement vaporisés.

Cela a montré que même la CBD pure a un certain effet psychoactif sur les consommateurs, bien que faible. Même l'effet du CBD sur le THC a été reconsidéré. Les participants du groupe utilisant un mélange THC-CBD ont montré un niveau d'intoxication plus élevé que les consommateurs de THC pur.

Cela pourrait s'expliquer par l'effet en deux phases de la CDB. Comme la CBD n'est faible que lorsqu'elle se lie aux récepteurs du système endocannabinoïde, le phytocannabinoïde utilise une astuce différente. Il semble être capable de modifier et d'équilibrer les propriétés des récepteurs ECS de sorte que le THC puisse stimuler plus activement les récepteurs CB1 et CB2 lorsqu'il est consommé en même temps. Surtout, cette interaction montre que la recherche sur les cannabinoïdes et leurs effets est plus complexe qu'on ne le pensait auparavant. Nous ne sommes pas encore en mesure de saisir toute la gamme des effets sur le corps humain.

D'autres études ont montré que si certains critères de circulation sanguine et d'acidité de l'estomac sont respectés, l'estomac peut convertir le CBD en THC.[1]

Cela peut se produire parce que la CDB est un précurseur du THC. Par l'intermédiaire de l'acide gastrique, le CBD peut se transformer en THC et aussi en d'autres cannabinoïdes. Les scientifiques appellent ce processus "isomérisation". Cependant, pour démontrer ce processus, ils ont créé artificiellement le liquide gastrique puis l'ont ajusté à la valeur exacte du pH nécessaire à la dissolution du CBD. Cependant, le taux de conversion en THC fluctue énormément en fonction des différents niveaux de pH du liquide gastrique. Cela rend également difficile l'identification et l'interprétation correctes de toutes les données enregistrées. En outre, on ne sait toujours pas si le CBD est mieux protégé par les enzymes gastriques naturelles telles que la pepsine, la gastrine ou l'amylase.

Il est encore peu probable que le CBD soit un jour soumis à la loi sur les stupéfiants, car les phytocannabinoïdes ne sont pas solubles dans l'eau. Ils ne sont solubles que dans la graisse et l'alcool. Cela diminue la biodisponibilité et signifie que le corps humain n'absorbe qu'environ 20% des cannabinoïdes. Les 80 % restants sont classés comme faisant partie du processus de décomposition.

La CDB et les autres cannabinoïdes

Lorsque le CBD est ingéré par voie orale et une fois que le cannabinoïde a atteint le système sanguin, il cible et contrôle ses récepteurs dans le système endocannabinoïde. À partir de ces sites de liaison, le cannabinoïde se répand pour agir sur les cellules nerveuses. En particulier, il inhibe certaines enzymes.

Il modifie la libération des neurotransmetteurs, altérant les substances messagères dans les cellules nerveuses et déclenchant un effet psychoactif.

Si vous consommez du CBD avec du THC, l'effet est complètement différent. Cependant, en termes généraux, l'effet exact sur le corps humain n'est pas entièrement connu. Le "high" du cannabis ne dépend pas seulement de la plante de cannabis originale, mais aussi du consommateur.

Par exemple, nous savons que les plantes ayant une forte teneur en CBD peuvent augmenter le "high" délivré par le THC, alors que le CBG a l'effet inverse. Les phytocannabinoïdes s'influencent et se régulent mutuellement.

Comme le cannabidiol (CBD) n'est pas contenu dans les cannabinoïdes synthétiques, qui se lient davantage aux récepteurs, les consommateurs ressentent souvent le "high" plus intensément que les cannabinoïdes végétaux. Des études tendent à suggérer qu'il existe un risque accru de psychose. Les conséquences des "horror trips" (comme on les appelle) dépassent de loin les effets secondaires réels des cannabinoïdes synthétiques en tant que drogue.

Comme le CBD, le CBDA, c'est-à-dire l'acide cannabidiolique, est un cannabinoïde issu de la plante de cannabis. Il peut être considéré comme un précurseur du CBD puisque le CBDA apparaît dans la matière première de la plante. Le CBD est finalement créé par un processus de décarboxylation, soit lorsque les plantes sont stockées et séchées pendant une longue période, soit au moyen de la chaleur. Le CBDA n'a pas non plus d'effet psychoactif. Elle n'est pas psychotrope et ne peut pas provoquer un état d'intoxication avec changements de conscience.

Méthodes d'action

Tout comme le THC, le cannabidiol, ou CBD en abrégé, est l'un des phytocannabinoïdes psychoactifs de la plante de chanvre femelle. Il s'agit principalement d'un acide et a été découvert pour la première fois dans les années 1940. En 1963, le professeur d'université israélien, Raphael Mechoulam[2], l'a isolé avec succès et classé comme une molécule à effet thérapeutique sans influence psychoactive notable. Aujourd'hui, le CBD est obtenu à partir de chanvre industriel avant que le principe actif ne soit extrait par chauffage industriel.

En raison de son effet psychoactif presque inexistant, le principe actif du cannabis a un statut différent et une meilleure réputation que son proche parent, le THC. Il ne figure pas sur la liste des drogues et du crime des Nations unies (ONUDC), et n'est pas non plus illégal dans ce pays (Allemagne).

Avec l'approbation de l'UE, la CDB est souvent classée comme "nouvel aliment" lors de la préparation de compléments alimentaires.

La CDB ne peut être vendue librement si sa teneur en THC dépasse 2 %.

Une fois ingérée, la CDB se fixe sur des récepteurs du système nerveux. Cependant, elle a un effet presque opposé à celui du THC. Le CBD présente des effets inhibiteurs et bloquants qui, en fin de compte, modèrent notre faim, provoquent une sédation et abaissent la pression artérielle.

Comme le CBD est également responsable du blocage de l'absorption du THC par les récepteurs, l'effet "high" est réduit ou complètement bloqué. C'est pourquoi les cultivateurs cultivent des plantes de cannabis dont la teneur en CBD est de plus en plus faible.

Aujourd'hui, le CBD est principalement consommé par voie orale sous forme d'huile ou de pâte. Le principe actif est absorbé par la muqueuse buccale et se lie directement aux récepteurs dans le cerveau. Les effets sont retardés lorsque les capsules sont consommées et digérées à travers la paroi de l'estomac. Des études cliniques ont également montré que l'huile de CBD peut réduire le taux de crises chez les personnes souffrant d'épilepsie lorsqu'elles résistent à d'autres procédures. Elle est donc de plus en plus utilisée chez les enfants et les adolescents.

Des études indiquent que le CBD peut augmenter les performances d'apprentissage, soulager l'anxiété et avoir un effet antipsychotique. Les effets secondaires peuvent aller du vertige à la fatigue, au manque d'appétit, à des niveaux élevés de transaminases et à la diarrhée.

Huile de CBD

Fidèle à la devise "De nombreux chemins mènent à Rome", la production d'huile de la CBD peut emprunter différentes voies.

L'une des méthodes les plus répandues est la décarbosylation et l'extraction à l'aide d'huile d'olive. Ce procédé utilise principalement les fleurs et les feuilles de la plante de cannabis femelle car elles ont une teneur plus élevée en CBD.

Les huiles CBD sont aujourd'hui vendues dans les pharmacies, les magasins de produits diététiques et les drogueries. Les boutiques en ligne proposent également de plus en plus d'huiles CBD à différents niveaux de puissance.

L'utilisation de l'huile de CBD est très diversifiée en fonction des besoins des consommateurs. La référence à l'huile CBD pour traiter les problèmes intestinaux chroniques est de plus en plus fréquente. Les personnes souffrant d'asthme et d'arthrite ont également plus facilement accès au CBD. Même les médicaments psychoactifs destinés à soulager l'anxiété peuvent désormais être remplacés par l'huile de CBD. Ce cannabinoïde légal et non psychoactif présente tellement de bienfaits pour la santé que nous avons tendance à l'appeler un petit remède miracle.

L'acide gamma-linoléique qu'il contient a un effet anti-inflammatoire, tandis que les acides gras oméga 3 et oméga 6 peuvent stimuler la génération de cellules saines. En outre, ils peuvent être des éléments de base importants pour le bon fonctionnement du système cardiovasculaire.

Les huiles de la CBD contiennent des minéraux et des oligo-éléments tels que le calcium et le magnésium. Les caroténoïdes et la chlorophylle peuvent également renforcer les membranes cellulaires et le système immunitaire. Bien sûr, avec autant de propriétés bénéfiques, les possibilités d'utilisation sont vastes. Les consommateurs peuvent utiliser l'huile de la CBD comme simple complément alimentaire lorsqu'ils essaient d'utiliser un analgésique naturel. Le CBD se lie rapidement aux récepteurs ECS lorsqu'il est ingéré. Ensuite, son effet peut être transporté vers diverses cellules de l'organisme. Les faibles effets secondaires par rapport à de nombreux autres médicaments anti-douleur sont un avantage.

La CDB pour le diabète

Diverses études ont également testé les effets de la CBD sur les deux types de diabète. Les résultats ont révélé que le cannabidiol peut en fait diminuer la probabilité de développer un diabète de type 1 et retarder l'apparition de la maladie. Le THC joue également un rôle dans ce domaine, puisque l'enzyme peut supprimer la réaction auto-immune de la maladie et réduire la teneur en insuline nécessaire.

Les diabétiques de type 2 pourraient utiliser l'huile de CBD pour rééquilibrer un éventuel déséquilibre endocannabinoïde et aider ainsi à résoudre les problèmes de poids dus à la maladie. Même dans le cas du diabète de type 2, le CBD peut réduire l'accumulation de résistance à l'insuline, ce qui en fait le produit d'accompagnement idéal.

Le CBD est une alternative complète en cas de situations extrêmement stressantes ou de troubles du sommeil, de sorte que les gens n'ont pas à recourir à des médicaments qui peuvent les rendre léthargiques et apathiques en raison de leurs effets secondaires importants. Les scientifiques ont examiné les effets du CBD sur l'anxiété et le comportement pendant le sommeil dans de nombreuses études.[3] Ils ont confirmé à plusieurs reprises que la CDB peut détendre les personnes qui la consomment et améliorer la qualité du sommeil.

Cependant, de nombreux effets secondaires restent inconnus malgré des années d'utilisation du CBD. Des dosages incorrects (excessifs) peuvent entraîner divers symptômes négatifs tels que la diarrhée, une diminution de l'appétit ou une fatigue désagréable. De temps en temps, les consommateurs signalent également une sécheresse de la bouche.

Lorsque vous prenez d'autres médicaments, il est toujours conseillé de consulter le médecin responsable de votre état avant d'utiliser l'huile CBD.

La CDB pour l'asthme

En Allemagne, le nombre de cas d'asthme chez les enfants seuls est d'environ 10 à 15 %. Les différents types d'asthme vont des réactions allergiques à l'hypersensibilité aux facteurs environnementaux en passant par l'asthme éosinophile grave et incontrôlable.

La maladie, qui est essentiellement un terme collectif désignant les réactions inflammatoires des voies respiratoires, entraîne souvent un rétrécissement des bronches. Cela entraîne une toux incontrôlable, une respiration bruyante et/ou douloureuse et, dans le pire des cas, même un essoufflement.

L'utilisation de l'huile CBD pour les patients asthmatiques doit absolument être discutée avec un médecin. Toute procédure pour différentes conditions sous-jacentes et divers symptômes ne peut être considérée comme universelle.

Des tests ont déjà été effectués pour voir si les gouttes de CBD peuvent être utilisées comme une alternative efficace à la cortisone tout en étant exemptes d'effets secondaires. Grâce à leur effet relaxant, les patients peuvent endiguer leurs crises d'asthme en ayant l'esprit plus calme. Les effets secondaires courants de la maladie, comme les douleurs thoraciques, peuvent également être réduits. Le CBD est également efficace pour réduire la paralysie et la pression musculaire.

La CDB pour le soulagement de la douleur

Une étude publiée dans le Journal of Experimental Medicine in 2012 portait sur la capacité des cannabinoïdes à supprimer la douleur, l'inflammation et les douleurs neuropathiques.[4] Grâce à des études sur les animaux, les scientifiques ont découvert que la CDB aide à soulager la douleur en se liant aux récepteurs du système endocannabinoïde et en favorisant une réaction neurologique positive par stimulation. Un certain nombre d'autres études cliniques ont également montré que le CBD, comme le THC, est une alternative efficace par rapport à la médecine traditionnelle pour les patients souffrant de douleurs neuropathiques et de divers types de douleurs chroniques.

La CDB pour les soins de la peau

Il semblerait que les cannabinoïdes aient dépassé les limites de la science médicale pure. En particulier, la CBD se profile comme une thérapie en solo pour les soins de la peau, entre autres. Les entreprises cosmétiques ont reconnu le potentiel du CBD pour traiter l'inflammation et l'irritation de la peau. Le cannabidiol combat non seulement ces symptômes, mais le phytocannabinoïde naturel a un double effet antioxydant. Ses propriétés anti-inflammatoires enrichissent déjà de nombreuses crèmes pour la peau afin de traiter des affections dermatologiques comme le psoriasis et l'eczéma.

Les produits à base de CBD peuvent également être efficaces pour les patients souffrant de neurodermite et d'acné, car ils peuvent réduire la teneur en graisse de la peau et lutter contre les affections cutanées. Bien que les propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes du CBD soient importantes, une alimentation saine et un mode de vie équilibré ne doivent en aucun cas être négligés.

La CDB comme antioxydant

Pendant de nombreuses décennies, on a cru que la vitamine C et la vitamine E avaient les plus fortes propriétés antioxydantes. Les carottes, les melons, les baies noires et les noix en sont riches et peuvent intercepter les radicaux libres agressifs qui se forment dans le corps au cours du processus métabolique naturel.

On pense que ces radicaux libres accélèrent le vieillissement des tissus. Cette théorie vient du professeur et biogérontologue américain Denham Harman, qui a affirmé que les molécules sont brûlées par les mitochondries, ce qui perturbe et endommage le matériel génétique des cellules, stimulant ainsi le processus de vieillissement.[5]Cette détérioration des cellules par les radicaux libres peut même conduire au cancer.

Cependant, il n'existe aucune preuve scientifique solide pour étayer cette théorie.

Au lieu de cela, on sait maintenant que les radicaux libres sont importants pour contrôler la reproduction et le fonctionnement des cellules. Les activités sportives augmentent la formation de nouveaux radicaux libres, ce qui aide notre corps à être plus résistant au stress oxydatif. Cependant, une augmentation permanente de la formation de radicaux libres est assez dangereuse. Non seulement le risque de développer un cancer augmente, mais les dangers du diabète de type 2 et de diverses maladies du cerveau comme les maladies d'Alzheimer et de Parkinson augmentent également.

De nouvelles études montrent que les cannabinoïdes ne sont en aucun cas inférieurs aux sources conventionnelles d'antioxydants.[6] Ils sont probablement la source la plus riche d'antioxydants que nous connaissons actuellement.

Les cannabinoïdes ayant une structure CBD ont un atome d'oxygène libre qui est donné aux radicaux libres et peut ensuite les neutraliser. Cet atome d'oxygène libre est responsable des propriétés antioxydantes du cannabidiol.

Cet effet signifie que la CDB est importante dans la recherche de nouvelles méthodes pour traiter les maladies neurodégénératives. Grâce à ses propriétés neuroprotectrices, elle peut mieux protéger l'organisme contre diverses maladies des cellules nerveuses du cerveau.

[1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5510776/

[2] https://academictree.org/chemistry/peopleinfo.php?pid=83350

[3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6326553/

[4] http://jem.rupress.org/content/209/6/1121

[5] https://hplusmagazine.com/2009/07/14/leaders-modern-gerontology-denham-harman-takes-free-radicals/

[6] https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f0/US-patent-6630507.pdf

juillet 01, 2020

Voir l'article entier
CBN - Cannabinol

CBN - Cannabinol

  1. Généralités
  2. Effets
  3. Use in medicine
  4. Sédatif
  5. CBN et CBD
  6. Histoire
  7. Références

Généralités

Quiconque s'est déjà penché sur les divers ingrédients de la plante de cannabis est certainement tombé sur le terme cannabinol à un moment ou à un autre. Le cannabinol, ou CBN en abrégé, est le nom d'un autre phytocannabinoïde qui, contrairement à ses homologues apparentés, présente une caractéristique particulière. Bien qu'il ait ses racines dans la plante de cannabis, il n'y est pas formé.

Le CBN est créé par le processus de vieillissement et l'oxydation externe du cannbinoïde psychoactif "tétrahydrocannabinol" ou THC en abrégé. L'exposition à l'oxygène ou l'exposition à la chaleur et aux rayons lumineux favorise la dégradation de l'effet psychoactif dans le processus. Plus la teneur en THC est faible, plus la teneur en CBN est élevée. C'est pourquoi le cannabinol ne peut être trouvé qu'en très petites quantités dans les plantes de cannabis fraîches.

Comme les autres cannabinoïdes, le CBN n'est pas soluble dans l'eau mais dans la graisse. Il est connu pour être une molécule liposoluble, avec de faibles effets psychoactifs et ne se lie que faiblement aux récepteurs CB1. Structurellement, le CBN se lie aux stations d'accueil de nos récepteurs CB2. La manière exacte dont le CBN fonctionne sur le récepteur CB2 fait encore l'objet de tests dans le cadre de diverses études.

En Allemagne, le CBN ne relève pas de la loi allemande sur les stupéfiants, sauf s'il provient de l'intoxication par la plante de cannabis. En outre, le CBN ne fait pas partie de la "Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants du 30 mars 1961”[1] et de la "Convention sur les substances psychotropes". Cela fait du CBN une préparation légale, en particulier à des fins médicales.

Effets

Tout comme son THC relatif, le dosage du CBN est essentiel pour obtenir les bons effets. Cela explique également pourquoi il est difficile de comparer le mode d'action du CBN avec celui du THC, même s'il s'agit d'un successeur direct de ce phytocannabinoïde bien connu. Par exemple, la prise de CBN en forte concentration peut entraîner un sentiment d'épuisement. Ce phénomène contredit les conclusions d'une étude qui a montré que les participants à l'étude ont amélioré leurs capacités cognitives en prenant du cannabis (1LINK). Cela suggère que la CBN agit comme un antagoniste des cannabinoïdes comme le THC. Une contribution importante est apportée par les deux récepteurs CB et ceux-ci aiment s'approprier les effets de nombreux cannabinoïdes.

Comme le CBN semble avoir une meilleure connexion avec les sites de liaison des récepteurs CB2, nous pouvons tirer d'autres conclusions sur les domaines d'utilisation possibles. Ces récepteurs se trouvent principalement dans le système immunitaire et sont des composants importants pour traiter les cas cliniques neuropathiques, ainsi que les douleurs inflammatoires, les maladies neuronales et neurodégénératives.

En combinaison avec d'autres cannabinoïdes, le CBN stimulerait l'appétit.

Les autres modes d'action sont:

  • Sédatif
  • Analgésique
  • Antibactérien
  • Anti-inflammatoire
  • Antispasmodique
  • Promouvoir le sommeil

    Les effets antidépresseurs potentiels de la CBD ont également été testés avec la CBN, mais n'ont pas pu être prouvés.

    Les études sur les phytocannabinoïdes sont toujours en cours et continuent de fournir des résultats nouveaux et révisés. Comme la prise de CBN présente un avantage médical potentiel, des recherches sont bien sûr toujours en cours sur ce phytocannabinoïde.

    Utilisation en médecine

    Bien que de nombreux cannabinoïdes se chevauchent et présentent des similitudes dans leurs effets, chacun est unique et offre toujours un nouveau potentiel thérapeutique dans l'utilisation médicale pour soutenir les processus de guérison de manière efficace et durable. Le processus d'oxydation du tétrahydrocannabinol qui donne naissance au "nouveau" cannabinoïde, le CBN, se produit par une modification du profil chimique de la fleur, qui à son tour provoque ces changements importants dans les propriétés thérapeutiques.

    Sédatif

    Les sédatifs ont un effet calmant et anxiolytique sur les patients. En même temps, ils peuvent réduire le niveau d'activité, favoriser le sommeil, soulager les spasmes et détendre les muscles. Les sédatifs sont utilisés pour les personnes souffrant d'une grave agitation intérieure, de traumatismes ou d'anxiété.

    L'internet donne des informations sur l'utilisation du CBN comme sédatif. À cet effet, on cite des études où le cannabinol a un effet sédatif et calmant. Dans ce contexte, le cannabinol est souvent mis sur le même pied que le diazépam, un sédatif bien connu. Mais il n'y a guère de preuves pour étayer cette affirmation :

    L'effet sédatif supposé du CBN est probablement sa caractéristique la plus connue. Cependant, il n'existe pas beaucoup d'études qui soutiennent totalement cette théorie.

    Cela pourrait s'expliquer en partie par le fait que de nombreuses études et travaux scientifiques sur la plante de cannabis ont été interrompus pendant des décennies à la suite d'une interdiction collective après les années 1970 et 1980. La recherche est toujours occupée à rattraper le manque de temps et à acquérir des connaissances sur la plante de cannabis polyvalente. Une autre raison pourrait résider dans l'interprétation libre d'une étude qui a testé les effets sur seulement cinq participants masculins après la prise de CBN.[2]

    Dès 1975, le CBN a été testé à différentes doses (0 à 50 mg) lorsqu'il était pris par voie orale en combinaison avec 25 mg de THC, un cannabinoïde. Le cannabinol a semblé modifier l'effet du THC sur les sujets testés. Les cinq hommes se sont sentis plus somnolents après avoir pris la combinaison et ont estimé que les effets de la "drogue" étaient plus perceptibles que les effets du THC seul. En conclusion, on peut dire que le CBN a semblé augmenter l'effet du THC dans certains processus, mais seulement dans une faible mesure. L'effet sédatif du cannabinoïde consommé seul n'a pas été spécifiquement testé ou trouvé dans cette étude. Il se pourrait donc que le CBN n'ait finalement fait que renforcer les propriétés du THC.

    Des études sur les animaux ont également examiné ce domaine à un stade précoce et ont montré des troubles moteurs chez les chiens en ajoutant 12 mg ou plus de CBN, selon le poids corporel.[3] Cependant, aucun effet modérateur n'a été démontré sur le système nerveux central humain.

    Une autre raison de l'hypothèse selon laquelle le CBN a des effets sédatifs sur l'homme pourrait être due à l'examen du mode d'action des plantes de cannabis matures. Comme déjà décrit ci-dessus, celles-ci présentent une proportion plus élevée de CBN et ont un effet sédatif accru. La question cruciale est de savoir si ce phénomène est uniquement imputable au cannabinol. La science n'a pas encore résolu cette question.

    Analgésique

    Les analgésiques sont des agents pharmaceutiques qui soulagent la douleur. On distingue les analgésiques opioïdes et non opioïdes, car les deux groupes ont des mécanismes d'action différents.

    Les analgésiques non opiacés interviennent dans une enzyme très spécifique, qui est l'enzyme COX. Ils y bloquent la production ultérieure de prostaglandines. Cette hormone locale joue un rôle crucial dans les syndromes de douleur locaux.

    Les analgésiques à base de cannabis se lient aux récepteurs cannabinoïdes de notre système nerveux central. De là, ils peuvent utiliser le système endocannabinoïde pour soulager la douleur et soutenir les cannabinoïdes de notre corps dans leur action. Même la douleur chronique peut être soulagée par des actions sur les récepteurs. L'avantage des médicaments à base de cannabis pour le soulagement de la douleur est, entre autres, qu'un niveau sanguin constant peut être maintenu chez les patients grâce à un dosage précis.

    Selon une étude de 2002, le CBN peut soulager la douleur en libérant des endorphines[4], ce qui est également le cas du THC, qui agit par le biais du centre de contrôle de la douleur au sein du système endocannabinoïde.

    Antibactérien et anti-inflammatoire

    Nous savons depuis de nombreuses décennies que plusieurs phytocannabinoïdes ont un effet antibactérien. Dès les années 1950, les cannabinoïdes végétaux ont été utilisés pour lutter contre les maladies infectieuses microbiennes comme la tuberculose. Même avant cela, les premières tentatives ont été faites sur des cas de tuberculose en Inde avec le cannabis, qui ont eu lieu à la fin du 19ème siècle.

    On soupçonne que la forte concentration d'acides gras polyinsaturés, principalement dans l'huile de graines de chanvre, en est un élément essentiel. Le corps humain ne peut pas produire ces acides gras de manière indépendante et compte sur nous pour les ingérer par le biais de la nourriture. En outre, les graines de chanvre fournissent la quantité idéale (équilibre 3-4 : 1) de certains acides gras oméga dont le corps a normalement besoin. Ces acides gras, oméga-3 et oméga-6, sont nécessaires à l'organisme pour les maladies inflammatoires car ils aident à réguler les processus inflammatoires.

    Le cannabinol présente donc les conditions idéales pour avoir des propriétés antibactériennes. En fait : le cannabinoïde relativement inconnu, ainsi que quatre autres phytocannabinoïdes testés, ont donné des résultats prometteurs dans une étude scientifique de 2005 sur les germes de SARM, qui sont des germes hospitaliers multirésistants et résistants aux antibiotiques particulièrement dangereux.[5] Ces germes multirésistants, également connus sous le nom de superbactéries, sont en augmentation dans les hôpitaux et les maisons de retraite et, selon une analyse de l'OCDE, pourraient coûter la vie à plus de 2,4 millions de personnes dans le monde d'ici 2050. Il est difficile d'y parvenir car les germes peuvent modifier leur constitution génétique et développer une résistance après un contact avec des antibiotiques. Les coûts estimés se chiffrent en milliards et représentent 10 % du budget total consacré à la lutte contre les maladies infectieuses dans le cadre de la lutte contre les germes résistants.

    C'est pourquoi des scientifiques de Londres, Rovigo et Novara en Italie ont découvert que les phytocannabinoïdes peuvent être efficaces dans la lutte contre ces superbactéries très résistantes. Le CBN a été classé comme particulièrement efficace avec les phytocannabinoïdes tétrahydrocannabinol (THC), cannabigerol (CBG), cannabidiol (CBD), cannabichromene, ou CBC.[6]

    Le CBN, ainsi que les quatre autres cannabinoïdes testés, a connu le plus grand succès, en particulier chez les bactéries qui avaient développé une résistance à l'antibiotique pénicilline.

    Bien que cette étude soit également prometteuse dans la lutte contre les agents pathogènes dangereux, l'état actuel de la recherche est encore dans sa phase pilote. À l'heure actuelle, on ne sait pas encore comment le CBN va réellement tuer les dangereux germes du SARM.

    Antispasmodique

    Ce n'est un secret pour personne que les cannabinoïdes sont de véritables agents polyvalents lorsqu'il s'agit d'agir sur le système endocannabinoïde. Il n'est donc pas surprenant que le cannabinol ait toujours un atout dans sa manche pour aider à soulager les spasmes. En janvier 1974, un article a été publié sur une étude des "sciences de la vie" qui faisait état de tests sur des animaux.[7]

    Les scientifiques ont soumis des souris à des chocs électriques maximum pour étudier l'effet direct des trois cannabinoïdes végétaux que sont le tétrahydrocannabinol (THC), le cannabinoïde (CBD) et le cannabinol (CBN). Celui-ci a été pris sous forme de solution saline, entre autres. Les trois phytocannabinoïdes testés ont eu un effet anticonvulsif. La durée d'action maximale était d'environ deux heures et le cannabinol a montré les résultats les plus passifs des trois.

    CBN et CBD

    Le cannabinol et le cannabidiol présentent des similitudes, mais diffèrent sensiblement dans leurs modes d'action. Les deux phytocannabinoïdes sont anxiolytiques, relaxants et même antiépileptiques. Alors que le CBD n'a pas d'effets psychoactifs sur les consommateurs, le CBN en montre très peu. Les deux ont également des structures chimiques différentes. Ils ne sont donc pas du tout identiques. Lorsqu'ils se mettent au travail sur le système endocannabinoïde, ils n'ont pas peur de montrer ces différences. Le CBD ne fonctionne pratiquement pas sur les récepteurs CB1 et CB2 de notre système immunitaire et nerveux. Au contraire, le phytocannabinoïde agit pour équilibrer les fonctions physiologiques du corps (homéostasie). Le CBN, en revanche, présente de faibles affinités avec les deux récepteurs.

    Histoire

    Déjà à la fin du 19ème siècle, le cannabinol a été isolé de la plante de cannabis comme le premier phytocannabinoïde jamais vu. Le chimiste britannique Robert Sidney Cahn, qui a ensuite dirigé le Journal of the Chemical Society, a étudié la structure du cannabinoïde dans les années 1930. Il n'a pas fallu longtemps pour que la synthèse chimique ait lieu dans des laboratoires aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

    En 1963, le Dr Raphael Mechoulam, pionnier du cannabis et professeur universitaire israélien de produits naturels et de chimie pharmaceutique, a fait la première découverte sur les différents modes d'action des nombreux phytocannabinoïdes. Cette découverte a jeté les bases d'importantes études sur la plante de cannabis, qui sont toujours en cours.

    Après l'adoption, pour la première fois au Nouveau-Mexique, d'une loi en 1978 qui a été utilisée pour la recherche de substances contrôlées à des fins thérapeutiques, Raphael Mechoulam a fait une autre percée dans son travail scientifique dans les années 1980. Il a testé l'effet atténuant de la CDB dans les crises d'épilepsie sur des participants à des tests.[8] Après quatre mois, une analyse des tests cliniques a montré que la moitié des sujets présentaient une réduction significative de la fréquence des crises, tandis que l'autre moitié n'avait même pas de crises d'épilepsie. Par ce biais, le Dr Mechoulam a confirmé que le CBD cannabinoïde pouvait être utilisé comme hypnotique à des fins médicales et thérapeutiques.

    Références

    [1] https://www.admin.ch/opc/de/classified-compilation/19610057/index.html

    [2] https://www.karger.com/Article/Abstract/136944

    [3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7029731

    [4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2503660

    [5] https://pubs.acs.org/doi/10.1021/np8002673

    [6] https://www.worldcat.org/title/cannabis-health-index-combining-the-science-of-medical-marijuana-with-mindfulness-techniques-to-heal-100-chronic-symptoms-and-diseases/

    [7] https://www.researchgate.net/publication/18399501_The_anticonvulsant_activity_of_cannabidiol_and_cannabinol

    [8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7413719

    juillet 01, 2020

    Voir l'article entier

    CBC - Cannabichromen

    CBC - Cannabichromen

    1. Généralités
    2. La CBC et ses effets
    3. La CBC en médecine
    4. Troubles intestinaux
    5. Les effets des antibiotiques
    6. Cancer
    7. Effet analgésique
    8. Effet anti-inflammatoire
    9. La CBC dans le cerveau
    10. Contenu de la CBC dans le cannabis

    Généralités

    Le cannabichromène, ou CBC en abrégé, est l'un des plus de 100 phytocannabinoïdes déjà identifiés dans la plante de cannabis. Comme la plupart de ses parents, il n'a pas d'effets psychoactifs. Bien qu'il soit l'un des quatre principaux cannabinoïdes du cannabis sativa, on le trouve en plus forte concentration dans le chanvre indien (Cannabis Indica) que dans le cannabis sativa.

    Comme c'est souvent le cas pour les phytocannabinoïdes, la CBC n'est pas limitée à un seul domaine d'utilisation dans différentes procédures. Bien qu'elle ne puisse pas produire un effet analgésique à elle seule, elle est un excellent outil d'équipe lorsqu'elle est utilisée en association avec le THC. Elle soutient les effets analgésiques du populaire cannabinoïde et produit un effet relaxant, calmant et même antidépresseur sur ceux qui en consomment.

    Le CBC se développe grâce à la conversion par des enzymes de son prédécesseur, le cannabigérol (CBG). L'exposition à la lumière transforme le cannabichromène en un produit qui décompose le CBL (cannabicyclol).

    La CBC et ses effets

    Bien qu'il n'ait pas été prouvé que le CBC ait un effet analgésique direct en soi, le cannabinoïde possède une autre caractéristique : ses propriétés pharmacologiques complètes.

    Les scientifiques ont testé le cannabinoïde et ses substances pour leurs éventuels effets anti-inflammatoires et antibactériens au début des années 1980. Les effets anti-inflammatoires ont été examinés à l'aide de la méthode de stabilisation de la membrane érythrocytaire et ont montré que le CBC est supérieur à certaines préparations conventionnelles telles que la phénylbutazone.[1]

    Depuis le début des années 1950, la phénylbutazone est connue comme un médicament appartenant au groupe des "anti-inflammatoires non stéroïdiens" (AINS), avec des effets analgésiques, anti-inflammatoires et antipyrétiques

    À l'origine, ce dérivé de la pyrazolidinedione était uniquement destiné à être prescrit et distribué comme médicament aux patients qui présentaient une certaine résistance à une certaine procédure et/ou à un certain médicament.

    Les patients peuvent désormais obtenir de la phénylbutazone auprès de leur médecin s'ils souffrent de rhumatismes, c'est-à-dire de maladies rhumatismales inflammatoires. Cette maladie hétérogène, qui a souvent une évolution chronique et progressive au sein du système immunitaire, comprend des symptômes tels que des douleurs articulaires légères à sévères et une mobilité réduite. Cela peut conduire à des altérations irréversibles de l'indépendance et, en fin de compte, à des handicaps qui nécessitent des soins pour les personnes atteintes. En Allemagne, on estime que 2 % de la population adulte est atteinte de rhumatismes inflammatoires. Bien que le nombre de personnes atteintes puisse sembler faible, l'intervention coûte des milliards de dollars. La raison principale est le coût élevé des médicaments qui doivent être utilisés pour obtenir des résultats efficaces.[2]

    Il est bien connu que les coûts de fabrication du cannabis médical sont beaucoup moins élevés.

    Étant donné que l'importation et la vente de cannabis pharmaceutique en Allemagne sont légales depuis 2017 et que les jeunes entreprises pharmaceutiques ont déjà développé leurs propres procédés de biosynthèse pour la production, les fondateurs de l'entreprise s'attendent à ce que les coûts de production continuent à diminuer, pour finir à 0,1 % de ce qu'ils sont actuellement.

    Des bactéries résistantes aux acides et des champignons de culture, entre autres, ont également été utilisés pour tester si le CBC a des propriétés antifongiques et antibactériennes. Si le résultat a confirmé une forte action antibactérienne, l'activité antifongique a été faible à moyenne.

    La CBC peut agir comme un antibiotique contre les infections fongiques et peut être utilisée comme un antibiotique contre les bactéries qui ne répondent plus aux antibiotiques classiques en raison d'une résistance croissante.

    Des études ont déjà montré qu'un grand nombre de phytocannabinoïdes ont un effet antidépresseur et qu'il existe une interaction entre les médicaments antidépresseurs et notre système endocannabinoïde. De nouvelles études ont observé l'effet antidépresseur et d'autres propriétés du CBC. Lors d'expérimentations animales sur des souris, la dose optimale permettant d'exclure les troubles neurologiques a été précisée. Alors que les cannabinoïdes CBC et CBN n'ont montré aucun effet antidépresseur significatif, le CBC a été aligné sur le CBD et le THC. Les trois phytocannabinoïdes ont montré des avantages. Pour la CBC, on a constaté une dose de 20 mg par kg.[3]D'autres tests sur les animaux l'ont confirmé et ont également démontré des propriétés antidépressives dans des situations de stress. La consommation de CBC a aussi clairement démontré qu'elle permettait de contrecarrer les restrictions de mobilité en fonction de la dose correcte administrée. Cela signifie que le cannabichromène est l'un des cannabinoïdes antidépresseurs de la plante de cannabis et qu'il est conjointement responsable des propriétés d'amélioration de l'humeur de la plante de cannabis sans aucun effet psychoactif pour les consommateurs.

    Le CBC partage une autre caractéristique commune avec le THC par le biais d'un processus appelé neurogenèse. La CBC peut augmenter le développement des cellules du cerveau et renforcer leur viabilité en même temps.

    Les scientifiques ne savent pas encore si la CBC seule peut avoir un effet sur les récepteurs du système endocannabinoïde et, si oui, quels pourraient être ces effets. Comme il semble que le CBC soit réticent à activer les récepteurs ECS, cela signifie que soutenir les effets du THC ou du CBD dans tout l'organisme est facile pour le cannabinoïde.

    La CBC en médecine

    Comme il n'y a pas encore de preuve que la CBC puisse se lier aux récepteurs CB1 et CB2 bien connus, on suppose que sa tâche principale est de soutenir les autres cannabinoïdes. Par conséquent, le CBC peut renforcer les effets du THC lorsqu'il est utilisé pour traiter la douleur et l'anxiété.

    Comme pour les nombreux cannabinoïdes, le CBC fait preuve d'un petit talent polyvalent, largement inconnu. Son efficacité a déjà été constatée dans divers cas, notamment pour les problèmes digestifs, le syndrome du côlon irritable et d'autres maladies inflammatoires chroniques du côlon irritable. Le CBC a permis de soulager la douleur postopératoire ou les troubles nerveux qui entraînent des troubles du système nerveux autonome.

    Troubles intestinaux

    Nous soupçonnons depuis longtemps que le cannabis peut avoir un effet sur certains états inflammatoires de l'intestin, car les endocannabinoïdes et les phytocannabinoïdes ont de nombreux comportements qui se chevauchent après s'être liés aux récepteurs CB1 et CB2 dans le SCE.

    Une étude de 2018 a été la preuve scientifique de cette influence positive. Des chercheurs de la faculté de médecine de l'université du Massachusetts et de l'université de Bath ont découvert que le cannabis fonctionne de manière très similaire à une substance messagère endogène qui est responsable du contrôle de l'inflammation dans le tractus intestinal.[4] Le processus naturel sous-jacent fonctionne de deux manières principales :

    Les processus de régulation sont continus et réagissent immédiatement si les conditions dans l'intestin changent.

    Tout d'abord, les agents pathogènes peuvent être détruits. Cela fait partie du système immunitaire naturel de l'intestin. Cependant, le processus est également capable d'endommager la muqueuse intestinale si les cellules immunitaires y lancent une attaque incontrôlée. Comme environ 80 % des cellules immunitaires humaines sont situées dans l'intestin, il est facile de déclencher un état d'alerte, ce qui conduit l'intestin à essayer de se débarrasser des germes entrants par des processus de régulation.

    Ensuite, la réponse inflammatoire peut être désactivée par plusieurs molécules. Ces molécules sont transportées à travers les cellules dans l'épithélium, qui est la couche cellulaire supérieure de la peau et des tissus muqueux. Ces cellules se trouvent dans tout l'intestin. La nouvelle découverte pour les scientifiques, cependant, a été la réalisation que ce processus ne peut avoir lieu que par l'intermédiaire de la molécule produite naturellement par le corps, appelée endocannabinoïde.

    Ce messager biologique est de nature similaire aux molécules de cannabis.

    Si l'organisme n'a pas accès à une quantité suffisante d'endocannabinoïdes, c'est-à-dire aux propres cannabinoïdes de l'organisme, la réaction inflammatoire ne peut pas être correctement équilibrée et elle est perturbée, continuant sur un chemin incontrôlable.

    Cependant, si l'organisme absorbe les phytocannabinoïdes de la plante de cannabis, il devrait être possible, selon les chercheurs, d'aider l'organisme à combattre l'inflammation dans l'intestin. Dans ce cas, ces phytocannabinoïdes prendraient le relais des endocannabinoïdes dont l'organisme manque pour le processus de guérison étendu.

    Bien que les résultats de cette étude donnent à l'équipe de recherche américaine une image plus claire des effets des phytocannabinoïdes, des études scientifiques chez l'homme et des résultats bien fondés sont encore en attente.

    Les effets des antibiotiques

    Diverses molécules issues de la plante de cannabis sont connues depuis longtemps pour être un médicament efficace contre les bactéries très résistantes. Ces germes multirésistants, également connus sous le nom de superbactéries, sont en augmentation dans les hôpitaux et les maisons de retraite et, selon une analyse de l'OCDE, pourraient coûter la vie à plus de 2,4 millions de personnes dans le monde d'ici 2050. Il est difficile d'y parvenir car les germes peuvent modifier leur constitution génétique et développer une résistance après un contact avec des antibiotiques. Les coûts de la récupération sont estimés à des milliards et représentent 10 % du budget total consacré à la lutte contre les maladies infectieuses dans le cadre de la lutte contre les germes résistants.

    Dans plusieurs études de laboratoire, des scientifiques de l'École de pharmacie de Londres et de l'Université du Piémont oriental à Novara, ainsi que des chercheurs de l'Institut de recherche agricole Cra-Cin à Rovigo ont découvert que les phytocannabinoïdes peuvent être efficaces dans la lutte contre ces superbactéries très résistantes. Les cannabinoïdes tétrahydrocannabinol (THC), cannabigérol (CBG), cannabidiol (CBD), cannabinol (CBN) et cannabichromène, c'est-à-dire le CBC, ont été classés comme particulièrement efficaces.[5]

    Les cannabinoïdes ont connu le plus grand succès auprès des bactéries résistantes à l'antibiotique pénicilline.

    Bien que cette étude offre également des résultats prometteurs dans la lutte contre les pathogènes dangereux, la recherche actuelle est encore dans sa phase pilote. À l'heure actuelle, on ne sait pas encore très bien comment la CBC et les cannabinoïdes qui lui sont associés tuent réellement les germes.

    Cancer

    Dans une étude publiée en 2014 sur les "Cannabinoïdes comme agents thérapeutiques dans le cancer", les scientifiques ont examiné l'importance pharmacologique des principes actifs des cannabinoïdes dans le cancer.[6] Ils ont découvert que les cannabinoïdes ont un effet sur les processus organiques à l'extérieur des organismes vivants, ainsi qu'à l'intérieur de l'organisme vivant. L'anti-prolifération a été observée dans divers types de cancer. Cela signifie que les cannabinoïdes peuvent inhiber la croissance des cellules et des tissus.

    En outre, ils semblent avoir un effet antiangiogénique. Cela signifie qu'ils peuvent protéger contre la formation de vaisseaux sanguins dans les maladies tumorales, par exemple.

    Les cannabinoïdes végétaux agissent principalement via les deux types de récepteurs du système endocannabinoïde, mais le CBC joue également un rôle majeur en aidant à prendre des mesures sans ordonnance.

    Pendant la chimiothérapie, les patients ne sont pas seulement confrontés à la maladie maligne elle-même, mais aussi à des symptômes tels qu'une sensation générale de douleur, des nausées, des vomissements ou une perte d'appétit.

    Dans de tels cas, le THC a le potentiel d'améliorer l'humeur générale. Les récepteurs considérés comme le point de liaison du THC se trouvent principalement dans le cerveau frontal et le système limbique. C'est là que les émotions sont traitées et que la sensation de douleur se construit, entre autres. Des tests scientifiques ont montré que bien que le THC n'ait aucun effet analgésique, il peut aider certains patients à être moins gênés par leur douleur.

    De plus, le CBC peut soutenir le cannabinoïde populaire et augmenter son mode d'action pour renforcer efficacement le THC. Le CBC peut également être d'une grande aide pour le soulagement de la douleur. En tant que fidèle membre d'une équipe, la réduction de la douleur est plus efficace lorsque le CBC est utilisé en combinaison avec le THC. Comme son frère, le CBD, le CBC a montré tout son potentiel dans le soulagement de la douleur chronique.[7]

    Diverses études évaluent actuellement si le CBC peut totalement inhiber les tumeurs cancéreuses en interagissant avec l'anandamide, un endocannabinoïde du corps, ou même en étant responsable de la stimulation de la croissance osseuse.

    Effet analgésique

    Le rôle analgésique des cannabinoïdes comme le CBC joue un rôle important dans de nombreuses conditions médicales dans le cadre du cannabis médical. Le plus frappant est qu'un certain nombre de cannabinoïdes ayant des propriétés analgésiques n'ont pas de relation significative avec les récepteurs CB1 et CB2 dans le système endocannabinoïde. Malheureusement, ce domaine de recherche est encore largement nouveau, même si les perspectives de nouvelles formes de médicaments dans le domaine de la douleur et de la médecine palliative sont positives. Alors que la plupart des études se sont concentrées sur l'aspect du traitement de la douleur des cannabinoïdes les plus connus comme le THC ou le CBD, le CBC est également en train de prendre de l'importance à cet égard.

    Au Canada, divers cannabinoïdes destinés à traiter les symptômes de la douleur neuropathique, comme la sclérose en plaques, ont été approuvés dès 2005.

    Les recherches ont montré que la CBC a un effet sur la colonne vertébrale et peut influencer positivement la façon dont la douleur est perçue. Cet effet peut être accru s'il est pris en combinaison avec le CBD.

    Effet anti-inflammatoire

    Des études menées sur des souris montrent que la CBC peut réduire le gonflement et l'inflammation du tube digestif.[8] Pour ce faire, il ne se lie pas aux récepteurs cannabinoïdes dans le SCE. Le CBC a été testé en même temps que le THC pour ses propriétés anti-inflammatoires. Les scientifiques ont examiné les deux cannabinoïdes séparément et en combinaison. Le CBC agit de différentes manières sans passer par les récepteurs du système de circulation extracorporelle. En combinaison avec le THC, les deux cannabinoïdes ont été exceptionnels dans l'échange de rôles et le THC a soutenu le CBC pour produire une concentration accrue de THC dans le cerveau.

    Bien qu'un récepteur CB2 puisse bloquer les effets anti-oedémateux naturels du THC, le CBC peut les contourner. Par conséquent, les deux cannabinoïdes fonctionnent bien ensemble pour avoir des effets anti-inflammatoires.

    La CBC dans le cerveau

    En plus de toutes ces propriétés positives pour la santé physique, la CBC a encore la plus grande surprise en réserve.

    Jusqu'à présent, le rôle des cannabinoïdes dans la neurogenèse des adultes ayant un cerveau développé a été un sujet controversé. Une étude publiée en 2015 intitulée 'The Role of Cannabinoids in Neurogenesis in Adults' deals with traite de ce sujet. Enfin, comme on pense que les composés non seulement des phytocannabinoïdes mais aussi des endocannabinoïdes et même des cannabinoïdes synthétiques jouent un rôle croissant dans le processus de développement neuronal, les chercheurs ont découvert que les cannabinoïdes peuvent jouer un rôle modulateur dans la neurogenèse chez l'adulte en activant les deux types de récepteurs dans le système endocannabinoïde.

    La question se pose donc de savoir quel rôle joue le CBC dans la neurogenèse si l'on sait qu'il évite autant les récepteurs CB1 et CB2 ?

    Lors d'expériences sur les animaux, les scientifiques ont examiné de près l'adénosine. Il s'agit d'un composé chimique produit par le corps et faisant partie du neuromodulateur. Par conséquent, l'adénosine est fortement impliquée dans l'influence du fonctionnement du système nerveux. Elle régule les facteurs de croissance et les récepteurs IL-1. Des observations ont montré que le célèbre cannabinoïde THC n'est pas autant sous les feux de la rampe que le cannabichromène. Cela signifie que le CBC est largement responsable de la survie des cellules.[9] Le cannabinoïde est également réputé pour favoriser la croissance de nouvelles cellules nerveuses. Ces cellules cérébrales se trouvent sur le bord intérieur du lobe temporal, plus précisément dans l'hippocampe, qui est le centre de contrôle du système limbique.

    Le CBC semble être un médiateur entre les cellules neuronales. Les premières indications montrent que les cannabinoïdes peuvent même cibler la protéine de liaison à l'actine "fascine" pendant la neurogenèse. Le rôle de la fascine est de stabiliser les structures des protéines et de les soutenir par une résistance mécanique, ainsi que par la construction de réseaux par ramification.

    Des études scientifiques ont également examiné la stimulation de la croissance des tissus nerveux par la CBC, mais les résultats ne sont pas encore concluants. Certains chercheurs pensent que le phytocannabinoïde pourrait influencer ou même arrêter la dégénérescence neuronale dans le cerveau. D'autres cannabinoïdes sont également soupçonnés d'avoir cet effet.

    Contenu de la CBC dans le cannabis

    Les recherches ont révélé une forte teneur en cannabichrome, en particulier dans les variétés de race terrestre d'Asie centrale et du sous-continent indien, notamment du nord de l'Inde, du Népal ou du Tibet.

    En fait, la teneur en CBC des plantes de Cannabis Indica dépasse généralement même les niveaux naturels de la CBD. Comme la CBC se transforme en cannabinoïde cannabicyclol (CBL) par la lumière et la chaleur, les jeunes plantes ont également une teneur en CBC plus élevée.

    Par conséquent, la proportion de CBC est faible dans les plantes de cannabis qui sont délibérément cultivées pour obtenir la teneur en THC ou en CBD la plus élevée possible après la récolte.

    [1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7298870

    [2]https://www.rki.de/DE/Content/Gesundheitsmonitoring/Gesundheitsberichterstattung/GBEDownloadsT/rheumatische_erkr.pdf?__blob=publicationFile

    [3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20332000

    [4] https://www.umassmed.edu/news/news-archives/2018/08/umass-medical-school-researchers-explain-why-cannabis-may-relieve-intestinal-inflammation/

    [5] https://www.worldcat.org/title/cannabis-health-index-combining-the-science-of-medical-marijuana-with-mindfulness-techniques-to-heal-100-chronic-symptoms-and-diseases/

    [6] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4171598/

    [7] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20942863

    [8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20619971

    [9] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4543605/

    juillet 01, 2020

    Voir l'article entier
    L'effet d'entourage

    L'effet d'entourage

    1. Généralités
    2. Quel est en fait l'effet d'entourage?
    3. Que sont les terpènes ?
    4. Le bénéfice de l'effet d'entourage
    5. L'effet d'entourage à des fins médicales
    6. Interaction des différents cannabinoïdes
    7. Autres conclusions

    Généralités

    Le terme "effet d'entourage" n'a été utilisé que récemment et il décrit les connaissances scientifiques modernes sur les méthodes d'action et l'effet des phytocannabinoïdes sur le système endocannabinoïde.

    En termes généraux, l'effet d'entourage peut être décrit comme une interaction de composés végétaux dans le corps humain.

    Des combinaisons spéciales de substances végétales sont plus efficaces et produisent une plus grande activité pour transmettre des signaux cruciaux via des récepteurs.

    Ceci peut être expliqué par la biologie. Le corps humain est composé de cellules qui non seulement forment la base de la vie, mais qui nous aident également dans toutes nos activités quotidiennes. Par exemple, si nous voulons serrer le poing, nos cellules transmettent le signal du cerveau aux muscles. Cela signifie que les cellules doivent être capables d'envoyer des signaux ainsi que de les recevoir et de les lire correctement. Les récepteurs y contribuent.

    Dans le système endocannabinoïde, ces messagers sont les endocannabinoïdes (et aussi les cannabinoïdes). Les récepteurs lisibles sont généralement appelés récepteurs CB1 et CB2.

    De nombreuses personnes ne connaissent pas le nombre réel de récepteurs dans le système endocannabinoïde. Des récepteurs tels que le GPR3, le GPR5 ou le TRPV8 contribuent également de manière décisive au bon fonctionnement de plus de cent vingt endocannabinoïdes. Leur communication est complexe.

    Quel est en fait l'effet d'entourage?

    L'effet d'entourage décrit ces processus de communication dans nos systèmes cellulaires. En supposant qu'un seul composant n'ait pas la puissance suffisante pour générer certains stimuli et transmettre des messages, il a donc besoin d'un groupe. Grâce à cet effet de groupe (d'après le mot français : entourage), les récepteurs souhaités sont mis en action.

    Ce processus est inhabituel car en biochimie, les molécules connues sous le nom de ligands se lient généralement de manière spécifique à leurs récepteurs sans qu'il soit nécessaire de faire appel à l'entourage.

    Le professeur David Meiri, biochimiste de la faculté de biologie de l'université technique d'Israël, a acquis de nouvelles connaissances sur l'étude du cannabis dans le traitement du cancer. Ses recherches sur les cellules ont révélé que les cannabinoïdes individuels n'affectent pas certaines cellules cancéreuses, sans effet sur leur durée de vie.[1] Si plusieurs composants sont combinés, les effets souhaités sont indiqués. Cela est possible parce que les connexions individuelles fonctionnent en équipe par l'intermédiaire des récepteurs et peuvent développer suffisamment de force pour tuer, par exemple, les cellules cancéreuses mentionnées ci-dessus. Leur efficacité sera renforcée.

    Cette interaction entre les phytocannabinoïdes et les terpènes et leurs propriétés synergétiques communes est appelée l'effet d'entourage.

    Pour bien comprendre l'effet d'entourage, il est non seulement important de comprendre comment les cannabinoïdes agissent, mais il faut aussi comprendre de façon élémentaire ce que sont les terpènes et pourquoi ils sont beaucoup plus importants dans les plantes de cannabis qu'on ne l'a cru pendant longtemps.

    Que sont les terpènes ?

    Les terpènes sont un groupe hétérogène de composés chimiques présents dans les organismes naturels. Ils sont insolubles dans l'eau, mais solubles dans les graisses.

    Les terpènes de la plante de cannabis sont les hydrocarbures organiques qui sont responsables du goût unique et de l'odeur intense des fleurs et des plantes. Ils sont d'abord produits dans les glandes résineuses collantes de la plante assez étrange et peuvent être assimilés à des huiles fortement parfumées, dégageant une forte odeur une fois développées. Ils coexistent avec des cannabinoïdes bien connus tels que le THC, le CBD ou le CBG.

    Tout comme les cannabinoïdes, les scientifiques ne peuvent actuellement qu'estimer le nombre exact de terpènes présents dans la plante de cannabis. Ils supposent maintenant qu'il peut y avoir plus de deux cents terpènes différents. Cependant, les connexions individuelles fluctuent. Cela explique aussi pourquoi les différents types de marijuana ont des parfums différents, souvent uniques. Les terpènes sont également responsables de la perception qu'ont les consommateurs des vertus apaisantes ou des effets euphorisants d'une plante.

    Quelles sont leurs tâches?

    Comme la plupart des cannabinoïdes, les terpènes ont d'autres rôles. Cette gamme s'étend de la participation au système endocannabinoïde, à l'action décisive dans le processus de croissance de la plante et aux utilisations thérapeutiques de l'aromathérapie pour la thérapie humaine. On dit aussi qu'ils ont des propriétés microbiennes, qui pourraient inhiber diverses maladies infectieuses ou la propagation de micro-organismes.

    Entre-temps, les recherches ont progressé à tel point que de nombreux terpènes sont répertoriés en fonction de leurs actions multiples. Cinq monoterpènes présents dans la plante de cannabis sont le myrcène, le linalol, le terpinolène de chaux et le pinène.

    Myrcene

    Le myrcène est probablement le terpène le plus important et le plus connu de la plante de cannabis. À proprement parler, le myrcène est en fait un mono-terpène, c'est-à-dire avec une structure chimique simplifiée sur laquelle d'autres terpènes beaucoup plus complexes peuvent s'appuyer.

    Il est produit dans les têtes glandulaires des fleurs. Étonnamment, on le trouve aussi dans d'autres plantes comme le houblon, les feuilles de laurier, les herbes comme la cardamome, le persil, le basilic et le thym, ainsi que la mangue. Son odeur est probablement décrite comme dominante, terreuse et musquée. Le goût du terpène rappelle l'arôme intense, doux et poivré, du clou de girofle.

    Le myrcène s'évapore à une température de 166 - 168° C (330 - 334° F).

    Ses vastes domaines thérapeutiques s'expliquent probablement par le fait que la recherche scientifique sur le myrcène, le terpène le mieux étudié, est déjà très avancée. D'importantes connaissances ont été acquises grâce à des études montrant que le terpène peut avoir des effets analgésiques, anti-inflammatoires et immunostimulants. Ces effets se produisent parce que le myrcène s'attache à des récepteurs et qu'à partir de là, par exemple, il déclenche la stimulation de substances analgésiques. Le myrcène traverse également la barrière hémato-encéphalique.[2] This helpful and selectively permeable barrier is used to control and regulate the harmful fluid exchange from the bloodstream and central nervous system.

    Apparently, myrcene also has a sedative effect. This assumption is based on the observation that the terpene myrcene is found in particularly high concentrations in Indica plants, the cannabis strain which is also known to have a high concentration of CBD - the cannabinoid often used along with THC to alleviate the psychoactive effect on consumers and to provide more relaxation.

    Linalool

    Typique de tous les terpènes, le linalol a son propre arôme, que la plupart des gens auront ressenti comme une odeur de lavande. Ce délicieux parfum n'attire pas seulement les humains, mais aussi les animaux et les insectes. Il peut être décrit comme frais et acidulé à la fois. La plante de cannabis semble également contenir des terpènes de linalol.

    Le linalol est également présent dans de nombreuses herbes. Parmi celles-ci, on trouve la coriandre, le gingembre sain, le basilic, la marjolaine, le thym, le safran, la cannelle et de nombreuses autres épices. Comme il est présent dans de nombreuses plantes qui sont bonnes pour la santé et ont un effet curatif, il est bien sûr raisonnable de supposer que le linalol pourrait être utile dans les thérapies médicales. En fait, il est déjà utilisé dans la médecine actuelle. Des études ont montré qu'il agit comme un anti-inflammatoire.[3] En outre, elle a des propriétés antihyperalgiques et antinociceptives. Cela signifie que le terpène peut influencer des voies de signalisation cruciales dans le traitement de la douleur et affaiblit la sensibilité à la douleur. Parmi les produits ayant cet effet qui sont médicalement reconnus figurent les analgésiques.

    Le linalol utilise également les points de liaison des récepteurs de notre corps pour son effet antidouleur. Dans ce cas, les récepteurs A1 et A2A jouent au moins partiellement un rôle dans ce processus en tant que médiateurs d'activité.

    De nombreux sites web affirment que ce terpène a même un effet antispasmodique. Contrairement à cette hypothèse, les experts et les scientifiques mettent en garde contre la consommation de basilic avec du linalol comme principal ingrédient dans les cas d'épilepsie, mais des études sur les souris montrent des résultats prometteurs pour une période de latence accrue dans les convulsions.[4]

    Grâce à diverses études, nous savons que les terpènes modifient non seulement les effets psychoactifs de la plante de cannabis, ce qui a un impact significatif sur les sentiments du consommateur, mais qu'ils créent également un pont vers de nouveaux canaux de communication par l'intermédiaire de nos récepteurs.

    Le bénéfice de l'effet d'entourage

    Pour comprendre les avantages de l'effet d'entourage, il est utile de faire la différence entre les médicaments à effet d'entourage et les médicaments à base de THC pur ou de CBD. Ces dernières ont acquis une réputation particulière en raison de leur utilisation croissante dans les maladies oncologiques graves telles que le cancer. Les médicaments sur ordonnance peuvent aider les patients souffrant de nausées dues à une chimiothérapie stressante. Les tumeurs peuvent être réduites et une perte d'appétit peut être retrouvée après la maladie. Ainsi, si les cannabinoïdes individuels présentent déjà un si grand potentiel, pourquoi est-il nécessaire d'avoir des médicaments qui contiennent plus d'un phytocannabinoïde ?

    Bien sûr, les médicaments contenant des cannabinoïdes purs présentent également des inconvénients. Par exemple, les effets d'un médicament oral contenant du THC prennent quelques heures avant de se manifester. Les zones qui peuvent être touchées sont souvent limitées et ne couvrent en aucun cas toutes les zones nécessaires à une guérison complète. C'est pourquoi il n'est pas possible de traiter le cancer uniquement avec ces médicaments.

    L'effet d'entourage à des fins médicales

    Comme nous le savons déjà, des scientifiques d'une université israélienne ont étudié l'effet d'entourage sur les cellules cancéreuses. Ils ont découvert que l'interaction entre les cannabinoïdes et les terpènes est importante pour les processus biochimiques.

    D'autres recherches ont également examiné les nombreuses possibilités de combinaisons entre les terpènes et les cannabinoïdes du cannabis et ont découvert que même une faible dose de terpènes peut avoir une influence décisive sur l'action des produits de transformation. En outre, on estime qu'ils sont suffisamment puissants pour produire des effets thérapeutiques si importants qu'ils sont essentiels pour l'effet d'entourage de la médecine à base de cannabis.[5] Ainsi, le myrcène terpénique peut aider à lutter contre les troubles du sommeil grâce à son effet sédatif. Dans la bonne composition, il a un effet calmant sur ceux qui le prennent et détend les muscles.

    Les autres cas cliniques et symptômes qui peuvent être couverts par ce phénomène et bénéficier de ses effets bénéfiques sont:

    - Inflammation

    - Dépression

    - Crises d'épilepsie / épilepsie

    - Cancer

    - Mycoses et infections bactériennes

    - Crampes et tensions musculaires

    - Anxiété et toxicomanie

    Interaction des différents cannabinoïdes

    Sans terpènes, même sur la photo, les interactions entre les différents cannabinoïdes sont très intéressantes. Selon le dosage, différents phytocannabinoïdes peuvent, par exemple, soutenir, atténuer ou même inhiber complètement les effets de leurs parents. On trouve un exemple de ce phénomène dans le THC (tétrahydrocannabinol) et le CBD (cannabidiol). De nouvelles études ont montré que le CBD a certains effets psychoactifs (bien qu'extrêmement faibles). Les cultivateurs de plantes cherchent de plus en plus à cultiver des plantes de chanvre femelles présentant les niveaux de CBD les plus bas possibles afin de modifier l'intoxication des consommateurs par le THC. Bien que le CBD n'ait aucune action directe sur les propriétés psychoactives du THC, l'effet peut s'expliquer par la liaison aux récepteurs. La théorie est que le CBD est capable de réviser les propriétés typiques du THC par l'intermédiaire des récepteurs et de manipuler l'effet psychoactif, qui est transmis sous forme de message par les récepteurs du système endocannabinoïde.

    Le CBGV et le CBD se comportent de manière similaire. Le cannabidiol possède de nombreuses propriétés importantes qui intéressent le domaine médical pour diverses procédures. Ce petit cannabinoïde a un mode d'action anxiolytique et relaxant. Il a également des effets anti-épileptiques et peut même agir comme antioxydant. Toutefois, il manque souvent de force pour se lier efficacement aux récepteurs et en tirer pleinement parti. Son frère, le CBGV (cannabigerovarine) y contribue. Le CBD provient de la source moléculaire CBG (cannabigérol), avec le CBGV comme produit chimique de départ. Le CBGV permet au CBD de se lier plus facilement et plus efficacement aux récepteurs du système de contrôle de l'environnement. Ces connaissances sont également relativement nouvelles, car le CBGV n'est présent qu'en très petites quantités dans de nombreuses plantes.

    Autres conclusions

    La structure chimique des terpènes a été expliquée pour la première fois (après des difficultés initiales) en 1884. Le chimiste allemand et plus tard prix Nobel de chimie, Otto Wallach, a réussi à identifier et à décrire clairement leurs composés.

    Aujourd'hui, la science connaît plus de huit mille terpènes et trois mille terpénoïdes. La différence avec les terpénoïdes est qu'ils ne sont pas des hydrocarbures purs, mais représentent des composés atomiques.

    Tous les terpènes sont basés sur l'hydrogène isoprène insaturé.

    Presque tous les terpènes sont volatils dans la vapeur, ce qui est un avantage lorsqu'ils sont extraits de la plante. Ils peuvent être exploités par des procédés utilisant la distillation à la vapeur.

    Bien que les recherches sur le fonctionnement biologique des terpènes ne soient malheureusement pas encore totalement achevées, nous savons déjà qu'ils peuvent être utilisés comme insecticide respectueux de l'environnement et qu'ils ont en même temps souvent un effet antimicrobien. Ce comportement correspond au mécanisme naturel de protection de la plante de cannabis, avec un système de défense qui se développe sur les glandes résineuses et qui, en tant que trichomes, peut éloigner les prédateurs naturels et les influences environnementales extérieures.

    Ces trichomes, que l'on trouve dans diverses plantes, abritent également des terpènes et des cannabinoïdes.

    Références

    [1] https://www.youtube.com/watch?v=E7GOAdSX6qg

    [2]https://www.sciencedirect.com/topics/agricultural-and-biological-sciences/myrcene

    [3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16343551

    [4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21299105

    [5]https://bpspubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1111/j.1476-5381.2011.01238.x

    juillet 01, 2020

    Voir l'article entier
    2-AG et anandamide - deux endocannabinoïdes importants

    2-AG et anandamide - deux endocannabinoïdes importants

    1. Généralités
    2. Le rôle des endocannabinoïdes dans le SCE
    3. Cellules gliales et endocannabinoïdes 2-AG
    4. Anandamide
    5. Anorexie et cachexie

    Généralités

    La plupart des cannabinoïdes que nous connaissons proviennent directement de la plante de cannabis, c'est pourquoi ils sont principalement appelés phytocannabinoïdes. Comme nous le savons déjà, ces phytocannabinoïdes agissent principalement par le biais des deux récepteurs connus CB-1 et CB-2, qui passent par notre système endocannabinoïde. Nous devons d'ailleurs la découverte initiale de ce système aux travaux et études scientifiques sur le cannabis réalisés par le Dr Lumir Hanus et son collègue le Dr William Devane. Ils ont découvert ce merveilleux et complexe réseau pour la première fois en 1992, dans le cadre de leurs recherches à l'Université hébraïque de Jérusalem.

    Cette découverte importante et de grande portée a eu lieu si tard, principalement en raison de la mauvaise réputation de la plante de cannabis, qui a entraîné des interdictions légales dans le monde entier pendant de nombreuses décennies.

    Même si trente ans plus tôt (en 1973 pour être précis), les scientifiques ont découvert que notre cerveau possède des sites de liaison cellulaire spécifiques qui peuvent être influencés par les opioïdes. C'était une découverte importante pour les professionnels de la médecine ! Entre autres fonctions, ces sites de liaison, également appelés récepteurs d'opioïdes, servent de point d'ancrage aux ligands endogènes, c'est-à-dire ceux qui sont naturellement produits dans le corps. Ces opioïdes produits par l'organisme comprennent le dynorphone, l'endorphine, l'enképhaline et le métorphamide.

    Grâce à nos récepteurs opioïdes, le corps est capable de supprimer des réactions telles que la douleur ou la peur qui surviennent dans des situations stressantes. Certains scientifiques pensent que ce mécanisme a évolué et provient de notre sens de la survie.

    Il est donc raisonnable de supposer que de nombreuses substances actives aux propriétés similaires peuvent être utiles. En effet, grâce à ces connaissances, l'éventail des domaines d'utilisation scientifique comprend la suppression de la douleur, la tension musculaire, les crises de panique et la diminution de la pression sanguine.

    Quel est donc le lien entre ces récepteurs et les importants endocannabinoïdes?

    Alors que les récepteurs CB1 se trouvent surtout dans le cerveau, la moelle épinière et le système nerveux central, les récepteurs CB2 se trouvent principalement dans les organes et les tissus et ceux-ci sont importants pour notre force immunitaire. Ils sont situés dans les cellules immunitaires, la rate, les leucocytes (globules blancs) et également dans nos amygdales. L'une des fonctions les plus importantes des récepteurs CB du système immunitaire est de réguler et de modéliser l'inflammation. La recherche sur les récepteurs CB2 est particulièrement importante pour la médecine, car la stimulation sélective peut éliminer les effets secondaires psychologiques menant à un traitement réussi.[1]

    Depuis le début des années 1990, les scientifiques pensent que les récepteurs CB1 pourraient être applicables à d'autres domaines. Les récepteurs du système nerveux central se trouvent principalement sur les interneurones et sont responsables de la motricité, de la sensation de douleur, de la mémoire et de l'apprentissage. Des chercheurs de l'université de Bonn ont également découvert que les récepteurs CB1 servent de point de départ à l'activité des développements neuronaux dans le cerveau. Des études sur les animaux menées en parallèle par l'Université hébraïque d'Israël ont montré qu'il est possible de stimuler les récepteurs avec du cannabis et d'inverser temporairement le processus de vieillissement chez la souris. Si les souris n'ont pas de récepteur CB1, leur cerveau vieillit plus rapidement[2]. De plus, les chercheurs ont découvert qu'avec l'âge, les propres cannabinoïdes du corps diminuent dans le cerveau. Cela signifie que moins de substances peuvent se lier aux protéines, c'est-à-dire aux récepteurs des cannabinoïdes, interrompant ainsi la chaîne des signaux réguliers. Il en résulte un processus de vieillissement plus rapide dans le cerveau. Selon les scientifiques, le THC est un phytocannabinoïde présent dans la plante de cannabis qui peut imiter les effets des endocannabinoïdes.

    La découverte et la recherche sur le système des endocannabinoïdes (ECS en abrégé), ont montré qu'en plus des activités de divers récepteurs, il doit y avoir des lipides dans le corps qui agissent sur les récepteurs. Les lipides qui ont fait l'objet de la plupart des recherches sont appelés 2-AG et anandamide et sont aussi simplement appelés endocannabinoïdes. Dans les expériences sur les animaux[3], Les deux agonistes ont montré des résultats prometteurs chez les patients souffrant de maladies inflammatoires chroniques du système nerveux central ou du tractus gastro-intestinal. Suite à ces résultats de recherche, les scientifiques ont commencé à avoir plus d'espoir qu'une intervention consciente et spécifique dans le système endocannabinoïde ouvrirait de nouvelles options thérapeutiques. Cela peut se faire en étudiant les messages de signaux envoyés et redirigés dans le système de contrôle des effets secondaires (ECS).

    Le rôle des endocannabinoïdes dans le SCE

    La plante de cannabis a contribué à donner le nom au système endocannabinoïde. C'est maintenant si important et les ingrédients de cette plante ont également un certain nombre de similitudes avec les cannabinoïdes de notre propre corps.

    L'endocannabinoïde 2-AG, également appelé 2-arachidonylglycérol, est un bon exemple de zones de chevauchement. Ce cannabinoïde, comme de nombreux phytocannabinoïdes, peut se lier aux récepteurs CB1 et CB2 pour envoyer des messages à travers le système nerveux. Le 2-AG agit comme un agoniste des récepteurs en déclenchant des réactions par l'intermédiaire des récepteurs. Les scientifiques ont constaté que la 2-AG peut stimuler la sensation de faim, apporter une contribution importante à l'hypotension, à la neuroprotection et à d'autres processus physiologiques.

    Par conséquent, l'endocannabinoïde peut soutenir divers processus par l'intermédiaire des récepteurs CB1 pour stimuler ou contrôler l'appétit, par exemple en cas d'obésité[4]. Cet effet partiellement favorable à l'appétit pourrait également expliquer pourquoi les endocannabinoïdes sont présents dans le lait maternel[5]. Chez les nouveau-nés, les lipides stimulent le réflexe naturel de succion, qui est vital pour la survie.

    Bien sûr, la modélisation du processus de vieillissement à des fins médicales est d'un grand intérêt. Jusqu'à présent, les tentatives pour traiter efficacement la maladie d'Alzheimer, l'arrêter ou même s'en protéger n'ont pas abouti. Des études cliniques sur des sujets testés utilisant le produit à base de cannabis THC ont apporté de nouvelles connaissances :

    L'un des rôles les plus importants que jouent nos endocannabinoïdes est de détecter les cellules nerveuses malades et l'inflammation et de prévenir ces activités. Ils peuvent le faire en arrêtant les cellules gliales pendant l'inflammation. Les scientifiques se demandent depuis longtemps comment les endocannabinoïdes communiquent avec les cellules gliales. Contrairement aux substances messagères telles que le 2-AG et l'anandamide, les cellules gliales ne se lient pas aux récepteurs CB1 ou, si elles le font, c'est rare.

    Nous pensons qu'elles recherchent spécifiquement des neurones pour aider à la transmission et comme centres de commutation. Certains neurones finissent par transmettre les signaux à une variété de récepteurs CB1[6]. Ces neurones d'assistance s'activent dès qu'il y a des signes d'infection. Au moins chez la souris, on peut conclure que les neurones ont un certain contrôle sur l'activité des cellules gliales.

    Cellules gliales et endocannabinoïdes 2-AG

    Les cellules gliales des souris semblent être capables de détecter un trouble ou une infection bactérienne et de changer ensuite les méthodes dans lesquelles elles opèrent.

    L'organisme commence à produire ses propres endocannabinoïdes. Les neurones reprennent cette activité et stimulent les récepteurs CB1 environnants. Ils transmettent également les signaux aux cellules nerveuses tout en ajustant l'immunité. Ils utilisent des protéines pour acheminer leurs "rapports d'état" vers les cellules gliales, régulant ainsi les réactions inflammatoires. L'un des endocannabinoïdes produits et libérés par les neurones est le 2-AG.

    Que se passe-t-il lorsque le cerveau ralentit la production d'endocannabinoïdes?

    Le fait que le cerveau humain produise moins d'endocannabinoïdes avec l'âge fonctionne comme un processus naturel. La démence, comme chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer, a le même effet. On suppose que les récepteurs CB1 des neurones ne sont plus suffisamment stimulés, de sorte que les cellules gliales ne peuvent plus réguler leur activité inflammatoire. Dès que les neurones meurent, la réponse immunitaire augmente. Cette perturbation signifie que l'information ne peut plus être transmise. La communication est restreinte. Les patients atteints de la maladie d'Alzheimer qui en sont à un stade avancé peuvent même voir mourir des cellules nerveuses entières.

    Le système endocannabinoïde ne montre donc pas seulement des changements chez les patients atteints, mais semble aussi jouer un certain rôle dans le développement de la démence.

    Les deux phytocannabinoïdes connus, le tétrahydrocannabinol, (en abrégé THC) et le cannabidiol, (en abrégé CBD), pourraient jouer un rôle crucial dans certaines procédures. Même si leurs structures ne se chevauchent que partiellement avec les propres cannabinoïdes de l'organisme, ils peuvent tous deux avoir un effet antioxydant et inhiber l'inflammation. On pense même que le THC et le CBD pourraient favoriser la croissance des tissus dans le système nerveux.

    Andandamide

    L'anandamide cannabinoïde du corps (également connu sous le nom d'arachidonyléthanolamide) est le deuxième endocannabinoïde le plus important et le plus étudié. Il est dérivé de l'acide gras insaturé arachidonique. Cet acide gras peut être détecté en grande quantité dans le système nerveux central.

    L'anandamide a été découvert en 1992 et est attribué au pharmacologue William Anthony Devane et au chimiste analytique Lumír Ondřej Hanuš. Son nom est dérivé du vieux mot indien "Ananda", qui signifie joie, délice et béatitude.

    Tout comme les phytocannabinoïdes de la plante de cannabis, l'anandamide propre au corps a la capacité de se lier aux récepteurs CB1 et CB2. En plus grande quantité, il peut même réprimer certains éléments de la plante de cannabis au sein de l'ECS. Cela inclut le plus célèbre représentant des phytocannabinoïdes - le THC.

    Les deux cannabinoïdes partagent une importante liposolubilité (lipophilie), mais leurs structures sont très différentes, malgré le fait qu'ils soient tous deux tridimensionnels.

    L'anandamide est produit dans les tissus et les membranes cellulaires. Une voie synthétique conduit à l'anandamide à partir de la formation libre d'acide arachidonique et d'éthanolamine, une deuxième voie commence dans les enzymes de la phosphodiestérase dans le tissuе[7]. Cependant, le cannabinoïde du corps ne semble pas avoir une longue demi-vie. Le fait même que l'anandamide soit très liposoluble réduit également sa durée de vie.

    Les sites de liaison dans le système endocannabinoïde sont partagés par la substance endogène avec les phytocannabinoïdes tels que le THC et le CBD. Selon le dosage, l'anandamide est également capable de déplacer les substances psychoactives et de s'attaquer lui-même aux récepteurs cannabinoïdes.

    Cependant, l'anandamide se lie également à d'autres récepteurs. Par exemple, il peut cibler le canal ionique dans les cellules nerveuses sensorielles. Celui-ci est situé dans le système nerveux central et périphérique et est également appelé le récepteur de la douleur. L'une de ses tâches consiste donc à envoyer des signaux de stimuli douloureux. Le récepteur TRPV1 vanilloïde du canal ionique est également responsable de la sensation de chaleur et du goût de la piqûre.

    Les autres ligands endogènes (ligands endogènes) du système endocannabinoïde sont:

    - NADA - N-arachidonoyldopamine

    - OAE - Virodhamin

    - AGE 2-arachidonylglyveryl ether (noladine ether)

    - Pregnenolone

    - LPI - lysophosphatidylinositol

    Anorexie et cachexie

    Les maladies graves peuvent affecter les comportements alimentaires des patients. L'anorexie (perte d'appétit ou envie accrue de manger) et la cachexie (perte de poids importante associée à une faiblesse et une anémie générales) sont deux symptômes de maladie non spécifiques. Il peut s'agir de symptômes accompagnant des maladies auto-immunes et des maladies infectieuses graves, ainsi que des tumeurs, par exemple. Même chez les personnes dépendantes de substances psychoactives, les symptômes mettant la vie en danger peuvent rendre la vie encore plus difficile aux personnes concernées. Si les symptômes de la maladie ne sont pas pris en charge pendant une longue période, de graves complications physiques peuvent survenir. Dans certains cas, la guérison ne peut se faire que par le biais d'un régime alimentaire artificiel.

    La cachexie peut également entraîner une réduction visible de la masse musculaire. Les patients touchés se sentent souvent groggy et fatigués, incapables de fonctionner, mal à l'aise et nauséeux. L'anxiété et la dépression sont souvent perçues dans le contexte de ces maladies.

    Notre système endocannabinoïde prend en charge des tâches dans notre corps qui régulent notre sensation de faim et notre homéostasie. C'est là qu'entre en jeu le troisième récepteur, moins connu, du système cannabinoïde : le récepteur GPR55. Grâce à son interaction avec les cannabinoïdes, il peut augmenter la teneur en calcium intracellulaire des cellules et des neurones[8]. C'est important car le corps reçoit moins d'énergie qu'il n'en a besoin en raison de ces mêmes symptômes. Les conséquences de la dégradation des muscles, ou de l'arrêt de la croissance, sont une carence physique en divers éléments. Il s'agit notamment du calcium, de la vitamine D et aussi du phosphate. L'ostéoporose, c'est-à-dire la fragilité des os, peut avoir des conséquences, ainsi qu'une dégradation de la masse osseuse. Ces nombreux symptômes de carence peuvent également provoquer des dents cassantes, des caries et même la perte de dents.

    Le cerveau, d'autre part, réagit par une diminution des performances et notre système immunitaire peut également être affecté par cette insuffisance. Il perd de la force et ne peut plus soutenir adéquatement l'organisme dans la lutte contre les infections. La bonne nouvelle, c'est qu'un système immunitaire affaibli peut souvent être réversible et reprendre des forces après une guérison réussie.

    Le système endocannabinoïde est capable de faire encore plus. Grâce à notre anandamide endocannabinoïde, les récepteurs CB1 provoquent certaines interactions et stimulent ou régulent l'appétit[9]. Inversement, un signal anandamide perturbé peut entraîner des troubles alimentaires. Dans diverses études, les scientifiques ont également vu des indications qu'il existe un lien entre les endocannabinoïdes et le métabolisme énergétique dans le stockage de carburant[10].

    Nous connaissons cet effet sur l'appétit non seulement grâce aux cannabinoïdes de l'organisme. Les cannabinoïdes végétaux comme le THC se sont également avérés être une option efficace pour les patients dans le passé. Il s'agit notamment des patients atteints d'un cancer avancé qui peuvent puiser dans un certain nombre de principes actifs du phytocannabinoïde.

    Des chercheurs de l'université de Chicago ont également découvert que la faim après une privation de sommeil est due au système cannabinoïde endogène. Des études sur des participants ont montré une augmentation des niveaux d'endocannabinoïdes de 33% [11] dès que le temps de sommeil était réduit de moitié. L'envie d'en-cas riches en calories a également augmenté. Les chercheurs pensent que le miroir 2-AG pourrait être responsable de cette augmentation de l'appétit.

    Références

    [1] https://www.cannabis-med.org/data/pdf/de_2006_01_2.pdf

    [2] https://www.uni-bonn.de/neues/128-2017

    [3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4485596

    [4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16787229

    [5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2544377/

    [6] https://www.uni-bonn.de/neues/218-2018

    [7] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12052034

    [8] https://www.pnas.org/content/105/7/2699

    [9] https://journals.lww.com/behaviouralpharm/Abstract/2005/09000/Endocannabinoids_in_the_regulation_of_appetite_and.4.aspx

    [10] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16148436

    [11] https://www.uchicagomedicine.org/forefront/prevention-and-screening-articles/sleep-loss-boosts-hunger-and-unhealthy-food-choices

    juillet 01, 2020

    Voir l'article entier
    CBG - Cannabigerol

    CBG - Cannabigerol

    1. CBG (Cannabigerol)
    2. Modes d'action du CBG dans divers tableaux cliniques
    3. Huile CBG
    4. Utilisation et stockage de l'huile de CBG
    5. Effets secondaires du CBG
    6. CBG en médecine vétérinaire

    Cannabigerol

    Le cannabigérol, ou CBG en abrégé, est un phytocannabinoïde que l'on trouve dans diverses plantes de chanvre. La molécule est composée de carbone, d'oxygène et d'hydrogène.

    La concentration la plus élevée se trouve dans le chanvre indien, le Cannabis Indica, et dans les jeunes plantes d'environ six semaines. C'est ce qu'ont également découvert des chercheurs de l'université de Dortmund qui ont testé la teneur en cannabinoïdes chaque semaine pendant la phase de floraison.
    On trouve également de petites quantités de cannabinoïdes dans les graines de chanvre. C'est l'un des premiers cannabinoïdes à apparaître directement de la plante au cours de sa croissance.

    Comme la CBG n'a pas d'effets psychoactifs, elle ne relève pas de la loi allemande sur les stupéfiants.

    En plus des autres cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis (il y en a plus d'une centaine), la CBG a été découverte relativement tôt. Elle a été isolée et étudiée dès 1964 par le biais du processus de distillation.[1]

    Il se développe sous forme d'acide cannabigérolique (CBGA). À mesure que la plante de cannabis mûrit, les propres enzymes de la plante transforment le CBGA en divers cannabinoïdes acides, par exemple le THCA, le CBCA et le CBDA. Après la phase de séchage, qui est suivie du durcissement et du chauffage, ces phytocannabinoïdes acides sont transformés en cannabinoïdes non acides. Les résultats obtenus comprennent les cannabinoïdes les plus connus, le THC et le CBD. Bien que ce processus fasse du CBG une étape préliminaire du CBD, il existe encore de légères différences dans les effets. Pour les scientifiques et les patients, cela ouvre de nouveaux domaines d'application tels que le traitement des inflammations aiguës et chroniques, des douleurs persistantes, des nausées et le confinement des cellules cancéreuses. D'autres domaines comprennent la promotion de la croissance des os et des cellules du cerveau.

    Cependant, comme les plantes de cannabis étaient auparavant principalement cultivées pour produire le cannabinoïde psychoactif THC ou pour le CBD, les plantes matures n'avaient qu'une faible valeur de CBG d'environ 1 %. C'est probablement la raison pour laquelle la recherche n'en est venue à se concentrer que maintenant sur le cannabigérol et à découvrir la liste croissante des avantages pour le système endocannabinoïde.[2]

    Modes d'action du CBG dans divers tableaux cliniques

    L'activation des récepteurs cannabinoïdes induit la mort des cellules cancéreuses de la prostate. On ne sait pas encore si la CBG est seule responsable de cette mort ou si une interaction avec d'autres phytocannabinoïdes est nécessaire.

    Cependant, le CBG n'a pas seulement des propriétés antibactériennes et antimicrobiennes, mais présente également un léger effet antifongique. Cela va de l'inhibition de la croissance des infections fongiques à leur élimination.

    En outre, les effets combinés de la chaux et du CBG ont été découverts. L'agrume agit en synergie avec le CBG en favorisant la mort des cellules cancéreuses du sein.

    La maladie de Huntington, également connue sous le nom de chorée de Huntington, est une maladie cérébrale héréditaire et, jusqu'à présent, incurable, dans laquelle les cellules nerveuses meurent sur une longue période. L'organisation ASENT a publié des résultats de tests médicaux qui illustrent les propriétés positives du CBG pour la neuroprotection. Ces résultats ont montré qu'en raison d'un mode d'action neurogène rare, la CBG peut favoriser la régénération des cellules nerveuses pour stimuler la croissance de nouvelles cellules cérébrales. Jusqu'à présent, les recherches n'ont pas été suffisantes pour montrer si la CBG peut être utilisée seule ou en combinaison préparée pour traiter les maladies neurodégénératives à l'avenir.

    En tant que plus grand organe humain, la peau est une zone où les maladies et les infections peuvent proliférer. Celles-ci vont de la simple démangeaison aux éruptions cutanées, voire à des affections douloureuses et graves comme l'athérome ou le cancer de la peau.

    La CDB est utilisée avec succès depuis longtemps dans les traitements dermatologiques sous forme d'huile ou de crème pour la peau. Mais le CBG a aussi des effets surprenants, surtout en combinaison avec l'endocannabinoïde du corps, l'anandamide. Si l'anandamide est responsable des formes contrôlées de gènes pour la différenciation de la peau, il peut également déplacer les cannabinoïdes comme le THC en se liant aux mêmes récepteurs dans le système endocannabinoïde. Cependant, il est compatible avec le CBG. Le cannabigérol est capable de contrôler la différenciation initiée par l'anandamide et sa propagation dans les cellules.

    Par conséquent, les phytocannabinoïdes peuvent aider les endocannabinoïdes à arrêter l'accumulation de cellules cutanées mortes qui inhibent la prolifération des cellules vivantes. Les scientifiques ont démontré ce lien dans la lutte contre diverses maladies de la peau en 2007 et ont publié leurs résultats dans une étude dans le Journal of Dermatological Science.

    Cette interaction est également un élément intéressant et important dans le traitement de la douleur. Bien que les récepteurs cannabinoïdes soient principalement situés sur les cellules nerveuses du cervelet et de l'intestin, la peau révèle également des informations génétiques sur les récepteurs CB1 et CB2. Ceci est dû à la réussite des traitements aux cannabinoïdes pour les maladies dermatologiques et ouvre également la voie au traitement de la douleur.

    Par exemple, l'augmentation des niveaux d'anandamide peut réduire la douleur chez les patients. Si les phytocannabinoïdes peuvent soutenir les enzymes qui sont responsables de la dégradation naturelle de leurs propres endocannabinoïdes, le soulagement de la douleur peut être ciblé et plus durable, avec un meilleur soutien et un meilleur soulagement pour les patients. Le soutien du système endocannabinoïde par des phytocannabinoïdes comme le CBG signifie que tout trouble peut être géré en comblant les lacunes pour permettre des processus fonctionnels optimaux. Le cannabigérol, comme certains autres cannabinoïdes, crée un excès de division cellulaire par les kératinocytes. Le kératinocyte est de loin le type de cellule formant la corne le plus courant dans l'épiderme humain. Son cycle cellulaire est huit fois plus rapide chez une personne souffrant de psoriasis. Par conséquent, il accélère la propagation de la cellule de la couche basale à la couche supérieure d'environ quatre semaines à environ quatre jours. La couche cornée de kératinocytes existe sur la couche supérieure de la peau où les cellules sont déjà mortes. Normalement, le corps décolle ces minuscules cellules cutanées sans qu'on s'en aperçoive. Dans le psoriasis, ces cellules apparaissent sous forme de pellicules en raison du processus de kératinisation perturbé. Même si ce psoriasis n'entraîne pas de problèmes de santé graves pour les personnes concernées, les démangeaisons et les pellicules visibles entraînent un stress psychologique.

    Les démangeaisons deviennent souvent douloureuses pour les personnes atteintes d'eczéma et peuvent même entraîner des infections. Une stimulation non régulée des mastocytes est vraisemblablement responsable, libérant des substances qui favorisent l'inflammation et sont susceptibles de provoquer les démangeaisons décrites.

    Pour ceux qui s'intéressent aux cannabinoïdes, il n'est guère surprenant qu'en plus de toutes les actions de tissage et d'enfilage du système endocannabinoïde, celui-ci soit également influencé par les activités des mastocytes. Si les endocannabinoïdes seuls ne sont plus capables de contenir l'inflammation causée par les mastocytes, les phytocannabinoïdes agissent. Soit dit en passant, cet effet a été observé non seulement dans les maladies infectieuses aiguës, mais aussi dans les maladies infectieuses chroniques. La crème pour la peau, les pommades et l'huile infusées avec du CBG comme ingrédient ont toutes un effet analgésique, anti-démangeaisons et anti-inflammatoire chez les patients adultes.

    In recent years, the latest studies have successfully examined the effects of CBG in patients with anxiety and depression. The advantage of CBG over THC through its method of action is very clear as it does not cause any mental impairment. In addition, CBG can significantly reduce any psychoactivation because it not only attaches to CB2 receptors, but also, like its competing cannabinoids, controls and activates CB1 receptors.

    C'est un facteur important pour de nombreuses personnes souffrant d'anxiété lorsqu'elles choisissent la bonne forme de traitement.

    Ce petit cannabinoïde est même capable de plus. La CBG peut inhiber l'absorption de l'acide gamma-aminobutyrique et bloquer les récepteurs de la sérotonine. En régulant le système nerveux central et sans aucun effet secondaire psychoactif, la CBG joue un rôle de plus en plus important dans les cas de troubles neurobiologiques. Elle constitue donc une alternative intéressante aux psychotropes classiques. Ces médicaments ont longtemps fait l'objet de critiques, notamment parce que de nombreux patients peuvent rapidement sombrer dans la toxicomanie, souvent sans que les médecins ne s'en aperçoivent. Ce risque ne s'applique pas au cannabigerol.

    Des études scientifiques suggèrent que le cannabigérol a un effet inhibiteur sur les cannabinoïdes qui se lient aux récepteurs CB1. Par conséquent, le CBG peut freiner ou perturber les effets psychoactifs du THC.

    Sur la base des connaissances actuelles, les chercheurs supposent qu'il existe une interaction entre le cannabigérol et les récepteurs CB2 des endocannabinoïdes. Le comportement exact de la CBG dans le système endocannabinoïde humain n'a pas encore été définitivement clarifié.

    Huile CBG

    Le CBG se trouve principalement dans l'huile de chanvre pressée à froid, c'est-à-dire dans les graines naturelles ou l'huile végétale. Ces huiles n'ont pas d'effet psychoactif car elles ne contiennent pas de THC ou seulement de faibles teneurs inférieures à 0,2 %. Par conséquent, l'huile de CBG est entièrement disponible et applicable légalement.

    Les gens peuvent la consommer sans danger en complément de l'huile CBD, mais comme aucune étude significative n'a été réalisée sur la prise de cette huile pendant la grossesse et l'allaitement, les femmes doivent éviter la CBG par précaution pendant ces périodes.

    Le CBG est obtenu par un procédé de distillation au CO2 où il est isolé sous forme cristalline à partir de graines de chanvre pressées. La CBG est distillée et cuite à la vapeur avant d'être convertie en un cannabinoïde plus populaire, le CBD.

    Les cristaux de cannabigérol qui en résultent peuvent être dissous uniformément dans l'huile et traités de façon optimale. En utilisant la procédure correcte, le CBG est mélangé uniformément à l'huile et il y a rarement des sédiments.

    À la consommation, le CBG se lie aux récepteurs CB1 et CB2 et, grâce au système de contrôle de l'environnement, ceux-ci transportent le principe actif.

    Il convient surtout de noter qu'il n'existe pas de concentration fixe pour l'huile de CBG, bien que pour les adultes, une huile de CBG à 15 % soit généralement suffisante. Certaines huiles contiennent un peu moins de 50 % de CBG. En général, il est vrai que les prix de ces huiles augmentent en même temps que la concentration de CBG.

    La sensation typique de "high" enivrante que les consommateurs ressentent lorsqu'ils consomment du cannabis riche en THC ne s'applique pas au cannabigerol. Les consommateurs ne doivent pas avoir peur de la dépendance ou même de l'accoutumance. Le phytocannabinoïde n'a aucun lien avec les substances psychoactives lorsqu'il agit sur le système endocannabinoïde.

    Utilisation et stockage de l'huile de CBG

    Il existe différentes méthodes pour utiliser l'huile CBG.

    1.) Le moyen le plus rapide d'obtenir un effet est l'inhalation. L'huile peut être évaporée et inhalée à l'aide d'inhalateurs ou de vaporisateurs. Les gouttelettes se retrouvent directement dans le sang par les poumons.

    2.) Comme nous l'avons déjà mentionné, il existe divers onguents et crèmes pour la peau qui contiennent du CBG. Les gouttes de Cannabigerol peuvent également être appliquées directement sur les parties enflammées du corps pour un usage externe.

    3.) Le CBG peut également être facile à avaler. Cependant, les patients souffrant de problèmes d'estomac et d'intestin préfèrent consommer des gélules car la CBG pure a un goût fort, herbacé et amer, semblable à celui du foin. Son odeur et son goût sont conservés par les enveloppes protectrices des gélules. Celles-ci empêchent également les principes actifs d'être absorbés trop rapidement par l'organisme.

    4.) Les gouttes d'huile peuvent être distribuées sous forme de gouttelettes sous la langue à l'aide d'une pipette. Cette méthode est souvent utilisée par les patients qui ont besoin d'aide pour prendre la substance. Cette administration sublinguale permet de réabsorber rapidement le principe actif par les muqueuses de la bouche. Un inconvénient potentiel est que cette méthode ne permet pas de consommer de grandes quantités à la fois. Toutefois, cela n'est pas pertinent pour une petite consommation de CBG.

    Comme le cannabinoïde peut facilement s'oxyder lorsqu'il est exposé à l'air, il doit toujours être conservé dans des récipients bien fermés et dans des endroits frais, à l'abri d'une forte lumière solaire. En raison du support pétrolier, les consommateurs ne doivent pas dépasser la date de péremption recommandée.

    Effets secondaires du CBG

    Comme dans le cas des phytocannabinoïdes, les effets secondaires connus jusqu'à présent pour le cannabigérol sont gérables. Les surdoses peuvent provoquer des symptômes tels que des nausées et des vomissements ou des diarrhées. Ces symptômes sont dus aux défenses naturelles du corps contre un manque d'huile riche en graisse.

    Selon la dose thérapeutique maximale, les surdoses se produisent lorsque l'on ingère plus de 300 milligrammes de CBG par kilogramme de poids corporel chez l'adulte.

    CBG en médecine vétérinaire

    Les chercheurs ont acquis beaucoup de connaissances scientifiques grâce à l'expérimentation animale, mais les résultats sont également applicables à la médecine vétérinaire moderne.[3][4] Tout comme les gens, les chats peuvent souffrir de glaucome. Le CBG peut également aider nos amis à quatre pattes en réduisant la pression intraoculaire et en soulageant la douleur. Cela fonctionne car de nombreux animaux ont un système endocannabinoïde qui peut transporter des propriétés anti-inflammatoires grâce aux phytocannabinoïdes.

    Cependant, comme l'organisme d'un petit chat n'est pas directement comparable à l'organisme humain, les cannabinoïdes sont ajustés pour une meilleure compatibilité et ont également une teneur en graisse. L'huile pour chats de la CBD contient souvent une quantité importante d'huile d'olive. Cependant, le dosage est plus proche de celui des patients humains. La recommandation pour les animaux est de commencer le traitement par l'administration de petites quantités de gouttes orales. La dose peut être augmentée progressivement. Pour les chats, les gouttes de cannabinoïdes peuvent également être mélangées à la nourriture. Les aliments pour chiens peuvent également être mélangés avec du CBG comme complément alimentaire. Cela est efficace pour les chiens souffrant d'arthrose, entre autres. Le cannabinoïde peut être particulièrement utile pour les propriétaires de chiens qui nourrissent leurs animaux avec une alimentation exclusivement à base de viande crue. Les mêmes effets positifs que ceux observés chez l'homme peuvent être observés chez les animaux de compagnie en ce qui concerne la réduction des cellules tumorales, les maladies oculaires, la dépression et la stimulation des processus de régulation naturels, ainsi que des os et des cellules cérébrales.[5] Pour l'ajout de CBG aux aliments pour animaux de compagnie, il s'agit principalement d'huiles pressées à froid à partir de graines de chanvre, qui, comme nous l'avons déjà décrit, contiennent également des proportions de CBG.

    De plus, la capacité de neutraliser les nausées et les vomissements s'applique aux animaux lorsqu'ils sont traités avec du CBG.

    [1]https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1760722/

    [2]https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S016372581100180X?via%3Dihub

    [3]https://www.alpha-cat.org/cbg-le-cannabinoide-dorigine-2/

    [4]https://www.sciencedirect.com/topics/medicine-and-dentistry/cannabigerol

    [5]http://www.pubmed.com

    juillet 01, 2020

    Voir l'article entier

    CBDV - Cannabidivarin

    CBDV - Cannabidivarin

    1. Généralités
    2. Effets
    3. Le CBDV en médecine
    4. Autisme
    5. Les effets secondaires : Dommages à l'ADN
    6. CBDV et endocannabinoïdes

    Généralités

    En termes de structure moléculaire, le cannabinoïde cannabidivarine, ou CBDV en abrégé, présente des similitudes avec son parent, le CBD. Tous deux partagent une lignée et sont similaires à bien des égards.

    Le CBDV est également un phytocannabinoïde non psychoactif. Il est présent en forte concentration dans la plante Landrace Cannabis Indica du nord-ouest de l'Inde et du Népal.

    Le plus frappant est que, lorsque les niveaux de CBDV sont plus élevés, ces plantes ont principalement une faible teneur en THC.

    Le CBDV peut être dérivé du CBGVA, c'est-à-dire de l'acide cannabigevarin. Ce cannabinoïde réagit à une enzyme du CBDA et se transforme finalement en acide cannabidivarique (CBDVA). Par l'ajout de chaleur, l'acide encore contenu peut finalement se dissoudre pour former le produit final de la cannabidivarine, c'est-à-dire le CBDV.

    Toutefois, ce n'est pas la fin de la chaîne. Les conditions acides modifient l'arrangement des atomes et entraînent la conversion des molécules. Le cannabinoïde successif, le THCV, naît alors du CBDV.

    Jusqu'à présent, le CBDV est l'un des phytocannabinoïdes les moins connus de la plante de cannabis. Cependant, diverses recherches menées ces dernières années pourraient changer la donne. Le CBDV est de plus en plus associé à des procédures pour l'épilepsie et est cité comme un médicament anticonvulsivant alternatif.

    Malgré cela, les premières études ont déjà fourni des informations complètes sur le potentiel médical.

    Cependant, le CBDV présente un inconvénient. Contrairement à de nombreux autres phytocannabinoïdes, la cannabidivarine n'a qu'une très faible solubilité dans l'eau. Cela signifie qu'il n'est pas facile pour l'organisme d'ingérer le cannabinoïde végétal et d'agir efficacement avant d'être détruit par diverses enzymes du tube digestif. Après l'ingestion orale, seul un faible pourcentage (de l'ordre d'un chiffre) se retrouve dans la circulation sanguine.

    Les liposomes pourraient aider à résoudre ce problème grâce à leur enveloppe de membrane à double couche faite de molécules. Ils renferment le cannabinoïde, protègent contre l'effet destructeur des enzymes et aident l'organisme à ne pas excréter le CBDV trop tôt.

    Effets

    La plupart des phytocannabinoïdes peuvent influencer les cellules en se liant aux récepteurs du système endocannabinoïde. Le système endocannabinoïde, ou ESC en abrégé, n'a été découvert, isolé et finalement détecté qu'en 1992, grâce à de nouvelles connaissances et à des recherches plus approfondies sur les plantes de cannabis.[1] Depuis lors, les chercheurs ont pu mieux comprendre les structures de l'ECS.

    Les endocannabinoïdes sont les neurotransmetteurs produits par notre corps. Ce sont des substances propres à l'organisme dont le mode d'action est similaire à celui du cannabis dans l'organisme humain. On les trouve dans la régulation des cellules nerveuses de notre cerveau et de notre moelle épinière, ainsi que dans les cellules d'autres organes comme le cœur. Elles jouent également un rôle dans le maintien de l'homéostasie.

    Tout comme les endocannabinoïdes, les phytocannabinoïdes peuvent également se lier aux récepteurs correspondants dans le système cannabinoïde endogène. Toutefois, le CBDV constitue une exception majeure et très particulière.

    Une caractéristique très particulière est que le phytocannabinoïde agit entièrement sans se lier aux récepteurs CB dans le système endocannabinoïde. C'est l'un des rares cannabinoïdes de la plante de cannabis qui ne semble pas vouloir se lier aux récepteurs CB1 et CB2, ni annuler ou même bloquer leurs effets.

    Au lieu de cela, il trace un chemin à travers nos canaux ioniques cellulaires, connus sous le nom de canaux TRP. Ceux-ci jouent un rôle majeur dans les différentes perceptions humaines, notamment en permettant de distinguer différents goûts tels que le sucré, l'aigre, l'amer et le salé, de ressentir des différences de température ou même la douleur. D'autres créatures vivantes semblent également avoir besoin des canaux TRP pour pouvoir voir.

    Il existe d'autres preuves que les effets thérapeutiques du CBDV peuvent se développer en partie grâce aux récepteurs GABA, qui sont des protéines transmembranaires des cellules nerveuses. En règle générale, l'acide y-aminobutyrique, également connu sous le nom de GABA, se lie à ces récepteurs pour distribuer une action inhibitrice sur les cellules nerveuses.

    Comme le CBDV, le GABA peut également agir comme un anticonvulsivant. Cette substance messagère peut stabiliser notre pression sanguine. Il a également des effets analgésiques, peut aider à la relaxation et favoriser le sommeil.

    Comme de nombreux cas cliniques ayant perturbé les réseaux de neurotransmetteurs présentent des taux de GABA inférieurs à la normale, les scientifiques ont découvert des cannabinoïdes appropriés comme le CBDV. Les maladies neurologiques peuvent inclure, par exemple, l'épilepsie, la dépression ou la schizophrénie. Le cannabinoïde du cannabis pourrait aussi éventuellement modifier les sentiments de douleur chronique qui l'accompagnent à l'avenir.

    À la fin des années 1960, on a découvert que le CBDV avait des effets antiépileptiques et anticonvulsifs (antispasmodiques). Cet effet met le CBDV au service d'éventuels nouveaux médicaments pour un certain nombre de tableaux cliniques différents.

    Le CBDV en médecine

    Le CBDV fait partie de la centaine de cannabinoïdes déjà identifiés et se perd souvent dans la foule, ce qui est plutôt injuste, malgré le fait que ses nombreuses et importantes propriétés intéressent particulièrement la médecine interne, plus précisément la neurologie.

    Comme nous l'avons déjà mentionné, la concentration de GABA chez les personnes souffrant de troubles neurologiques est souvent enfouie au plus profond d'elles-mêmes. Parmi les personnes concernées, on compte par exemple les épileptiques. Les conséquences d'une carence en acide aminobutyrique peuvent être différentes et comprennent des envies d'aliments sucrés et de boissons sucrées, une augmentation des sifflements semblables à des acouphènes, des sueurs au repos ou une modification de la perception et une perturbation de l'odorat, tout autant que des crises d'anxiété, une agitation intérieure, une hyperventilation ou même des crises épileptiques.

    Les diabétiques peuvent également souffrir d'un déficit en GABA. Il en résulte une surproduction de glucagon, la partie chimique de l'acide aminobutyrique. Les scientifiques n'ont pas encore entièrement clarifié si le CBDV peut équilibrer cette situation, voire la contrôler.

    Anticonvulsivant central dans l'épilepsie

    Through TRP channels, scientists have been able to capture the connection between CBDV and neurological diseases that can lead to epileptic seizures. More specifically, the focus is on TRPV1, one of the largest groups of the TRP channels. TRPV1 sensors are responsible for our visual and auditory perceptions and for converting chemical signals into electrical signals. If the TRPV signal is overstimulated, signal transmission can no longer be controlled, which can lead to epileptic seizures.

    Therefore, an endocannabinoid research group from Italy has researched non-psychotropic, vegetable cannabinoids such as CBDV for their desensitising and activating effect on TRPV1 channels.[2]

    Cette étude mérite une attention particulière car l'épilepsie est la maladie neurologique la plus courante, avec environ 50 millions de personnes qui en souffrent dans le monde et un changement de la structure des canaux TRP est lié à des cas cliniques neurodégénératifs.

    Comme le cannabidiol (CBD), le CBDV peut avoir des effets antispasmodiques chez l'homme. De plus, lors de divers tests, ces cannabinoïdes ont indiqué une possible augmentation du calcium dans les cellules.

    Le CBDV peut même activer et désensibiliser plusieurs canaux TRP en fonction de la dose. Cela inclut le TRPV1 et certains canaux qui font partie de la sous-famille V de type 2 (TRPV2) et A de type 1 (TRPA1).

    Cette désensibilisation a un effet calmant sur les canaux concernés, rééquilibrant ainsi l'homéostasie naturelle. Par conséquent, le CBDV et le CBD ont un effet anti-épileptique agissant par les canaux TRP. De plus, les scientifiques ont observé une désensibilisation certaine dans les tissus de l'hippocampe.

    Toutefois, il est nécessaire de procéder à des tests supplémentaires sur les piolets chez les patients épileptiques afin d'obtenir des informations plus détaillées sur les effets exacts du CBDV dans les canaux TRP.

    Des études menées par l'Université de Reading en Angleterre ont également pu montrer que les cannabinoïdes ont des effets prometteurs pour les patients épileptiques.

    Les scientifiques ont découvert que le CBDV a le potentiel de réduire la fréquence des crises d'épilepsie sans provoquer d'effets secondaires comme des tremblements incontrôlés chez les personnes concernées.[3] Une autre équipe de recherche a confirmé que le cannabinoïde à base de plantes est de loin supérieur aux antiépileptiques classiques à cet égard.

    Suppresseurs d'appétit

    Les consommateurs de cannabis connaissent bien les sensations de faim que leur corps ressent suite à la consommation. Cependant, tous les cannabinoïdes n'ont pas cet effet. De nombreux cannabinoïdes ont un comportement très différent à cet égard, surtout sous une forme isolée et pure. Le CBDV est l'un d'entre eux.

    En 2012, une étude a été menée, examinant divers médicaments contre l'obésité pour avoir une vue d'ensemble de leur sécurité et de leur mode d'action.

    Une fois de plus, les médicaments peuvent bénéficier du pourcentage considérablement plus faible d'effets secondaires indésirables que le cannabis apporte en tant que médicament. De nombreux médicaments utilisés pour supprimer la faim aident les patients souffrant de diabète ou d'obésité à réguler la sensation de satiété. Toutefois, certains d'entre eux auraient des effets secondaires graves, comme la dépression. La qualité de vie et le bien-être général des patients peuvent être rapidement et gravement affectés par divers effets secondaires tels que l'hypertension, un rythme cardiaque rapide, une perte d'équilibre, des tensions et des troubles du sommeil.

    Nausées

    Le CBDV a également un effet sur les nausées et les vomissements. Cela est évident chez les patients souffrant de nausées persistantes dues à la chimiothérapie.

    Cet impact est soupçonné depuis longtemps et a même été démontré dans une étude en 2013. Des scientifiques du département canadien de psychologie et du programme d'études supérieures en neurosciences de l'université d'État de Guelph ont effectué des tests sur des rats pour voir le potentiel de la tétrahydrocannabivarine, en abrégé THCV, et du CBDV à agir sur les nausées.[4]

    Le mode de fonctionnement du CBDV est facile à expliquer. Certains récepteurs CB1 du cerveau sont situés dans les centres qui contrôlent les sensations de nausée et, finalement, de vomissement. Les cannabinoïdes interagissent avec ces récepteurs CB1 et produisent finalement un effet antiémétique.

    L'étude est arrivée à la même conclusion. Lorsque les cannabinoïdes CBDV et THCV ont été testés, cela a fourni aux chercheurs la preuve qu'ils ont un potentiel thérapeutique qui pourrait réduire de manière significative les nausées.

    Les canaux ioniques sont également impliqués. Les récepteurs 5-HT du système nerveux central et périphérique sont activés par la sérotonine. La tâche principale de ces récepteurs est d'activer le centre responsable des vomissements.

    Comme le phytocannabinoïde CBDV s'adresse aux canaux ioniques cellulaires (canaux TRP) au lieu des récepteurs CB1 et CB2, il est utile dans de tels cas.

    En tant que cannabinoïdes, le THC et le CBD ont déjà trouvé leur place dans les procédures de chimiothérapie. Les cannabinoïdes peuvent contribuer à atténuer et à améliorer certaines plaintes des patients liées à la chimiothérapie. Il s'agit notamment de la douleur, de l'anxiété, de la dépression et des troubles du sommeil. Comme le cannabis est utilisé légalement comme médicament en Allemagne depuis mars 2017, les gens peuvent également demander aux compagnies d'assurance maladie de payer ce médicament.

    Même si divers cannabinoïdes ont permis de lutter plus ou moins efficacement contre le cancer, ils ne constituent pas une panacée et ne doivent être pris avec d'autres médicaments que si le médecin a donné un tel conseil.

    Epilepsie

    Une société biopharmaceutique britannique mène depuis plusieurs années des recherches sur le CBDV afin de l'utiliser pour soulager les symptômes de l'épilepsie. Ce cannabinoïde à base de plantes pourrait notamment concurrencer des médicaments qui ont de nombreux effets secondaires négatifs et parfois même graves chez les patients atteints de troubles neurologiques. Comme le CBDV présente un grand potentiel pour agir comme une méthode alternative efficace dans l'épilepsie, il a même fait l'objet d'un brevet afin que le phytocannabinoïde isolé puisse être utilisé seul, ainsi qu'en combinaison avec les médicaments anti-épileptiques existants. Les études cliniques menées en parallèle visent à aider les patients souffrant de crises d'épilepsie et à améliorer le contrôle des crises généralisées et temporaires du lobe.

    En tant que maladie neurologique, l'épilepsie est extrêmement complexe. Des ondes d'activité électrique incontrôlées et la décharge synchrone de grands groupes de cellules nerveuses dans le cerveau entraînent un dysfonctionnement involontaire qui se manifeste par des crises d'épilepsie. Ce sont les principaux symptômes typiques dont souffrent les patients épileptiques.

    Ces crises ne durent que quelques secondes à quelques minutes et se produisent spontanément. Bien que de nombreux médicaments commercialisés soient censés soulager les malades, environ 30 % d'entre eux n'ont aucun effet bénéfique.[5]Il y a de nombreuses raisons à cela. De nombreux patients ne tolèrent pas les effets secondaires importants, qui ne sont pas rares. Dans certains cas, les crises ne peuvent tout simplement pas être maîtrisées. Un autre grand avantage a été constaté dans plusieurs modèles où le CBDV peut réellement supprimer les crises. Cela signifie que la cannabidivarine pourrait également être utilisée en combinaison avec des médicaments existants pour de meilleurs résultats.

    Comme le CBDV provenant de la plante de cannabis n'a pas d'effets psychoactifs, les effets secondaires potentiels de ce cannabinoïde végétal ont pu être maîtrisés jusqu'à présent.

    Le CBDV et le système immunitaire

    Les scientifiques ont également découvert que le CBGV et le CBDV peuvent travailler ensemble à des concentrations précisément coordonnées et normalement faibles pour inhiber l'expression des cytokines, c'est-à-dire les protéines de croissance et de différenciation des cellules.[6] Ces protéines sont responsables des messages entre les cellules et de l'envoi de signaux. Nos cellules immunitaires utilisent également des cytokines pour agir sur le cerveau et les glandes hormonales.

    Cela signifie que le blocage d'un excès de cytokines aide le système immunitaire surchargé à revenir à un niveau naturel. Les réactions inflammatoires cessent et la douleur et le gonflement inflammatoire de la peau qui y sont associés peuvent également diminuer. Par conséquent, le CBGV pourrait vraisemblablement aussi être utilisé comme un médicament en immunothérapie et comme un remède naturel sans effets secondaires graves. Il pourrait contribuer à protéger l'organisme contre les carences et les substances inflammatoires messagères.

    Autisme

    L'autisme n'a pas de tableau clinique spécifique. Les premiers symptômes de ce trouble complexe du développement neurologique apparaissent très tôt dans l'enfance. Il n'est pas certain que le CBDV sera utilisé régulièrement à l'avenir pour traiter l'autisme.

    Cependant, les premières études scientifiques ont indiqué une perspective positive. Lorsqu'il est utilisé en combinaison avec le CBD, les personnes atteintes d'autisme semblent avoir des capacités cognitives accrues. Des effets positifs peuvent également être observés en termes sociaux.

    Une étude sur les enfants souffrant de différentes formes d'autisme a débuté en juin 2017 avec le titre “Cannabidivarin (CBDV) vs. Placebo in Children with Autism Spectrum Disorder (ASD)”. Les chercheurs ont accordé une attention particulière à la sécurité du principe actif tout en examinant l'effet sur l'irritabilité des patients participants pendant leur enfance.[7] Cette étude n'étant pas encore terminée, aucun résultat n'est disponible.

    Les effets secondaires : Dommages à l'ADN

    Plus les scientifiques en savent sur le CBDV, plus ils continuent à chercher les meilleurs domaines pour son utilisation en médecine. De plus, de plus en plus de questions se posent quant aux effets secondaires possibles de la cannabidivarine chez les patients/consommateurs.

    Un effet négatif particulier à long terme semble se produire sur l'ADN. Lors de leur examen, les cannabinoïdes CBDV et CBD ont été testés et ont montré des résultats positifs pour les dommages causés à l'ADN dans les lignées cellulaires humaines.

    Selon les conclusions des scientifiques, le CBDV et le CBD ont induit des dommages à l'ADN dans la lignée cellulaire du foie. Cela résulte d'amplifications de gènes et de chromosomes dicentriques.

    Les enzymes hépatiques peuvent augmenter cet effet génotoxique.[8] En conséquence, la recherche a établi que même de faibles concentrations des deux cannabinoïdes végétaux peuvent endommager le matériel génétique humain dans les cellules. D'autres études ont également montré que l'endommagement du génome par les chromosomes fait partie du processus d'évolution progressive, voire fatale, de la maladie. En conséquence, les phytocannabinoïdes pourraient même avoir des propriétés cancérigènes chez l'homme.

    CBDV et endocannabinoïdes

    Une autre caractéristique de ce phytocannabinoïde est sa capacité à participer à la production du cannabinoïde 2-arachidonylglycérol de l'organisme. C'est ce qu'on appelle le 2-AG. L'endocannabinoïde est présent en concentrations particulièrement élevées dans le système nerveux central. Il a également été trouvé dans les produits laitiers et le lait maternel.

    Des études sur les rats ont montré qu'il apparaît également dans des organes tels que les reins, le foie, la rate, les poumons et le cerveau.

    En 1995, un groupe de recherche dirigé par le professeur universitaire israélien de chimie et de produits naturels, Raphael Mechoulam, le "père des cannabinoïdes", a publié pour la première fois la découverte de 2-AG à l'Université hébraïque de Jérusalem.

    Des expériences sur les animaux ont montré que la 2-AG peut activer les deux types de récepteurs dans le système endocannabinoïde. Les effets sont similaires à ceux du THC, le représentant le plus populaire de tous les cannabinoïdes. Une réduction de la sensation de douleur et des restrictions dans les mouvements musculaires ont été observées, selon la dose administrée. Le 2-AG peut également réduire la température et l'activité rectale. Grâce aux récepteurs CB1, l'endocannabinoïde peut stimuler la croissance osseuse [9] et avoir un effet neuroprotecteur après une lésion cérébrale.

    Le CBDV interagit avec la 2-AG en inhibant l'activité de l'enzyme primaire responsable de la synthèse de la 2-AG.

    Cela n'a aucun effet sur l'effet anticonvulsif, c'est-à-dire antiépileptique, du CBDV.

    [1] https://www.pharmazeutische-zeitung.de/inhalt-06-2005/titel-06-2005/

    [2] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25029033

    [3] http://www.reading.ac.uk/psychology/news/pcls-120912.aspx

    [4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23902479

    [5] https://www.drugbank.ca/drugs/DB14050

    [6] https://patentscope.wipo.int/search/en/detail.jsf?docId=US226135163&tab=NATIONALBIBLIO

    [7] https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03202303

    [8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6342871/

    [9] https://www.fasebj.org/doi/10.1096/fj.06-7957com

    juillet 01, 2020

    Voir l'article entier

    Abonnez-vous à notre newsletter afin d'obtenir un cadeau de bienvenue gratuit